Lundi, 17 Décembre 2018
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Les femmes européennes disent #MeToo

 Protester hashtag metoo

12 décembre 2017 - La métaphore de l’effet papillon a rarement été aussi appropriée que pour décrire le mouvement #MeToo. Ce mouvement qui a démarré aux Etats-Unis, a atteint beaucoup de pays européens lors des 16 jours d’activisme pour lutter contre les violences sexuelles faites aux femmes.

La campagne #MeToo a placé les violences contre les femmes à l’ordre du jour dans plusieurs pays européens lors de la Journée internationale des droits de l'homme, marquant la fin des 16 jours d’activisme annuel. En Islande, notamment, une chaîne de télévision nationale a diffusé en direct les histoires d’agressions sexuelles de certaines femmes à travers les groupes de médias sociaux #MeToo.

« La conversation médiatique virale autour du mouvement #MeToo est sans précédent dans la révélation de violences et abus sexuels, autant dans le secteur privé que public, » écrit la Directrice exécutive chargée d’ONU-Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka dans son blog.

« Le monde reconnaît peu à peu que les violences sexuelles existent non seulement « là-bas », mais sont également présentes ici. En réalité, elles sont partout, cachées à la vue de tous, normalisées afin que nous ne les voyions même plus », ajoute-t-elle.

Le président de la République française, Emmanuel Macron, a lancé le coup d’envoi des 16 jours d’activisme le 25 novembre, Journée internationale pour éradiquer la violence contre les femmes, en annonçant une initiative majeure. Selon lui, la société française « souffre de sexisme » ; l’égalité des genres et combattre la violence faite aux femmes seraient donc des priorités absolues du nouveau gouvernement. Avec un nouveau plan pour combattre les violences sexuelles, des mesures seront prises pour faciliter les poursuites judiciaires. En France, 123 femmes ont été tuées par leur conjoint en 2016, une femme tous les trois jours.

En Belgique et aux Pays-Bas, des milliers de femmes utilisent également le hashtag #MeToo pour partager leurs expériences de violence sexuelle via les réseaux sociaux. Des témoignages ont dès lors émergé dans divers secteurs tels que la politique, les médias, la musique et le cinéma. De plus, le débat public sur le mouvement #MeToo a augmenté le nombre de violences sexuelles signalées à la police.

« Cela a aidé à exposer publiquement l’ampleur et la portée des violences sexuelles, et grâce à cette conscientisation, cela nous rend tous responsables d’un changement, » conclut Mlambo-Ngcuka, d’ONU-Femmes, dans son article de blog à propos de l’impact du hashtag #MeToo.

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Message du Secrétaire général
Journée internationale des migrants
18 décembre 2018

news32x32 DblueNominations

  • Le Secrétaire général nomme Hanna Serwaa Tetteh, du Ghana, Chef du Bureau des Nations Unies auprès de l’Union africaine (10 décembre 2018)

  • Le Secrétaire général nomme Carlos Ruiz Massieu, du Mexique, Chef de la Mission de vérification des Nations Unies en Colombie (10 décembre 2018)

    Liste complète...