Mardi, 14 Août 2018
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

The Workers Cup : la coupe du monde de foot des forçats du Qatar

Workers cup article photo 1

26 janvier 2018 – Ils sont jeunes, forts et travaillent tous à construire les infrastructures qui permettront au Qatar d’organiser la coupe du monde de 2022. Un tournoi de football entre ces forçats du sport a permis au réalisateur Adam Sobel de dresser dans un documentaire intitulé « The Workers Cup » un portait de ces hommes déracinés et vivant souvent dans des conditions extrêmement difficiles.

Ce documentaire a été projeté le 23 janvier à Bruxelles dans le cadre d’un Ciné-ONU organisé en partenariat avec l’Organisation internationale du travail (OIT) et le cinéma Galeries.

« La Coupe du monde des travailleurs » se déroule dans un des camps de travail qui abrite les immigrés venus travailler au Qatar. Certains sont arrivés, trompés par de fausses promesses, en espérant une carrière dans le football. Ils se sont retrouvés à travailler sur des chantiers.

Ce film donne la parole à ces travailleurs migrants qui vivent souvent dans la précarité et coupés de leurs familles.

Workers Cup article photo 2

La projection a été suivie d'un débat sur les grandes questions soulevées par le film. Parmi les invités :  Rosie Garthwaite, productrice du film, Bert Ballegeer, coordinateur de la Coupe du monde des sans-abris (Homeless Cup) et Claire Courteille, directrice du bureau de l’OIT à Bruxelles.

Les cinq protagonistes principaux, Kenneth et Samuel, âgés respectivement 21 ans et 24 ans venus du Ghana, Paul, 21ans, Kényan, Umesh ; un Indien de 36 ans et enfin Padam Népalais de 28 ans ont tous quitté leurs pays sans savoir ce qui les attendait au Qatar. Leur salaire leur permet à peine de vivre et d'envoyer quelques sous au pays.

« Nous avons voulu faire un film qui raconte honnêtement la vie de ces travailleurs », a expliqué Rosie Garthwaite, soulignant qu'ils voulaient « faire un qui représente équitablement les travailleurs ». Il raconte des destins singuliers, des parcours et des hommes différents unis dans un destin commun.

Certains y laissent leur vie. Combien ? Difficile à dire. Selon Rosie Garthwaite « beaucoup de décès sont recatégorisés pour sauver la réputation du pays ».

Workers Cup article photo 3

« L'OIT et le gouvernement qatari ont signé un accord technique de trois ans pour s'attaquer à des problèmes tels que le non-paiement des salaires, et pour améliorer la prévention du travail forcé, le recrutement équitable et les mesures d'adaptation appropriées », a indiqué Claire Courteille.

Elle a souligné que le « système kafala », qui désigne les conditions de recrutement et d’emploi des migrants, ne concernait pas que les travailleurs de la construction mais aussi les domestiques et les employés de l'hôtellerie. L'OIT travaille sur « les problèmes plus vastes du travail forcé dans tous les domaines », a-t-elle précisé.

workers cup article photo 4

« Nous voulons donner aux sans-abris une image positive à eux-mêmes et aux autres de courage et de force ». Ce que ce film arrive brillamment à faire pour les migrants qui font montre d’un courage exemplaire.

Pour plus d’information :

Sur le film, cliquez ici

Sur l’album Flickr des photos de la soirée, cliquez ici  

Sur notre prospectus, cliquez ici

Pour nous suivre sur Facebook et Twitter : @CineONU #CineONU

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Journée internationale de la jeunesse
12 août 2018

Entretien avec Jean-Pierre Lacroix, chef des opérations de maintien de la paix
 

Revue de la semaine à l'ONU
3 août 2018

news32x32 DblueNominations