Vendredi, 19 Juillet 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Les sciences durables et le rapport sur le développement durable 2019

IMG 0270

7 mai 2019 - Quatre ans après l’adoption de l’agenda 2030, les experts s’inquiètent du retard pris pour atteindre les 17 objectifs de développement durable. En effet si quelques progrès sont enregistrés, l’engagement reste insuffisant et des régressions sont même constatées dans certains domaines. Depuis 2015, on observe une augmentation de la malnutrition, d’émissions de gaz à effet de serre et de la perte de biodiversité et l’érosion des sols. 

Selon le Professeur Jean-Paul Moatti, président-directeur général de l’Institut français de recherche pour le développement (IRD), et membre du groupe d’experts indépendants chargés de rédiger le rapport mondial de l’ONU sur le développement durable (GSDR),  « Tous les pays sont concernés par les ODD car dans un sens tous les pays, y compris la France et les pays européens, sont en réalité des pays en voie de développement quand il s’agit de développement durable. En effet, même ceux qui sont avancés en termes socio-économiques, ne le sont pas en termes d’empreinte environnementale. » 

Lors de cette conférence tenue le 6 mai 2019 à Bruxelles et portant sur les sciences durables et les objectifs de développement durable, M. Moatti a aussi indiqué que d’après le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le déficit annuel de financement du développement durable dans les pays en développement est de 2,5 billions de dollars jusqu’en 2030. En outre, il attire l’attention sur le fait que l’engagement annuel des pays avancés pour le financement climatique vers les pays en développement (0,1 billion de dollars) peut être nettement amélioré.

Selon M. Moatti il faut se concentrer sur les interactions entre les politiques et les différents acteurs et de ne plus voir les ODD comme des objectifs séparés mais bien comme interdépendants.

Conference sustainable science and SDGs

Enfin, M. Moatti a insisté sur l’importance de promouvoir une science durable qui permettrait l'identification des chaînes causales complexes. La priorité étant de renforcer les capacités et l’expertise scientifiques dans les pays en voie de développement, en particulier en Afrique.

Notons que le Rapport mondial du développement durable sera présenté à l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2019. Pour rédiger ce rapport, un groupe indépendant de 15 scientifiques venus des quatre coins du monde a été créé. Ce rapport est un complément à l’agenda 2030 qui fournit des donées probantes aux décideurs. 

Pour plus d’informations :

Regarder la vidéo de la conférence

Lire l’information sur le Rapport mondial sur le développement durable (GSDR)

 

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

La semaine passée à l'ONU
8 au 12 juillet 2019

Screenshot 2019 07 11 The Sustainable Development Goals Report 2019 French pdf

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations

  • L​​​​​​​​​​e nouveau Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies, Nicolas de Rivière, a présenté ses lettres de créance (8 juillet 2019)

  • Le Secrétaire général nomme Mirko Manzoni, de la Suisse, Envoyé personnel pour le Mozambique (8 juillet 2019)

    Liste complète...