Vendredi, 20 Septembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

« Ce que certains Etats attendent, c’est que les gens abandonnent »

journo unesco report

7 novembre 2016 – Le contexte de plus en plus difficile dans lequel travaillent les journalistes a fait l’objet d’une attention spéciale lors d’une conférence organisée par la Fédération Internationale des Journalistes à Bruxelles. Durant cette conférence, il a été soutenu que la vérité est souvent considérée comme une option et non une nécessité dans le discours politique.

Contrairement aux idées reçues, la plupart des journalistes ne sont pas tués en zone de guerre, mais dans des Etats en paix. C’est pour cela que la prévention est un élément majeur, a souligné Deborah Seward, Directrice de l’UNRIC. Les journalistes indépendants sont les plus ciblés, comme le montre un nouveau rapport de l’UNESCO.

Ce rapport sur la sécurité des journalistes et le danger d'impunité offre un aperçu du nombre de journalistes tués. En 2015, 115 journalistes ont perdu la vie, et jusqu’ici, en 2016, 68 journalistes ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions.

La conférence a également accueilli le témoignage émouvant de Fabienne Mercier Nerac qui a perdu son mari, le journaliste Frédéric Nerac, en Irak. « Grâce aux déclarations de témoins, notre famille a obtenu des preuves qu'il a été tué », a-t-elle dit. « Cependant, son corps n'a jamais été retrouvé, donc il y a encore cette petite partie qui manque au deuil. »

Dans la ville normande de Bayeux, on peut se remémorer les 2000 journalistes qui ont perdu la vie dans le monde depuis 1944 dans un parc qui leur est dédié. Le mémorial rappelle également à ses visiteurs que certains d’entre-eux ont perdu la vie pour des raisons tragiquement banales. En 1991, par exemple, le cameraman Nicholas Della Casa et le preneur de son Charles Maxwell, filmant le drame des Kurdes en Irak pour la BBC, ont été abattus après une dispute avec leur guide sur les frais du reportage. Mme Nerac a également déclaré à la conférence qu'elle travaillait à l'établissement de Reporters Missing in Action (RMIA), une fondation qui travaillera au nom des journalistes disparus ou tués et dont le corps n'a pas été retrouvé.

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Journée internationale de la paix
21 septembre 2019

L’ONU, l’UE et les Schtroumpfs nettoient
la plage d’Ostende

74ème session de l'Assemblée générale

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations