Mardi, 25 Septembre 2018
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Le Bureau des droits de l'homme de l'ONU sonne l’alarme sur la menace d'érosion de la démocratie en Europe

Birgit Van Hout du Bureau des droits de l'homme de l'ONU pendant une conférence de presse le 12 juin 2018

20 juin 2018 - Le 12 juin 2018, le Bureau régional des Nations Unies pour les droits de l'homme (HCDH) a partagé son inquiétude quant au recul de la protection des droits de l'homme, de l'exploitation de la peur pour justifier des mesures d'exclusion et d’érosion de la société civile en Europe.

Lors de la conférence de presse, Birgit Van Hout, Représentante du Bureau des droits de l'homme de l'ONU à Bruxelles, a présenté les observations du HCDH après une journée de consultation, sur le sujet des droits de l'homme et sur la primauté du droit en Europe et plus particulièrement en Hongrie et en Pologne, avec des participants d'organisations régionales, de groupes de coordination, d'institutions nationales des droits de l'homme, d'universités et de la société civile.

"Les défenseurs des droits de l'homme subissent une pression grandissante, les titulaires de droits perdent la protection de leurs droits et les institutions censées les protéger sont affaiblies", a déclaré Van Hout. "En Hongrie et en Pologne, les défenseurs des droits humains craignent des représailles en faisant leur travail. Ces politiques exercés sur ces défenseurs vont finir par étouffer la liberté d'expression et de mouvement. "

L’Union européenne (UE) est un ardent défenseur des droits de l'homme dans d'autres parties du monde, fournissant une assistance et protection aux défenseurs des droits de l’homme dans de nombreux pays. Mme Van Hout a appelé à la cohérence de l'UE, en accordant une égalité d’attention et de soutien envers les défenseurs des droits de l'homme à l'intérieur et à l'extérieur des frontières de l’UE.

La consultation fait suite à la manifestation d'inquiétudes provenant d’organisations des Nations Unies défenderesses des droits de l'homme. Ces dernières ont attiré l’attention sur des mesures prises par la Hongrie et la Pologne, notamment en ce qui concerne la liberté d'expression et le pluralisme des médias, l'indépendance du pouvoir judiciaire et l'incitation à la haine. Mme Van Hout a exhorté à la Hongrie et à la Pologne à se conformer au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, un traité que les deux États ont ratifié volontairement.

Puisque l'UE a été créée en tant qu'union de valeurs avec les droits de l'homme comme noyau, il incombe maintenant aux dirigeants européens, aussi bien au niveau des institutions européennes qu’au niveau des États membres, d’empêcher de nouveaux reculs des droits de l'homme et de la primauté du droit. Constatant une évolution similaire dans d'autres pays de l'UE, le Bureau des droits de l'homme des Nations Unies signale un effet domino potentiel des politiques hongroises et polonaises à travers le reste de l'Europe. "Lorsque les droits de l'homme et la primauté du droit sont abandonnés, nous encourons tous un plus grand risque" a déclaré Mme Van Hout.

Pour marquer le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme, l'ONU a lancé la campagne #standup4humanrights, encourageant à chacun à défendre les droits de l’homme.

Rejoignez le mouvement sur : http://www.standup4humanrights.org/fr/

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Hommage à Kofi Annan,
ancien Secrétaire général de l'ONU

18 00066f UNGA 73 iSeek F

Les priorités du mandat de la nouvelle Présidente de l’Assemblée générale

news32x32 DblueNominations

  • Le Secrétaire général nomme Armida Salsiah Alisjahbana, de l’Indonésie, Secrétaire exécutive de la CESAP (13 septembre 2018)

  • Le Secrétaire général nomme Nicholas Haysom, de l’Afrique du Sud, Représentant spécial pour la Somalie et Chef de la MANUSOM (12 septembre 2018)

    Liste complète...