Vendredi, 19 Juillet 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Tsunamis : la collaboration mondiale sauve des vies

5 novembre 2016 – Rien n’arrête les tsunamis, ces vagues géantes destructrices, qui ont coûté la vie à plus de 260000 personnes en un siècle. La seule parade est la prévention et la sensibilisation. L’été dernier, les pays du pourtour méditerranéens ont renforcé leur système de prévention. Mais plus peut être fait.

Informer les populations, ne pas bâtir tout près des côtes, connaître les zones sensibles, évacuer si besoin dès qu’un tremblement de terre peut engendrer un tsunami, il y a des moyens pour tenter de minimiser l’impact de ces catastrophes naturelles, extrêmement meurtrières.

Ce phénomène, qui pourrait s’amplifier avec le réchauffement climatique, est depuis cette année une journée mondiale dédiée à la sensibilisation, qui a lieu tous les 5 novembre.

 tsunamisI

Un panneau prévenant les touristes des risques de tsunamis. Photo : UNISDR

« S’il y avait plus d’informations données sur les catastrophes naturelles, un grand nombre d’entre elles pourraient être évitées et de nombreuses vies sauvées », explique Margareta Wahlström, la représentante spéciale d’UNISDR, le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques.

« Une Journée mondiale de sensibilisation aux tsunamis n’attire pas uniquement l’attention sur la diminution des risques, mais également sur la possibilité d’imaginer une stratégie concernant les habitations et immeubles de bureaux. En effet, ces bâtiments pourraient être construits dans des endroits qui ne sont pas touchés par des tsunamis, tremblements de terre ou les ouragans. », poursuit-elle.

Le Japon est à l’origine de la proposition d’instaurer cette journée. Ce pays a subi de nombreux tsunamis dont celui de 2011 qui a abouti à une catastrophe nucléaire, tué 15 000 personnes et laissés des milliers d’autres sans abris.

« Le tsunami qui a touché presque toutes les côtes de l’Océan indien a causé la mort de plus de 230 000 personnes. Cette catastrophe a permis d’accroître l’engagement politique afin de diminuer le risque d’une nouvelle catastrophe. La population côtière est aujourd’hui bien mieux informée », commenté Margareta Wahlström.

tsunamis II

Les dommages causés par le tsunami en 2011 au Japon. Photo: UNISDR

L’Europe a également été la victime de tsunamis il y a quelques siècles. En 1755, un tremblement de terre a provoqué une vague si haute qu’elle a détruit une grande partie de la capitale portugaise, Lisbonne. D’autres villes côtières de Portugal, d’Espagne et du Maroc furent touchées. Plus récemment, en 2008, les côtes du Sud de l’Italie ont été inondées par un tsunami à la suite d’un tremblement de terre en Sicile. En 2002, un flanc du volcan Stromboli (Italie) s’est effondré dans la mer engendrant une vague gigantesque. Cette catastrophe s’est produite en décembre. Les conséquences d’un tel phénomène en période touristique auraient été dramatiques.

Dacian Cioloș, ministre de l’Éducation et de la Recherche scientifique en Roumanie, explique que « le risque de tsunamis en mer Méditerranée mérite une attention toute particulière étant donné la distance infime entre l’endroit sensible en mer et les côtes. Il ne faut pas plus d’une heure avant que la vague n’atteigne les côtes les plus proches. »

Cet été, les pays entourant la Méditerranée ont décidé de renforcer et de coordonner leurs systèmes de sécurité pour les tsunamis. Quelque 130 millions de personnes vivent dans les régions côtières autour de cette zone qui voit sa population augmenter pendant les périodes touristiques.

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

La semaine passée à l'ONU
8 au 12 juillet 2019

Screenshot 2019 07 11 The Sustainable Development Goals Report 2019 French pdf

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations

  • L​​​​​​​​​​e nouveau Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies, Nicolas de Rivière, a présenté ses lettres de créance (8 juillet 2019)

  • Le Secrétaire général nomme Mirko Manzoni, de la Suisse, Envoyé personnel pour le Mozambique (8 juillet 2019)

    Liste complète...