Mercredi, 14 Novembre 2018
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Visages de l'ONU : Michèle Coninsx

2018 Faces of the UN Website

8 novembre 2018 - Michèle Coninsx (Belgique) est directrice de la Direction exécutive du comité contre le terrorisme (DECT) depuis 2017, responsable de l'évaluation des mesures antiterroristes dans le monde. Auparavant, Mme Coninsx a entre autres été présidente d'Eurojust, magistrate nationale et experte en sécurité aérienne à l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).

1. Quel est votre parcours universitaire et en quoi cela a-t-il affecté votre carrière ?

Je suis avocate et criminologue et j'ai également obtenu un agrégat pour pouvoir enseigner. Plus tard, je me suis spécialisée dans l’aviation et la sécurité aérienne et j’ai eu l’occasion de combiner mes différentes formations à différents postes.

Ce sont principalement mes études en criminologie qui m'ont conduit à la justice et à la magistrature. J'ai également effectué un stage à l'aéroport où j'ai eu l'opportunité de suivre une formation supplémentaire en sécurité aérienne. J'ai donc également pris l'initiative de travailler comme experte en sécurité aérienne pour l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI). Pendant neuf ans, j'ai combiné ce travail avec mon travail de jeune magistrat, d'abord à Termonde puis à Bruxelles. De cette façon, j'ai pu utiliser mes différentes qualifications et je peux affirmer que cela a influencé ma carrière. Ensuite, j'ai eu la chance de pouvoir passer du niveau national au niveau européen, puis international.

2. Quel a été votre premier emploi aux Nations Unies ?

Mon premier travail au sein du système des Nations Unies est mon travail actuel que j'exerce depuis novembre dernier, une expérience très instructive. Dans mes fonctions précédentes de magistrat, d'experte ou de présidente d'Eurojust, j'avais été invitée à intervenir en tant que conférencière, mais c'est ma première expérience au sein des Nations Unies.

3. En quoi consiste votre travail actuel et quels sont les aspects les plus stimulants et les plus enrichissants ?

Mon poste actuel a été défini par le Conseil de sécurité des Nations Unies en décembre 2017. La résolution adoptée à ce sujet indique que l'organisation que je dirige actuellement, la Direction du Comité contre le terrorisme (CCT), est compétente pour évaluer les mesures antiterroristes dans les 193 États membres de l'ONU.

Ces évaluations sont notre première tâche et la plus importante. Cela signifie que nos experts se rendent sur place et enquêtent sur toutes les mesures anti-terroristes possibles de manière fiable et objective, en tenant compte de toutes les résolutions du Conseil de sécurité adoptées ces dernières années. Cela concerne des thèmes tels que le financement du terrorisme, les combattants syriens de retour ou encore les combattants terroristes étrangers.

La deuxième tâche que nous devons accomplir est de suivre les évolutions et les tendances dans le domaine du terrorisme et de les communiquer au reste du monde. Notre troisième tâche consiste à fournir une expertise dans le domaine de la politique antiterroriste. Grâce aux évaluations que nous réalisons et des connaissances que nous accumulons, nous sommes les mieux placés pour apporter cette expertise.

michèle coninsx in gesprek

Ces tâches nécessitent une approche multidisciplinaire et s’accompagnent d’une grande complexité, ce qui implique de nombreuses questions, tant techniques qu’opérationnelles. C'est évidemment très difficile. Afin de nous acquitter de nos tâches, nous travaillons avec des experts régionaux (pour l'Afrique, le Moyen-Orient, l'Amérique et l'Asie) et avec des experts sur des thèmes spécifiques, tels que la communication, la finance ou les droits de l'homme. Lorsque je dirige moi-même la mission, je suis en contact avec tous les décideurs politiques concernés : les chefs d'État, les ministres des Affaires étrangères, des Affaires intérieures, de la Justice, de la Défense et les ministres de l'Éducation et de la Jeunesse. Jusqu'ici, nous avons visité plus de 100 pays dans le cadre de 150 missions, la décision à cet égard incombant au Conseil de sécurité. Bien entendu, notre attention va principalement aux pays qui souffrent le plus du terrorisme et qui ont donc le plus besoin de notre aide. Ce sont principalement des pays d'Afrique de l'Ouest, du Moyen-Orient, d'Asie centrale et d'Asie du Sud-Est. Nos évaluations déterminent dans quelle mesure et où exactement notre soutien est nécessaire. Nous travaillons également avec les autres entités impliquées au sein du système des Nations Unies afin de mieux nous assurer que nos actions ont un sens et un impact effectif. Dans les pays où nous allons, il est parfois difficile de déterminer où commence et où se termine notre travail. Nous ne pouvons oublier aucun aspect et nous devons agir selon les tendances.

