Mardi, 15 Octobre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Replacer l’humain au centre de l’économie

article éco 1

7 juin 2016 – « L’économie devrait être au service des gens, et pas l’inverse » a affirmé l’expert des Nations Unies après avoir évalué les politiques d’ajustement de l’Union européenne.

UNRIC a accueilli une conférence de presse de l’expert indépendant Juan Pablo Bohoslavsky afin de partager les premiers résultats de sa visite d’une semaine à Bruxelles, durant laquelle il a rencontré des représentants de la Commission européenne, du Parlement européen, les institutions des droits de l’homme et de la société civile. Le but de sa visite était d’évaluer l’impact des politiques d’austérité et des programmes d’ajustement sur le bien-être économique et les droits sociaux de l’Union européenne.

Après avoir récolté des informations pendant la semaine sur les politiques récentes menées par l’Union européenne pour lutter contre le chômage, la pauvreté et l’exclusion sociale, ainsi que sur les initiatives européennes pour promouvoir les droits sociaux, M. Bohoslavsky a présenté ses premiers résultats et ses recommandations clés.

« Je suis préoccupé par un virage politique qui sape les approches précédentes s’assurant de la stabilité économique, de l’égalité et de la cohésion sociale, en faveur d’un intérêt disproportionné pour la stabilité budgétaire », a prévenu l’expert international chargé par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies d’analyser les effets de la dette sur les droits de l’homme.  

« La pauvreté a augmenté dans l’une des régions les plus peuplées du monde », a précisé M. Bohoslavsky. Près de 121 millions de personnes risquent la pauvreté ou l’exclusion sociale au sein de l’UE. Leur nombre a particulièrement augmenté dans les pays qui ont subi une crise financière et des ajustements structurels, comme la Grèce et l’Espagne.

« Il est très peu probable que l’UE atteigne son objectif officiel de réduire le nombre de personnes exposées au risque de pauvreté et d’exclusion sociale de 20 millions d’ici à 2020 », a-t-il observé tout en notant le fait qu’il y a environ 21,4 millions de personnes au chômage au sein de l’UE, c’est-à-dire 4,7 millions de plus qu’en 2008, avant la crise financière.  

L’expert des droits de l’homme a également noté que l’UE a développé des outils pour évaluer l’impact des mesures d’austérité et des accords de commerce internationaux sur les droits sociaux et humains. « Toutefois, a-t-il ajouté, lorsqu’il s’agit de politiques macroéconomiques internes, les standards sur les droits de l’homme ne sont pas explicitement utilisés comme norme pour évaluer les programmes de réformes structurelles. »

 

article éco 2

Lors de cette présentation aux journalistes, M. Bohoslavsky a affirmé qu’il était satisfait de l’ouverture et de la franchise de l’UE dans la discussion de « ce qui pourrait être fait pour surmonter les impacts négatifs de la crise financière sur les droits de l’homme » et dans la compréhension du besoin de « réfléchir collectivement à la manière de mieux protéger les individus et les groupes dans le futur ».

Une préoccupation sous-jacente de ses recommandations était le besoin de réformes économiques pour que les évaluations des droits sociaux et humains aillent au-delà du « cocher des cases » et « se montrer digne de son nom ».

« Il est nécessaire, a-t-il dit, de remettre de l'humain dans l'économie. L'économie doit servir les personnes et pas l’inverse ».

Durant la discussion, M. Bohoslavsky a réaffirmé les conclusions de son dernier rapport sur la situation économique et sociale en Grèce suite à sa visite en décembre dernier, réitérant que les violations des droits économiques et sociaux, qui vont de pair avec les mesures d'austérité, relèvent de la responsabilité commune de tous les états membres.

Enfin, en réponse à une question sur l'influence du prochain rapport de l'UE qui sera publié en mars 2017, le rapporteur spécial a déclaré espérer que les autorités européennes « réalisent l'importance de mettre en place des évaluations d'impact des droits de l'homme » pour tendre vers une stabilité macroéconomique.

« Quelles que soient les politiques macroéconomiques en question, a-t-il dit, les droits de l'homme doivent être entièrement respectés pour que personne ne soit laissé de côté ».

____________________________________

Liens :

Juan Pablo Bohoslavsky (en)

Dernier rapport sur la Grèce, suite à la visite de Bohoslavsky en décembre  (A/HRC/31/60/Add.2) (en)
Twitter: @UNHumanRights
Facebook: unitednationshumanrights
Instagram: unitednationshumanrights
Google+: unitednationshumanrights
Youtube: unohchr

Photos : UNRIC/Gaia Verhulst

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Sail to the COP

Un groupe de jeunes militants pour le climat a pris la mer cette semaine depuis Amsterdam pour la COP25 au Chili.

L’ONU, l’UE et les Schtroumpfs nettoient
la plage d’Ostende

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations