Mercredi, 20 Novembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Un nombre croissant de réfugiés prend le risque de retourner en Syrie

17.07.03 Photo UNICEF Souleiman

7 juillet 2017 – Selon certaines estimations, 440 000  déplacés internes et 31 000 réfugiés sont retournés chez eux au cours des six premiers mois de cette année. Ces déplacements sont pourtant risqués selon l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

« Bien qu’il y ait un espoir globalement accru après les récentes négociations de paix d’Astana et de Genève, nous estimons que les conditions de retour en toute sécurité et dans la dignité pour les réfugiés ne sont pas encore en place en Syrie, » a déclaré Andrej Mahecic, porte-parole pour le HCR. Ce dernier a notamment exprimé son inquiétude quant à la durabilité des améliorations sécuritaires ainsi que face aux risques en matière de protection des retours dans de nombreuses régions du pays.

La recherche de membres de leur famille, la surveillance de leurs biens et, dans certains cas, une amélioration réelle ou perçue des conditions de sécurité dans certaines régions du pays sont les premiers facteurs influençant les décisions des réfugiés de rentrer chez eux, a indiqué M. Mahecic aux journalistes présents à Genève.

La Syrie continue de faire face à de nombreux défis tels que les pénuries alimentaires et en eau potable, les moyens de subsistance limités, l’inexistence de services essentiels tels que les services éducatifs et de santé. L’accès à la population déplacée interne en Syrie constitue également un défi majeur.

Le conflit syrien, en place depuis déjà sept ans, a coûté la vie à des centaines de milliers de personnes, déplacé plus de 6,3 millions d’individus à l’intérieur du pays et contraint 5,1 millions de syriens à quitter le pays. Plus de 13,5 millions de syriens ont besoin d’une assistance humanitaire, et près de 4,5 millions d’entre eux vivent dans des lieux assiégés et difficiles à atteindre.

Face à cette situation plus que complexe, le HCR met en œuvre un certain nombre d’étapes préparatoires, en prévision du moment où le rapatriement librement consenti des réfugiés pourra se dérouler en toute sécurité et dans la dignité.

Le manque de fonds reste cependant un obstacle majeur venant freiner l’avancée de ce projet. En effet, sur la somme de 304 millions de dollars que le HCR a demandée pour les opérations 2017 d’aide aux déplacés internes en Syrie, seulement 33% ont été reçus. Le HCR va donc lancer un appel de fonds supplémentaire de 150 millions de dollars en 2017 pour augmenter ses efforts en Syrie afin de venir en aide aux personnes déplacées, aux rapatriés et à d’autres personnes vulnérables, ainsi que pour aider à améliorer les conditions dans les zones de retour potentielles.

Andrej Mahecic a enfin alerté sur la gravité de la situation en Syrie et exhorté aux réfugiés et personnes déplacées d’attendre avant de retourner dans leur pays natal : « A ce stade, et alors que le HCR va investir pour aider, avec d’autres partenaires, à améliorer les conditions dans les zones accessibles en Syrie, les retours de réfugiés depuis les pays hôtes ne peuvent être ni encouragés ni facilités par le HCR. »

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

75ème anniversaire de l’ONU

UN75 UN emblem blue tagline F cropped

Journée des Nations Unies à Paris

#Back2School avec le
Ministre Alexander De Croo

news32x32 DblueNominations