Jeudi, 19 Septembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Naître et grandir en Centrafrique, un chemin jonché d’épreuve

Photo CAR mod

16 novembre 2016 – Naître, grandir en bonne santé, aller à l’école, éviter d’être embrigadé dans un groupe armé, échapper aux violences sexuelles, aux grossesses précoces : chaque étape de la vie d’un enfant centrafricain est jonchée d’épreuves.

Le système de santé centrafricain, défaillant, a été comme tous les services de base fortement affecté par le conflit armé qui a ravagé le pays entre 2012 et 2014. La violence n’est pas encore totalement éradiquée malgré le déploiement de troupes internationales et des élections démocratiques réussies en 2016.

La première épreuve concerne les mamans, près de 9 sur 1000 décèdent pendant l’accouchement, selon des chiffres communiqués par le bureau de l’UNICEF en Centrafrique. Selon ce fonds des Nations Unies, un enfant sur 7 meurt avant l’âge de 5 ans, un taux de mortalité parmi les plus élevé du monde, et ceux qui vivent souffrent pour 41% d’entre eux de malnutrition. Cette maladie laisse des traces tout au long de la vie et affecte le développement physique et intellectuel. Tout le pays est affecté par l’insécurité alimentaire et les enfants en sont les premières victimes.

Des centaines de milliers d’enfants grandissent loin de leurs villages, réfugiés dans les pays voisins ou déplacés dans leur propre pays. Près de 500 000 Centrafricains vivent encore à l’étranger et près de 400 000 sont déplacés à l’intérieur des frontières.

Avant même la dernière crise politico-militaire, seul un tiers des enfants en âge scolaire allait à l’école, selon des données de 2011-2012. Et quand ils sont scolarisés c’est le plus souvent dans des conditions difficiles, dans des hangars ou sous des paillotes, avec en moyenne un enseignant pour 92 élèves.

Les fillettes sont encore plus affectées que les jeunes garçons. Elles subissent des violences, sont mariées très jeunes et souvent enceintes alors qu’elles-mêmes sont encore des enfants. Près de 3 jeunes filles sur 10 sont mariées avant l’âge de 15 ans.

Des milliers d’enfants ont été recrutés par les groupes armés. « Au total, 2 679 enfants ont été extraits de groupes armés (…) L’UNICEF et ses partenaires ont mis au point des systèmes de réintégration des enfants impliquant les populations locales », indique un rapport du Secrétaire général des Nations Unies diffusé en avril 2016.

Le pays est tout en bas du classement de l’indice de développement de la jeunesse diffusé par le Secrétariat du Commonwealth, notait récemment un article de l’agence d’informations humanitaires

IRIN, titré « République de Centrafrique : le pire endroit pour les jeunes ? »

Les agences des Nations Unies accompagnent le gouvernement de Centrafrique dans ses efforts pour améliorer les conditions de vie des populations.

Jeudi 17 novembre, une conférence des donateurs, organisée par l’Union européenne, à laquelle participent les Nations Unies, représentées par le Vice- Secrétaire général de l’Organisation, Jan Eliasson, aura lieu à Bruxelles. Le Président centrafricain Faustin Archange Touadéra viendra présenter un « plan de relèvement et de consolidation de la paix » dont le coût est estimé à 3 milliards de dollars sur 5 ans.  

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

74ème session de l'Assemblée générale

1 Mobile • 1 Minute • 1 Film
15e édition du Mobile Film Festival
Envoyez vos films avant le 16 octobre 2019

Screenshot 2019 07 11 The Sustainable Development Goals Report 2019 French pdf

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations