Lundi, 20 Novembre 2017
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Le Conseiller spécial de l’ONU pour la prévention du génocide appelle à la vigilance

Adama Dieng UN Special Advisor prevention genocide

14 novembre 2017 – « Le génocide est la forme de discrimination par excellence. Nous devons évoluer dès aujourd’hui d’un système d’alerte rapide à des mesures d’action » a déclaré à ses homologues européens Adama Dieng, Conseiller spécial des Nations Unies pour la prévention du génocide, lors de son passage à Bruxelles la semaine dernière.

« De nombreux échecs rencontrés par le passé sont le résultat d’un manque de vigilance. Etant donnée la montée du populisme, de l’antisémitisme et de l’islamophobie, il est faux de penser que des atrocités ne peuvent pas avoir lieu dans une Europe démocratique ». Par conséquent, M. Dieng a appelé à une coopération renforcée en matière de surveillance et de prévention des conflits en Europe et a salué l’engagement de l’Union européenne (UE) à avancer dans la même direction que l’ONU. L’UE va prochainement développer un outil similaire au Cadre d'analyse des Nations Unies des atrocités criminelles.

M. Dieng s’est également dit préoccupé par le contexte actuel à travers le monde.128,6 millions de citoyens de 33 Etats ont actuellement besoin d’assistance humanitaire. Au Myanmar, malgré l’appel récent du Conseil de sécurité de l’ONU de ne plus recourir à la force militaire dans l'Etat de Rakhine, à autoriser un accès sans encombre aux Nations Unies et à réclamer des enquêtes transparentes concernant les allégations d’abus et de violations des droits de l’homme, la situation reste désastreuse. « Le Myanmar illustre parfaitement les dangers encourus si nous n’agissons pas à temps. La dignité humaine doit être respectée partout dans le monde, afin qu’à l’aide de plus de volonté politique et de prise de responsabilité, nous puissions améliorer nos capacités en matière de prévention des conflits et des atrocités de masse », a indiqué M. Dieng.

Diplomatie préventive et collaboration plus étroite en vue d’améliorer la prévention sont des priorités absolues pour le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, avec l’espoir que les Etats à travers le monde commenceront à mettre en place des outils tels que le Plan d'action à l'intention des responsables et des acteurs religieux. Une vision partagée par Adama Dieng qui a notamment souligné l’importance de la mise en œuvre car « adopter un document n’est pas suffisant, ce qui importe est de passer des paroles aux actes ».

onucarrieres

Paris : offre de stage en traduction au Bureau du Programme alimentaire mondial en France.
Plus d'information

Couverture rapport ODD 2017

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

cop23

Etre stagiaire à UNRIC

news32x32 DblueNominations