Samedi, 21 Septembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Liberté de la presse : RSF dénonce « l’ère de la propagande et de la suppression des libertés »

Press Freedom Index 2017

27 avril 2017 – Reporter sans Frontières (RSF) s’inquiète d’un risque de “grand basculement” de la situation de la liberté de la presse, notamment dans certains pays démocratiques, indique le communiqué de presse de l’association qui vient de rendre public son classement mondial de la liberté de la presse 2017.

L’année a été marquée « par la banalisation des attaques contre les médias et le triomphe d’hommes forts qui font basculer le monde à l’ère de la post-vérité, de la propagande et de la répression, notamment dans les démocraties », indique RSF.

 « Plus rien ne semble enrayer la chute des démocraties amorcée les années précédentes. L’obsession de la surveillance et le non-respect du secret des sources contribuent à faire glisser vers le bas de nombreux pays considérés hier comme vertueux : les Etats-Unis (43e, -2), le Royaume-Uni (40e, -2), le Chili (33e, -2) ou encore la Nouvelle-Zélande (13e, -8) »

La liberté d’expression est un droit humain fondamental, énoncé dans l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme. «Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »

France : menace sur l’indépendance éditoriale

Selon RSF, en France, (39ème du classement) « la presse est globalement libre et plutôt bien protégée par la loi ». Cependant, note le rapport « le paysage médiatique français est largement constitué de groupes dont les propriétaires ont d’autres intérêts que leur attachement au journalisme ».

Pour RSF, « Cette situation entraîne des conflits qui font peser une menace sur l'indépendance éditoriale, et même sur la situation économique des médias ». L’organisation dénonce également « une recrudescence de pratiques violentes des forces de l’ordre contre des reporters » et note que « pendant la campagne présidentielle, les politiques et la population ont affiché une hostilité grandissante à l’égard des journalistes ».

« Les démocraties qui ont traditionnellement considéré la liberté de la presse comme la colonne vertébrale de leurs sociétés doivent continuer à être un modèle pour le monde, et non pas l’inverse. » explique le Secrétaire général de RSF Christophe Deloire. « Les démocraties risquent de perdre leurs âmes. »

Les pays nordiques conservent les trois premières places de ce classement, avec la Norvège en tête, suivie de la Suède et de la Finlande. La Corée du Nord remplace, l’Erythrée, en dernière place. L’Erythrée est monté d’un rang après avoir autorisé l’accès au pays à des équipes de médias étrangers étroitement surveillées pour la première fois depuis dix ans.

Dans 21 pays sur 180 la liberté de presse est considérée comme « extrêmement mauvaise », dans 51 la situation est « mauvaise ». Globalement, 62.2% soit près de 2 pays sur 3 ont vu leur situation se détériorer.

La Journée internationale de la liberté de la presse sera célébrée le 3 mars par les Nations Unies et la communauté internationale.

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Journée internationale de la paix
21 septembre 2019

L’ONU, l’UE et les Schtroumpfs nettoient
la plage d’Ostende

74ème session de l'Assemblée générale

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations