Lundi, 17 Décembre 2018
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Migration : 10 000 enfants disparus, soit deux classes entières tous les mois

lost in migration

18 décembre 2017 – En 2016, près de 10 000 enfants réfugiés non accompagnés ont disparu en Europe et personne ne sait ce qui leur ait arrivé. Et cette estimation, donnée par Europol, pourrait être revue à la hausse. Seules l’Italie, la Suède et l’Allemagne ont diffusé les photos d’enfants migrants disparus et les chiffres atteindraient les 12 000 disparitions pour ces trois pays en 2016.

« Ces chiffres correspondent à la disparition dans une école de deux classes entière tous les mois. Dans quelle autre circonstance une société accepterait cette situation ? », a déclaré Amir Hashemi-Nik, Responsable du développement national suédois.

Un rapport alarmant publié le 11 décembre par the Children’s Ombudsman, une agence du gouvernement suédois, indique que 1 736 mineurs ont disparu des centres d’accueil suédois entre 2014 et octobre 2017. « Si ces enfants étaient des jeunes Suédois, nous mettrions à disposition toutes les ressources nécessaires pour les retrouver », a-t-il ajouté.

En Allemagne, plus de 9 000 enfants ont disparus en 2016. Quant à la France, bien qu’elle ne dispose pas de telles statistiques, une ONG a signalé la disparition de 129 enfants après le démantèlement de la « Jungle » de Calais. Selon les médias britanniques, au mois d’août 2016 plus d’une centaine de mineurs non accompagnés ont traversé illégalement la frontière entre la France et le Royaume-Uni et sont désormais introuvables.

Beaucoup de migrants, enfants et adultes, ont péri durant leur voyage. La Méditerranée reste la frontière la plus meurtrière du monde avec 3 091 décès enregistrés en 2017, selon l’Organisation international pour les migrations (OIM). Cela signifie que cette année plus de 250 personnes par mois sont mortes noyées.

La multiplication des migrants le long de routes dangereuses a inspiré le thème 2017 de la Journée internationale des migrants, commémorée le 18 décembre : « migrations sans danger dans un monde qui bouge ».

Selon l’OIM, une personne sur sept dans le monde est un migrant. « Je suis un migrant, mais je n’ai pas eu à mettre ma vie en danger sur un bateau qui prend l’eau ou payer des passeurs. La migration sans danger ne peut pas être limitée à l’élite mondiale », a twitté le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres.

L’extrême pauvreté, le changement climatique, ou les économies corrompues font se déplacer des millions d’hommes, de femmes et d’enfants et les mettent ainsi en danger. De plus, les conflits violents dans diverses parties du monde contraignent les populations au déplacement, à l’intérieur ou à l’extérieur de leurs pays.

« Notre message est clair : les migrants meurent inutilement », a déclaré le directeur de l’OIM, William Lacy Swing « Il est temps de faire plus que de compter les morts ».

Pour plus d’informations :

Fiche d’information de la Bibliothèque d’UNRIC sur la migration
Le Pacte mondial pour les migrations

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Message du Secrétaire général
Journée internationale des migrants
18 décembre 2018

news32x32 DblueNominations

  • Le Secrétaire général nomme Hanna Serwaa Tetteh, du Ghana, Chef du Bureau des Nations Unies auprès de l’Union africaine (10 décembre 2018)

  • Le Secrétaire général nomme Carlos Ruiz Massieu, du Mexique, Chef de la Mission de vérification des Nations Unies en Colombie (10 décembre 2018)

    Liste complète...