Dimanche, 21 Juillet 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Une journée pour se souvenir de l’esclavage

Elyx Esclavage1

24 août 2015 - La Journée internationale des Nations Unies pour le souvenir de la traite négrière et de son abolition a pour objectif de rappeler les horreurs de la traite transatlantique des esclaves. C’est l'occasion de réfléchir sur les causes et les conséquences de la traite des esclaves, et d’analyser les interactions qu’elle a générées  entre l'Afrique, l'Europe, les Amériques et les Caraïbes.

Dans la nuit du 22 au 23 août de 1791, Saint-Domingue (aujourd'hui Haïti et la République dominicaine) a connu un soulèvement qui conduira à terme à l'abolition de la traite transatlantique des esclaves. La révolte des esclaves a donné à l'île son indépendance et affaibli le système colonial des Caraïbes dans son ensemble.

Cette année, la commémoration de ces événements coïncide avec le lancement de la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine (2015-2024). Beaucoup d'entre elles sont des descendantes des victimes de la traite transatlantique des esclaves. Cette initiative annoncée par l'ONU en 2014, vise à promouvoir et protéger les droits humains des personnes d'ascendance africaine car elles sont parmi les plus touchées par le racisme, « Trop souvent, elles font face au déni des droits fondamentaux tels que l'accès aux services de santé de qualité et à l'éducation » a affirmé Ban Ki-moon. Aujourd'hui, environ 200 millions de personnes se considérant d’ascendance africaine vivent en Amérique.

Le thème de cette décennie, « Personnes d’ascendance africaine : considération, justice, développement" tend à mettre en lumière le droit à l’égalité et à la non-discrimination dans de nombreux domaines tels que l’emploi, le logement et la santé. Cette thématique est à mettre en perspective avec le projet interculturel de l'UNESCO « La Route de l'esclave », dont l’objectif est de promouvoir une plus grande prise de conscience de l'esclavage et de la traite négrière.

Cette journée internationale rappelle également que le commerce des esclaves n’appartient pas au passé. En effet, l’esclavagisme est malheureusement toujours d'actualité : près de 21 millions d’hommes, femmes et enfants sont victimes d’esclavage moderne. Une pratique qui existe partout dans le monde et qui se manifeste sous diverses formes : du travail forcé à l’esclavage sexuel en passant par l’exploitation des enfants. « Si  ces formes d’esclavage ne nécessitent ni bateaux négriers, ni chaînes ou boulets, il s’agit toujours de violation des droits de l’Homme et de la dignité humaine tels qu’énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l'Homme de 1948 » explique l’UNESCO.

Le 23 août se veut une journée destinée à commémorer ces événements de l’histoire afin de rendre hommage aux victimes de la traite négrière et à ceux qui ont lutté pour abolir l’esclavage. Il s’agit donc de cristalliser une mémoire pour demain en n’oubliant pas que des hommes et des femmes sont, aujourd’hui encore, dans des situations de non-droit.

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

La semaine passée à l'ONU
8 au 12 juillet 2019

Screenshot 2019 07 11 The Sustainable Development Goals Report 2019 French pdf

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations

  • L​​​​​​​​​​e nouveau Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies, Nicolas de Rivière, a présenté ses lettres de créance (8 juillet 2019)

  • Le Secrétaire général nomme Mirko Manzoni, de la Suisse, Envoyé personnel pour le Mozambique (8 juillet 2019)

    Liste complète...