Un deuxième grand défi consiste à suivre le climat mondial dans le domaine du terrorisme. Pour cela, nous devons examiner les problèmes actuels par rapport à la situation d'il y a 20 ou 30 ans et évaluer la meilleure façon de les aborder. Cela doit être fait pour chaque pays, chaque région et à l’international, ce n’est certainement pas une tâche évidente. Assurer la sécurité nécessite de prendre en compte de nombreuses questions différentes et de créer une cohérence entre les règles et les législations nationales, les conventions internationales et les résolutions du Conseil de sécurité. Il est très important de préciser que les résolutions du Conseil de sécurité doivent être prioritaires dans la mise en œuvre de la législation. Mais ce n'est pas quelque chose que vous imposez simplement "de haut en bas". C’est le message que vous devez faire passer en précisant que c’est dans l’intérêt international et national. Si cela ne se produit pas, vous pouvez rater l'occasion d'éviter des attaques terroristes.

Un troisième défi personnel consistait à maîtriser le fonctionnement des Nations Unies en peu de temps. Je suis arrivée à un moment où, en tant qu'organisation, nous étions confrontés à de très grandes décisions. Par exemple, deux résolutions du Conseil de sécurité : une première sur le mandat de la direction du Comité antiterroriste lui-même et une seconde sur les combattants terroristes étrangers. Les premiers mois, l'accent a été mis sur ces deux résolutions et j'ai dû apprendre à connaître toutes les différentes entités et abréviations au sein de l'ONU en même temps. Heureusement, nous avons maintenant un mandat très fort et robuste pour traiter diverses questions au cours des quatre prochaines années.

Avec cette gamme de tâches, mon travail est certes difficile mais également très instructif. Je ne considère pas vraiment cela comme un travail mais plutôt comme une mission. Le poste exige différentes compétences telles que l'efficacité, la diplomatie, la sensibilité politique, la technicité et la compréhension stratégique. Dans mon cas, le leadership est également de mise, vous avez souvent besoin de « gestion des personnes » et de « gestion du changement ». Cela fait plus de cinq ans que je dirige Eurojust dans des conditions très difficiles en raison du terrorisme, de la cybersécurité et de la migration illégale. Il était difficile de déterminer les bons budgets et de déterminer de manière stratégique les bonnes priorités pour faire la différence au niveau opérationnel. J'ai vécu des nuits blanches, mais j'ai aussi beaucoup appris et cela s'est avéré utile dans mon travail actuel.

michèle coninsx in vergadering

4. À votre avis, qu'est-ce qui est sur ou sous-estimé dans le fait de travailler pour les Nations Unies ?

Je crois fermement en la valeur ajoutée du multilatéralisme et des Nations Unies dans mon domaine. Si vous ne croyez pas en cela, vous ne pourrez pas continuer ainsi. À ce jour, je n'ai pas été déçue par l'approche de l'ONU dans mon domaine. Les défis sont très complexes et certainement pas faciles, mais ce n’est pas une mission impossible. C'est aussi la raison pour laquelle nous travaillons avec d'autres entités du système des Nations Unies, telles que le Secrétariat des Nations Unies, le Département des opérations de maintien de la paix (DOMP), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), ONU Femmes et bien d'autres. Bien sûr, ce n’est pas toujours rapide, mais c’est le meilleur moyen de créer des ponts et de dialoguer avec les États membres. Je suis convaincue que l'ONU peut offrir une partie de la solution de cette manière. Le jour où je n'y croirais plus, je n'exercerai plus ce type de profession.

5. Quels conseils concrets donneriez-vous aux jeunes qui aspirent à faire carrière à l'ONU aujourd'hui ?

Je trouve ça un peu étrange d’être diplômé et de dire tout de suite : "Demain je commence à travailler aux Nations Unies." Avec le parquet, par exemple, vous devez également commencer au bas de l’échelle avec les querelles de voisins, les vols, les coups et les blessures, et vous devez donc progressivement gravir les échelons pour commencer à traiter des actes terroristes. Le même système s'applique aux diplomates et aux politiciens de haut rang. Il est très important de constituer le bagage nécessaire. Plus vos diplômes sont diversifiés, plus vous parlez de langues et plus vous avez d'expérience dans un créneau particulier, plus vous aurez de chances de vous faire remarquer. Je conseille aux jeunes de se spécialiser dans un domaine particulier et d’y exceller. N'oubliez pas qu'en compétition, vous rivalisez avec d'autres détenteurs de plusieurs diplômes et peut-être même d'une plus grande expérience de travail. Vous devez donc être en mesure d'offrir une valeur ajoutée. Cela vous aidera à vous distinguer de ce grand groupe. Et tout cela se passe, comme je l’ai moi-même expérimenté, avec une bonne dose de chance. Rencontrer les bonnes personnes au bon endroit. C'est une combinaison de chance, de travail acharné et de confiance en ce que vous faites.

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

news32x32 DblueNominations