Mardi, 18 Septembre 2018
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Des déchets de plastique au pays des ours polaires

Kystvakten_1.jpg

23 août 2018. Des kilos de déchets amoncelés au pied d’un ours polaire. C’est ce que les garde-côtes norvégiens de l’île de Kiepert ont découvert, effarés de constater que la pollution plastique ait pu atteindre un lieu si isolé et si loin des zones habitées.

Kiepert fait en effet partie de l’archipel de Svalbard, à mi-chemin entre la Norvège continentale et le pôle Nord.  Les garde-côtes qui sont également en charge du nettoyage des rives n’en revenaient pas.

« Je ne savais pas que la situation était si grave. Nous aurions pu continuer (à nettoyer) pendant des semaines », a déclaré dans un tweet l'un des membres de l'équipe de la garde côtière.

L’essentiel de ces déchets sont des déchets de plastique, dont une grande partie provient de l’industrie de la pêche (chaluts, filets et cordes) et, comme l’on constaté les gardes, aucune région du monde n’est épargnée.

Ils ont d’ailleurs convié des jeunes, qui faisaient leur service militaire, à participer au nettoyage, pour qu’ils prennent aussi conscience du problème. « La sensibilisation est l'un des aspects les plus importants de ces nettoyages. Ici, à plusieurs centaines de kilomètres de l’Europe continentale et des villes les plus proches, les ours blancs et les hommes baignent dans les déchets plastiques. On fait d’une pierre deux coups en combinant la découverte d’une nature et d’une faune fascinantes à la transmission d’une leçon importante : ne jetez pas vos déchets dans l’océan. » a déclaré un garde-côte.

Kystvakten_2.jpg

Fin 2050,  plus de plastiques que de poissons dans l’océan

À l'échelle mondiale, chaque année, 8 millions de tonnes de plastique finissent dans les océans. Les débris tuent chaque année plus d'un million d'oiseaux de mer et 100 000 mammifères marins. En 2017, l'ONU a lancé la campagne Océans Propres (Clean Seas) pour amener les pays du monde entier, la société civile et le secteur privé à lutter contre ce fléau.

La campagne Océans Propres mobilise les citoyens et les Etats. A ce jour, 42 pays y ont officiellement adhéré à la campagne dont la Belgique et la France. Ces pays œuvrent pour l’amélioration des réserves marines et pour une gestion et un recyclage des déchets plus efficaces. La Belgique a, par exemple, élaboré des plans et des lois nationales afin de lutter contre les déchets en mer et la France prévoit d’interdire d’ici 2020 la vaisselle jetable en plastique (gobelets, verres et assiettes).

Kystvakten_3.jpg

« Notre objectif est de redéfinir la relation que nous entretenons avec le plastique car c’est le seul moyen de sauver nos océans. Ce n’est qu’en transformant fondamentalement notre façon de consommer que nous pourrons protéger les océans et la vie aquatique » a déclaré Erik Solheim, directeur exécutif d’ONU Environnement.

Si nous ne changeons pas radicalement notre relation avec le plastique, il pourrait y avoir, d’ici 2050, plus de plastiques que de poissons dans l’océan.

La campagne #OcéansPropres s'inscrit dans les objectifs de développement durable de l'Agenda 2030.

Cliquez ici pour en savoir plus sur la campagne #OcéansPropres et savoir comment agir.

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

18 00066f UNGA 73 iSeek F

Les priorités du mandat de la nouvelle Présidente de l’Assemblée générale

news32x32 DblueNominations

  • Le Secrétaire général nomme Armida Salsiah Alisjahbana, de l’Indonésie, Secrétaire exécutive de la CESAP (13 septembre 2018)

  • Le Secrétaire général nomme Nicholas Haysom, de l’Afrique du Sud, Représentant spécial pour la Somalie et Chef de la MANUSOM (12 septembre 2018)

    Liste complète...