Jeudi, 21 Février 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Le Groupe de travail d’experts sur les personnes d’ascendance africaine met la Belgique au défi d'affronter son passé colonial

rsz img 0584

12 février 2019 - Le Groupe de travail d’experts sur les personnes d’ascendance africaine, un groupe d’experts indépendants du Système des droits de l’homme de l’ONU, a donné ce lundi à Bruxelles une conférence de presse pour présenter ses conclusions après une semaine de mission d’observation en Belgique.

Le groupe d’experts a indiqué dans ses recommandations que la Belgique doit reconnaître l'ampleur réelle de la violence et de l'injustice de son passé colonial afin de s'attaquer aux causes profondes du racisme actuel auquel sont confrontées les personnes d'ascendance africaine.

Selon Michal Balcerzak, Président du groupe d’experts, « Le gouvernement belge doit adopter un plan d'action national global contre le racisme ».

« Nous avons trouvé des preuves évidentes que la discrimination raciale est endémique au sein des institutions en Belgique. Les personnes d'ascendance africaine sont victimes de discrimination dans la jouissance de leurs droits économiques, sociaux et culturels, en matière d’enseignement, de perspectives d'emploi et sur le marché du logement » a déclaré M. Balcerzak.

Les experts ont également exhorté les autorités à compiler et à utiliser des données détaillées sur la question car elles sont essentielles pour assurer la reconnaissance des personnes d'ascendance africaine et surmonter leur absence sociale historique.

« Nous avons pris note du travail important du Centre interfédéral pour l’égalité des chances (Unia) en tant qu'institution publique indépendante qui combat la discrimination et promeut l'égalité des chances en matière de protection des droits de l'homme et de documentation du racisme et des inégalités aux niveaux fédéral et régional » a indiqué M. Balcerzak.

Il ajouté que le groupe de travail craint que le discours public ne reflète pas une compréhension nuancée de l'histoire. « Le gouvernement devrait veiller à ce que les manuels scolaires et le matériel pédagogique reflètent avec exactitude les faits historiques dans la mesure où ils se rapportent aux tragédies et aux atrocités commises pendant la période coloniale ».

La délégation, composée entre autres des experts en droits de l'homme Ahmed Reid et Dominique Day, s'est félicitée du changement de nom de l'ancien « Square du Bastion » à Bruxelles en « Place Patrice Lumumba » en juin 2018 et a encouragé à poursuivre la commémoration de personnalités d'ascendance africaine.

rsz img 0583

Du 4 au 11 février 2019, le Groupe de travail s'est rendu à Bruxelles, Anvers, Liège, Namur et Charleroi pour enquêter à propos du racisme, de la discrimination raciale, de l’afrophobie, de la xénophobie et des intolérances liés qui touchent les personnes d'ascendance africaine en Belgique. Les experts ont également examiné l'évolution de la situation depuis leur dernière mission dans le pays en 2005.

En outre, les experts ont promu la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine (2015 à 2024) qui a pour objectifs de mettre en évidence la contribution des personnes d'ascendance africaine à la société et renforcer la coopération nationale, régionale et internationale afin de garantir que les droits des personnes d'ascendance africaine soient respectés.

Le groupe de travail présentera un rapport contenant ses conclusions et recommandations au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies en septembre 2019.

 

Le Groupe de travail d’experts sur les personnes d'ascendance africaine a été créé le 25 avril 2002 par la Commission des droits de l'homme à la suite de la Conférence mondiale contre le racisme qui s’est tenue à Durban (Afrique du Sud) en 2001. Il est composé de cinq experts indépendants : M. Michal Balcerzak (Pologne), président-rapporteur actuel ; M. Ahmed Reid (Jamaïque) ; Mme Dominique Day (Etats-Unis) ; M. Sabelo Gumedze (Afrique du Sud) et M. Ricardo A. Sunga III (Philippines).

Les Experts indépendants font partie de ce qui est désigné sous le nom des procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Les procédures spéciales, l’organe le plus important d’experts indépendants du Système des droits de l’homme de l’ONU, est le terme général appliqué aux mécanismes d’enquête et de suivi indépendants du Conseil qui s’adressent aux situations spécifiques des pays ou aux questions thématiques partout dans le monde. Les experts des procédures spéciales travaillent à titre bénévole ; ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ils ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants des gouvernements et des organisations et ils exercent leurs fonctions à titre indépendant.

Pour des informations additionnelles et des demandes des médias, prière de contacter Mme Christine Saunders (+41 79 444 6129 / [email protected]) ou contacter [email protected].

Pour les demandes des médias liées à d’autres experts indépendants de l’ONU : Jeremy Laurence – – Unité Média (+ 41 22 917 9383 / [email protected])

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Journée mondiale de la justice sociale
20 février 2019

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations

  • Le Secrétaire général nomme Inger Andersen, du Danemark, Directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) (16 février 2019)

  • Le Secrétaire général nomme le général Mehari Zewde Gebremariam, de l’Éthiopie, Commandant de la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (15 février 2019)

    Liste complète...