Mercredi, 18 Septembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Sida : les bonnes et les moins bonnes nouvelles

WAD2016 set1 Investment FR

30 novembre 2016 - Une Europe plus généreuse pour la recherche sur les vaccins contre le VIH, des traitements antirétroviraux plus accessibles, résurgence du VIH chez les homosexuels et les jeunes (femmes), Paris sans sida d’ici 2030… tout ce que vous devez savoir sur le sida.

L’Union européenne s’engage plus dans la recherche contre le sida

Plus de 22 millions d’euros : c’est la somme que la Commission européenne a attribué à l’Alliance européenne pour un vaccin contre le VIH (EHVA) en janvier 2016 pour accélérer la recherche vers de nouveaux vaccins préventifs et thérapeutiques.

Cela reste cependant insuffisant. Jusqu’ici, la recherche est en grande majorité financée par des fonds provenant des gouvernements et des fondations des Etats-Unis. D'après les estimations de l'ONUSIDA dans un rapport de 2016, 26,2 milliards de dollars seront nécessaires pour la riposte au sida d'ici 2020, et 23,9 milliards d'ici 2030. Des efforts financiers supplémentaires sont donc encore nécessaires pour éradiquer la maladie.

Près d’une personne atteinte du sida sur deux sous traitement dans le monde

Le nombre de malades du sida bénéficiant de traitements antirétroviraux a doublé en 5 ans, ce qui se traduit par une baisse de 45% des décès liés au sida depuis 2005. Le traitement antirétroviral est maintenant accessible à 18,2 millions de personnes vivant avec le VIH.

Grâce à des investissements judicieux, le monde peut accélérer la réalisation de l’objectif consistant à avoir 30 millions de personnes sous traitement d’ici à 2030.

La France est parmi les 10 pays avec le plus grand nombre de personnes sous traitement antirétroviral pour la période mi-2016, au côté d’autres pays européens tels que l’Espagne, le Royaume- Uni, l’Italie et l’Allemagne. A l’inverse, en Afrique occidentale et centrale, seules 28% des personnes vivant avec le VIH ont accès à un traitement antirétroviral.

Autotests : un outil supplémentaire de dépistage précoce

Un an après leur lancement en septembre 2015, près de 2 000 autotests VIH sont achetés en moyenne chaque semaine en France. Sachant qu’un séropositif sur cinq ignore qu'il est atteint du sida, ces tests sanguins simples d’utilisation, sont un pas important dans la lutte contre le sida.

Une enquête menée en France montre que pour 40% des utilisateurs, il s'agissait d'un premier dépistage du VIH. Parmi eux, 55% déclarent qu'ils ne seraient pas allés dans un centre de dépistage si l'autotest n'avait pas été disponible en pharmacie.

Hausse des nouvelles contaminations chez les homosexuels

Près d’une personne sur deux qui s’infecte aujourd’hui en France par le VIH est un homme qui a des relations sexuelles avec des hommes (HSH). Entre 2014 et 2015, on constate une augmentation de 5% d’infections supplémentaires chez les homosexuels. Et cela fait désormais 15 ans que cela dure.

Le ministère de la Santé en France a lancé une campagne de prévention du sida ciblée sur les couples homosexuels. Malgré la polémique que cette campagne a pu susciter dans certaines villes de France, il est urgent de sensibiliser la population homosexuelle aux risques du VIH.

Des infections en hausse chez les jeunes et surtout les jeunes femmes

En France, 11 % des nouvelles découvertes de séropositivité concernent les jeunes de 15 à 24 ans, avec les jeunes hommes homosexuels en tête. A l’échelle mondiale, le constat est similaire avec un haut risque d’infection pour les jeunes femmes dans les pays à forte prévalence du VIH, notamment en Afrique subsaharienne.

Vers Paris sans sida: un plan ambitieux pour 2030 et déjà des mesures concrètes

A Paris, la situation reste préoccupante avec 585 découvertes de séropositivité par million d'habitants en 2014. Paris s’est donc engagée officiellement fin 2014 à mettre fin à l’épidémie de sida dans la capitale et en région Ile-de-France d’ici 2030 avec un objectif des 3x90 d’ici 2020.

Les premières mesures phares du plan « Paris sans sida » commencent à se mettre en place: La ville de Paris a annoncé cette semaine le doublement de la capacité́ de dépistage communautaire des associations intervenant auprès des migrants, un financement supplémentaire d’un million d’euros pour agir vite et efficacement, ainsi qu’un partenariat avec Santé Publique France afin de donner plus de poids au message de prévention. Enfin, Paris accueille la 9e édition de l’opération « Café́ Capote » du 1er au 11 décembre afin de promouvoir et faciliter l’usage du préservatif.

A l’échelle mondiale, 130 autres villes se sont aussi engagées à éradiquer le virus du sida d’ici 2030. Grâce à ces actions concrètes, ainsi qu’aux moyens supplémentaires attribués à la recherche contre le sida, l’espoir d’éradiquer la maladie commence à voir le jour.

Sources :

Rapport ONUSIDA, 2016 « Get on the FastTrack: L'approche du VIH sur le cycle de vie ».

Radio des Nations Unies, Nets progrès dans l'accès aux soins mais inquiétudes sur la vulnérabilité des adolescents 

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

74ème session de l'Assemblée générale

1 Mobile • 1 Minute • 1 Film
15e édition du Mobile Film Festival
Envoyez vos films avant le 16 octobre 2019

Screenshot 2019 07 11 The Sustainable Development Goals Report 2019 French pdf

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations