Vendredi, 19 Octobre 2018
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Le changement climatique menace les traditions des peuples autochtones d'Europe

sami-indigenous-peoples-day-2018.jpg

9 août 2018 - Des températures estivales record menacent le style de vie traditionnel des Samis en Finlande, Norvège et Suède.

Les Samis sont les populations autochtones qui peuplent Sápmi, une région culturelle communément appelée la Laponie en français qui est située dans la partie nord de ces trois pays nordiques. La population Sami, composée de 70 000 à 100 000 habitants, vit dans la région depuis des milliers d’années.

Le mois de juillet a été le mois le plus chaud jamais répertorié dans le nord de la Calotte et la température moyenne de la Laponie finlandaise était de cinq degrés au-dessus des normales saisonnières, soit un degré de plus que le reste de la Finlande.

Selon l'institut météorologique finlandais, la température moyenne en juillet était de 20,1  degrés à Sodankylä, au nord du cercle arctique. Tiina Sanila-Aikio, présidente du Parlement Sami de Finlande a déclaré que ces derniers jours et semaines, les températures étaient généralement supérieures à 30 degrés pendant la journée et supérieurs à 20 degrés dans la région Inari où elle réside, juste au-dessus du cercle arctique.

« Nous sommes très préoccupés par le changement climatique » a déclaré Sanila-Aikio. « Cela menace notre style de vie traditionnel. Nous craignons que la température des eaux  monte tellement que les espèces de poissons qui vivent dans nos rivières et nos lacs commencent à mourir. Nous ne sommes pas habitués à des températures aussi chaudes. Nous avons donc été grandement impactés, principalement de manière négative. Si cela se produit de plus en plus souvent, qu'adviendra-t-il de notre nature et de notre culture et de la manière dont nous nous servons de la nature ? »

Cette année, le thème de la Journée internationale des peuples autochtones ce 9 août est : « La migration et le mouvement des peuples autochtones ». Ce thème attire l’attention sur la perte de terres, territoires et ressources en conséquence du développement industriel. Mais le changement climatique menace également le mode de vie traditionnel des peuples autochtones.

« Pendant les périodes de canicule, les incendies de forêt risquent plus souvent de frapper le cercle polaire arctique » a tweeté ONU Climat (CCNUCC). « Les zones arctiques deviendront probablement de plus en plus vulnérables aux incendies en raison du changement climatique » affirment les climatologues.

La sécheresse sans précédent en Suède et les incendies dévastateurs sont en train de détruire des terres vitales pour les éleveurs autochtones de rennes samis dont les moyens de subsistance sont déjà menacés par l'exploitation minière et l'exploitation forestière alors que le réchauffement climatique modifie le visage de l'Arctique. Les feux de brousse au nord du cercle arctique et les températures généralement observées dans les pays nordiques pourraient nous donner une idée de ce que l’avenir nous réserve.

Les éleveurs de rennes craignent que leurs rennes ne puissent plus paître en hiver. Les veaux sont déshydratés et incapables de suivre leurs mères en raison d’un manque d'eau dans les montagnes. Certains disent qu'il faudra des décennies pour que les pâturages soient de nouveau restaurés.

Bien que l'hiver dernier ait été rude, l'Arctique se réchauffe depuis des décennies, ce qui menace les traditions Sami.

 « Notre culture repose sur des connaissances traditionnelles, transmises de génération en génération » explique Sanila-Aikio, président du Parlement sami de Finlande. « La connaissance de nos techniques de survie est mise à mal telles que connaître quelles routes emprunter en hiver. Aujourd'hui, comme la glace est différente, vous ne pouvez plus faire confiance à ce savoir traditionnel pour savoir quels endroits sont sans danger. Et compte tenu du fait qu’en hiver, il fait très sombre, même pendant la journée et ce, pendant plusieurs mois, vous devez savoir exactement où vous pouvez aller et cela pourrait engendrer des problèmes à nos éleveurs de rennes qui risquent de se noyer. Les conditions climatiques changent tellement vite que nos connaissances ne peuvent plus suivre. »

Ces problèmes sembleront certainement familiers à l’autre groupe autochtone nordique : les 50 000 Inuits du Groenland.

Au Groenland, la société inuite est touchée par les changements climatiques car la hausse des températures à l'échelle mondiale a des répercussions sur la calotte glaciaire du Groenland. Avec la fonte des glaces, les Inuits peuvent être forcés de migrer vers d'autres endroits pour chasser et survivre.

Les Inuits utilisent des chiens de traîneau pour la chasse et le transport depuis des millénaires. Mais le changement climatique peut signifier la fin des chiens de traîneau traditionnels. Étant donné que des températures plus élevées rendent plus facile la prévision et l’interprétation de la glace, certains endroits ne permettent plus aux chiens de traverser la glace pour accéder à l’autre bout des fjords. Des parties de leur culture traditionnelle sont en train de disparaître. Ceci est juste un exemple de la manière dont leur mode de vie est affecté par le changement climatique.

Dans son message à l'occasion de la Journée internationale des peuples autochtones, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a attiré l'attention sur le « lien spirituel profond que [ les peuples autochtones ] ont avec leurs terres et leurs ressources. »

« A l'occasion de cette journée internationale, engageons-nous à mettre pleinement en œuvre la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des peuples autochtones, y compris leur droit à l'autodétermination et à leurs terres, territoires et ressources traditionnels. Où qu'ils vivent, assurons-nous que les peuples autochtones soient reconnus pour leurs contributions et que la possibilité leur soit donnée de prospérer en paix sur une planète saine » a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies lors de son message à l'occasion de la Journée internationale des populations autochtones.

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Luttons ensemble pour parvenir à
un monde Faim Zéro

La semaine à l'ONU en 60 secondes
18 octobre 2018

news32x32 DblueNominations

  • Le Secrétaire général nomme Joanne Adamson, du Royaume-Uni, Représentante spéciale adjointe à la Mission de l’ONU au Mali (1er octobre 2018)

    Liste complète...