Samedi, 21 Septembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Entretien avec Nick Robins sur la finance verte

3 juin 2016 – UNRIC a rencontré Nick Robins, co-Directeur de l’Enquête des Nations Unies pour la conception d’un système financier durable, et lui a posé quelques questions lors de la conférence de la Commission européenne pour la semaine verte.

BxQk1u9 Copy

Nick Robins interviewé par UNRIC durant la semaine verte. Photo : Craig Entwhistle

Le PNUE a lancé une enquête pour concevoir un système financier durable. De quoi s’agit-il, et quel est le lien avec l’année de la finance verte ?

L’objectif de l’enquête du PNUE est de vérifier quelles actions entreprendre pour que le système financier mondial soutienne la transition vers le développement durable. Nous observons principalement les actions des décideurs, des régulateurs financiers, des ministères, des marchés boursiers, etc. pour mobiliser $300 trillions et les aligner sur le développement durable.  

Pouvez-vous résumer les grandes conclusions de l’enquête du PNUE ?

Partout dans le monde, nous avons recherché ce qui se passe en termes d’actions des banques centrales et des régulateurs financiers. Nous avons été assez surpris de constater une « révolution silencieuse », c’est-à-dire une reconnaissance accrue par ces agences et régulateurs de leur rôle pour la compréhension des problèmes environnementaux et sociaux et la manière dont ils impactent la finance.

Cela peut impliquer d’exiger des entreprises qu’elles partagent des informations sur leurs actions durables ou des banques qu’elles abordent les risques environnementaux ou créent des marchés pour mobiliser de nouveaux capitaux. La Chine, par exemple, a introduit de nouvelles conditions qui génèrent une croissance de ce « marché vert des obligations ». Donc, un nombre grandissant de secteurs et d’acteurs financiers se mobilisent.

490551

Éoliennes en Corée du Sud. Photo :  Photo ONU

Vous avez déclaré 2016 comme étant l’année de la finance verte. Pouvez-vous expliquer ce que ça signifie ?

Si nous jetons un œil sur 2015, ce fut une bonne année pour fixer les cadre d’action globaux puisque que nous avons eu les objectifs de développement durable (ODD), l’Accord de Paris, des accords financiers et de développement – qui ont tous permis des engagements de haut niveau. En janvier, nous avions suggéré que cette année pouvait être celle de la finance verte.

La Chine occupera la présidence du G20 cette année et a mis en place un groupe d’étude de la finance verte pour les ministres des finances et les directeurs de banques centrales. Pour la première fois, les ministres des finances et les directeurs de banques centrales peuvent voir ce que ça signifie pour eux.

Cette initiative a réellement encouragé plusieurs pays à définir ce que ça représente au niveau national, comme en Inde où l’augmentation rapide d’un intérêt pour la finance verte vient en grande partie du fait que ce pays possède de grandes infrastructures qui consomment beaucoup en énergie, en eau et en transport. Ils se concentrent sur la finance verte comme source de capital pour s’assurer un développement propre et durable.

Pensez-vous que l’Europe est en tête de peloton ou à la traîne comparé à d’autres régions du monde ?

Ce qui est intéressant c’est que de bien des façons l’Europe est le berceau de nombreuses innovations dans le domaine de la finance verte et du développement durable. Au niveau national, nous constatons qu’un grand nombre de pays commencent à s’intéresser à ce sujet. Généralement, ils font ça pour voir comment ils peuvent financer les ODD.

Par exemple, la Suède prend des mesures pour promouvoir des informations aux consommateurs autour de la performance des produits en termes de durabilité. La France, elle, introduit de nouvelles conditions pour que les institutions financières informent sur les aspects environnementaux de leurs portfolios et réfléchissent au changement climatique. Le Royaume-Uni vient tout juste de faire leur première analyse réglementaire sur ce qu’implique le changement climatique pour les compagnies d’assurance.

Je pense que, de plus en plus, au niveau européen, il y a un dialogue sur comment mettre cette innovation en commun. Il y a l’Union des marchés de capitaux où les gens se demandent à présent : « Comment pouvons-nous utiliser ce mécanisme pour l’énergie verte ? » Et il y a aussi le Plan Juncker. Donc, beaucoup de projets sont en train de prendre forme.

Comment l’ONU peut-elle aider à concevoir un système financier plus durable ?

Il y a beaucoup de choses que les Nations Unies peuvent faire. L’ONU est évidemment une entité qui participe à mettre en œuvre les ODD et l’Accord de Paris, donc dans un sens elle a le rôle et la responsabilité de réfléchir à comment la finance publique et privée peut être mobilisée pour réaliser ces objectifs.

Comment alors encourager la finance privée ? Un moyen efficient est d’engager quelques-unes des institutions financières majeures comme le FMI, ou la Banque mondiale sur la base de leur force et leurs compétences dans ce secteur.

Par exemple, dans le cadre du groupe d’étude de la finance verte du G20 créé par la Chine, on a demandé au PNUE de fonder un secrétariat spécialement pour ça. C’est un exemple d’action que l’ONU peut entreprendre pour partager des connaissances de manière impartiale.

ST5jIBJ

Participants à la semaine verte 2016. Photo : Craig Entwhistle

L’ONU peut également aider en sensibilisant les citoyens et la société civile, car si l’on regarde d’où vient la finance durable, c’est surtout des ONG et des scientifiques qui travaillent sur le sujet. Même si un nombre important d’initiatives positives sont en cours, nous n’en sommes toujours qu’au début.

Quels sont les principaux obstacles auxquels la communauté internationale fait face concernant le développement durable ?

Le plus gros problème est le temps. Nous réfléchissons souvent à court terme, même si nous savons qu’une problématique telle que le réchauffement climatique est irréversible. Nous avons donc un réel problème pour rendre ces enjeux de long terme pertinents aux yeux des institutions financières qui prennent souvent des décisions en quelques minutes.

__________________________________________________________

Enquête du PNUE pour la conception d'un système financier durable (en)

Semaine verte 2016 de la commission européenne (en)

Objectifs de développement durable des Nations Unies

Article UNRIC: Cette semaine en Europe : focus sur l’environnement

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Journée internationale de la paix
21 septembre 2019

L’ONU, l’UE et les Schtroumpfs nettoient
la plage d’Ostende

74ème session de l'Assemblée générale

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations