Dimanche, 20 Octobre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Les visages de l'ONU : Eva Devoldere

Eva Devoldere

20 février 2015 - Après plusieurs années de travail à la Commission européenne à Bruxelles, Eva Devoldere s’est retrouvée à Jérusalem grâce au Programme des Volontaires des Nations Unies. Depuis 2013, elle y travaille en tant qu’avocat au siège du Département des affaires juridiques de l’UNRWA (l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient).

Parmi les nombreuses tâches assignées au département se trouvent les services de conseils sur le droit international, sur le droit administratifs, et des conseils juridiques généraux. Eva Devoldere a pour tâche importante de fournir des conseils juridiques lorsque l’UNRWA collabore avec ses partenaires. Il peut s’agir de donateurs, mais aussi d’ONG qui sont présentes dans la région, des entreprises qui leur fournissent services ou matériels, ou encore, d’autres agences des Nations Unies et organisations qui soutiennent l’UNRWA dans l’exercice de son mandat. « Récemment, nous avons travaillé avec diverses ONG qui collaborent avec l’UNRWA dans la construction et la gestion de centres de santé au Liban. Pour ce faire, il est nécessaire de définir clairement les responsabilités et le travail de chacun » raconte Eva.

Respecter les principes de l’ONU

Supposons que l’UNRWA et d’autres organisations décident de coopérer afin de fournir du combustible et des couvertures aux réfugiés palestiniens de Gaza. Le contrat qui lie les différentes organisations doit non seulement déterminer qui fait quoi, mais de plus en plus d’attention est également prêtée aux principes de l’ONU. Afin de s’assurer que ces derniers soient respectés, ils sont inscrits dans les clauses standards. Eva explique : « De cette façon, l’UNRWA s’assure par exemple que les partenaires avec qui il collabore travailleront de manière éthique, et ne seront pas impliqués dans le travail des enfants ou le terrorisme. » En outre, des accords sont conclus concernant l’utilisation du logo des Nations Unies ou la neutralité, un principe que les Nations Unies doivent toujours maintenir. Enfin, il existe aussi les clauses de confidentialité qui garantissent qu’aucune donnée personnelle des réfugiés ne sera transmise lorsque cela n'est pas nécessaire.

Un dernier point notable qu’Eva indique toujours dans les contrats, est le fait que l’ONU est soumise au droit international et jamais au droit national. Cela s’avère capital en cas de conflit car les Nations Unies ne pourront jamais être jugées devant des juridictions nationales. Les parties définissent alors ensemble une autre manière de régler le différend ou optent pour l’arbitrage. Tous ces éléments sont essentiels pour préserver le travail de l’UNRWA.

Un vaste mandat

Bien que la rédaction de contrats représente une grande partie du travail d’Eva, celui-ci couvre d’autres aspects : le département prépare également des rapports pour d’autres agences de l’ONU, défend l’UNRWA devant un tribunal administratif interne  et veille enfin à ce que tout ce que les projets que l’UNRWA entreprend entrent dans le cadre de son mandat.

UNRWA fr

Les donateurs

Depuis plusieurs années, l’UNRWA fait face à un déficit budgétaire. Alors que le nombre de réfugiés dont l’agence s’occupe ne cesse de croître, que les besoins augmentent, mais les dons ne suivent pas. L’UNRWA dépend presque entièrement des contributions volontaires, c’est pourquoi il est essentiel de maintenir de bonnes relations avec les donateurs. C’est d’ailleurs une des responsabilités d’Eva de rédiger les contrats avec les donateurs. On peut y lire non seulement l’engagement des donateurs mais aussi leurs attentes par rapport à l’UNRWA. « Ainsi, par exemple, ils peuvent poser des conditions sur la visibilité que nous devons apporter à leurs dons, ou que nous rendions régulièrement des comptes sur les progrès réalisés » explique Eva. « Il est important que tout soit soigneusement préparé, car si l’UNRWA ne répond pas aux exigences, certains donateurs ont la possibilité de récupérer une partie des fonds alloués, ce que nous devons à tout prix éviter. »

Enfin, Eva et ses collègues donnent des formations au personnel de l’UNRWA pour qu’ils soient plus attentifs aux règles et procédures. « Vous voyez, c’est un travail très diversifié et c’est cela qui le rend agréable. Travailler pour une agence comme l’UNRWA, qui a des impacts concrets sur le terrain et qui fournit des services cruciaux aux réfugiés palestiniens, est incroyablement fascinant » conclut-elle.

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

#Back2School avec le
Ministre Alexander De Croo

Sail to the COP

Un groupe de jeunes militants pour le climat a pris la mer cette semaine depuis Amsterdam pour la COP25 au Chili.

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations

  • ​​​​​​​​​Le Secrétaire général fait de Mamoudou Diallo, de la Guinée, son Représentant spécial adjoint au Bureau pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (14 octobre 2019)

  • Helen La Lime, des États-Unis, est nommée Représentante spéciale pour Haïti et Chef du Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) (14 octobre 2019)

  • Le Secrétaire général nomme Fatoumata Ndiaye du Sénégal à la tête du Bureau des services de contrôle interne (BSCI) (11 octobre 2019)

    Liste complète...