Jeudi, 19 Septembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Des lois appliquées de manière juste : clé de la gestion des flux migratoires

Migrants sauvés en Mer Méditerranée

22 juin 2017 - La Représentante spéciale pour les migrations, Louise Arbour, a indiqué dans un discours prononcé hier devant le Parlement européen que « La crise de la gouvernance migratoire se poursuit à tous les niveaux ».

Au cours d’une Conférence de haut niveau sur la gestion des migrations, à l’aube de la réunion du Conseil européen qui débute aujourd’hui, des représentants des Nations Unies ainsi que des membres de la Commission européenne et du Parlement européen se sont réunis pour discuter des défis et opportunités que posent les migrations.

La priorité a été donnée aux causes premières des migrations, à la migration irrégulière, au retour et à l’intégration des migrants, qui nécessitent une réponse mondiale et collective qui a trop souvent fait défaut.

« En 2017, plus de 2400 femmes, hommes et enfants ont perdu la vie sur les routes migratoires, et plus de 70% d’entre eux en Méditerranée », a rappelé Louise Arbour au Parlement, ajoutant que « bien que le statut juridique des réfugiés soit clair, on ne peut en conclure que les autres déplacements soient volontaires ou principalement motivés par des raisons économiques. »

Les défis liés à la migration seront très certainement un des thèmes principaux de la campagne électorale européenne de 2019. « Selon les prévisions, un millions de travailleurs dans le secteur de la santé vont manquer dans l’Union européenne tandis qu’actuellement, des milliers de postes dans le secteur des technologies de l’information  demeurent vacants » a déclaré Mme Arbour, invitant l’Union européenne à renforcer les mesures de lutte contre la xénophobie et de promotion de l’intégration réussie des migrants.

Si les dirigeants européens semblent tous s’accorder sur la nécessité de mettre fin à l’exploitation des migrants, implémenter des mesures concrètes et procéder au relogement des réfugiés demeure un sujet de discorde. Au total, 160 000 personnes nécessitant une protection internationale devraient être relogées par les Etats membres de l’Union européenne. Or, au 9 juin 2017, seulement 20 869 réfugiés avaient été relogés.

Louise Arbour a souligné l’importance du « Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières », dont l’adoption est prévue en 2018.  « Il ne s’agit ni de limiter la migration ni de la stopper. Lorsque nous examinons les moteurs de la migration, nous devons reconnaître les puissants facteurs d’attraction qui influencent les choix de destination des migrants. Ces facteurs incluent l’économie souterraine qui offre pour beaucoup une promesse suffisante à leur départ, » a-t-elle poursuivi.

« Notre objectif commun devrait être de développer les différentes voies légales de migration régulière. Cela aura pour effet de renforcer la confiance du public dans la capacité des Etats à gérer leur marché du travail notamment grâce à l’apport essentiel des migrants. Faciliter l’accès à la migration légale en élargissant les opportunités de mobilité professionnelle, de regroupement familial et d’accès à l’éducation aura pour conséquence de réduire la migration irrégulière tout en répondant au besoin manifeste de main-d’œuvre dans bon nombre de nos sociétés.» 

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

74ème session de l'Assemblée générale

L’ONU, l’UE et les Schtroumpfs nettoient
la plage d’Ostende

1 Mobile • 1 Minute • 1 Film
15e édition du Mobile Film Festival
Envoyez vos films avant le 16 octobre 2019

Screenshot 2019 07 11 The Sustainable Development Goals Report 2019 French pdf

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations