Dimanche, 20 Octobre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Les Visages de l'ONU : Marie-Évelyne Petrus-Barry

Marie-Évelyne Petrus-Barry

26 mars 2015 - La liste des fonctions que Marie-Évelyne Petrus-Barry a occupées à l’ONU est plutôt longue. Allant de Directrice adjointe de la section de la communication et de l’information de la Mission des Nations Unies en Haïti à Directrice du Centre des droits de l’homme et de la démocratie pour l’Afrique centrale au Bureau des Nations Unies du Haut-Commissariat aux droits de l’homme. Les fonctions dont elle a la charge à présent ne sont pas moins nombreuses. De fait, comme elle le dit elle-même, actuellement au Gabon, elle porte plusieurs « casquettes ».

Tout d’abord, elle a été nommée, il y a deux années déjà, Coordonnateur Résident des Nations Unies. Représentant ainsi le Secrétaire Général pour la coopération au développement, elle a pour responsabilité de coordonner les différentes agences onusiennes présentes au Gabon afin d’améliorer la cohérence et l’efficacité de leurs actions de développement.

Dans ce cadre, elle est également le Représentant Résident du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Marie-Évelyne apporte ainsi un appui au gouvernement dans de nombreux secteurs : gouvernance, développement local, lutte contre la corruption, participation politique, démographie,… Un accent est bien entendu mis sur les groupes vulnérables et la thématique du genre.

Sa troisième responsabilité a trait à la sécurité du personnel de l’ONU. Marie-Évelyne doit à cet effet préparer des plans sécuritaires et de contingence, pour les agences des Nations Unies présentes au Gabon.

Enfin, Marie-Évelyne assure une fonction « ad hoc » de Représentant des agences non résidentes ou non représentées au Gabon à qui elle apporte son appui pour leurs activités dans le pays. Ainsi, elle fut amenée, pendant près de deux ans à représenter le Fonds des Nations Unies pour la population, traitant des thèmes tels que la santé de la reproduction, le planning familial et le recensement. Et depuis 6 mois, au nom de l’UNESCO, elle aborde des problématiques toutes autres : l’éducation primaire et secondaire, la culture, la communication, les droits et devoirs des journalistes, les patrimoines mondiaux…

Dans son travail quotidien, Marie-Évelyne est autant en contact avec les autorités qu’avec la population locale. D’un côté, elle représente le système onusien auprès de la Présidence et du Ministère des Affaires étrangères gabonais, à un niveau macro. D’un autre côté, elle travaille directement en contact avec les communes, dans le cadre d’un projet de décentralisation mis en place par le PNUD, et entre en communication avec les habitants dans le but de mieux orienter la coopération au développement.

Marie-Évelyne note qu’il y a une réelle volonté de la part du gouvernement gabonais à fournir tous ses efforts pour améliorer la situation du pays. Alors que 80% des recettes nationales proviennent des gisements pétroliers, la crise économique a vraiment affecté le Gabon. Et l’on peut également lier celle-ci à une crise sociopolitique. Les inégalités sont criantes, 30% de la population vit dans la pauvreté. « Mais il y a de l’espoir car le pays a compris qu’il fallait diversifier son économie », explique-t-elle. « Au niveau politique, l’ONU n’intervient pas directement, mais promeut le dialogue politique et social, ainsi que la participation de tous, à tous les niveaux. Il s’agit de trouver un consensus social. » Par ailleurs, le travail des agences de l’ONU au Gabon se fait en partenariat étroit avec les ONG locales. « Nous tentons de créer un réseau local afin de développer des actions ayant un réel impact pour l’amélioration de la vie des populations », ajoute Marie-Évelyne.

Tout est mis en œuvre pour endiguer la corruption, et rendre la décentralisation effective, à travers notamment la formation de d’associations qui travaillent dans de nombreux domaines tels que l’éducation, l’agriculture... Les médias et les secteurs publics sont eux aussi engagés dans ces actions. Il y a également le secteur privé : « Le groupe Shell a financé un projet du PNUD et du Ministère de la Santé pour la construction et le bon fonctionnement d’un centre de santé local. La prévalence du paludisme, de la tuberculose et du VIH ainsi que la transmission du virus de la mère à l’enfant a diminué de moitié en trois ans », affirme Marie-Évelyne.

Quant à la lutte contre la corruption, le PNUD, à la demande du gouvernement gabonais, a appuyé le développement d’une stratégie nationale contre la corruption et l’enrichissement illicite qui a vu le jour en 2012. Le PNUD a maintenant commencé à exécuter l’opérationnalisation de cette stratégie avec des objectifs de développement d’un cadre légal, de la sensibilisation envers les personnes les plus vulnérables en matière de corruption ainsi que des mécanismes et outils permettant de mieux traquer les corrompus et corrupteurs.

Marie-Évelyne n’a pas peur des défis, « ils vous motivent » précise-t-elle. D’autant plus que les résultats sont là : « Par exemple, à présent 100% des filles gabonaises terminent l’école primaire ! », se réjouit Marie-Évelyne. « Maintenant, nous devons nous attaquer à un second problème, celui de la qualité de l’éducation quant aux maternités précoces, au niveau de l’école secondaire. » Elle note par ailleurs des changements positifs au niveau de la participation politique. Le pays lui-même investit dans la réforme, ce qui prouve une réelle volonté politique. Enfin, Marie-Évelyne se félicite de la confiance que le pays accorde aux Nations Unies.

Ban Ki Moon Unicef Gabon UN Photo Evan Schneider

Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, en visite au Gabon à l’occasion d’un projet de l’UNICEF pour les enfants en difficulté sociale.

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

#Back2School avec le
Ministre Alexander De Croo

Sail to the COP

Un groupe de jeunes militants pour le climat a pris la mer cette semaine depuis Amsterdam pour la COP25 au Chili.

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations

  • ​​​​​​​​​Le Secrétaire général fait de Mamoudou Diallo, de la Guinée, son Représentant spécial adjoint au Bureau pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (14 octobre 2019)

  • Helen La Lime, des États-Unis, est nommée Représentante spéciale pour Haïti et Chef du Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) (14 octobre 2019)

  • Le Secrétaire général nomme Fatoumata Ndiaye du Sénégal à la tête du Bureau des services de contrôle interne (BSCI) (11 octobre 2019)

    Liste complète...