Vendredi, 20 Septembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Le quatrième homme est sur la montagne

Montagne

Les régions montagneuses représentent un quart de la surface planétaire, et 2,1 milliards de personnes vivent dans ces zones, soit une sur quatre. Les montagnes, d’importance capitale pour l’avenir de la planète, sont qualifiées par les Nations Unies « d’écosystèmes fragiles ». Et chaque année, la journée du 11 décembre leurs est consacrée.

A l’heure où le monde cherche des solutions pour limiter les changements climatiques et leurs conséquences (Cop 20 et Cop 21), la sauvegarde des montagnes est plus qu’une nécessité. En effet, elles hébergent depuis toujours de nombreux organismes vivants, et fournissent aux populations du bois et des ressources importantes pour l’agriculture. Elles sont aussi des réservoirs d’eau douce et 40% de la population dépend de leurs ressources en eau potable. Les montagnes sont les sources des grands fleuves du monde, et les précipitations en aval permettent aux populations qui vivent près des montagnes de s’approvisionner en eau et aussi de puiser dans leurs stocks de glace ou de neige. La chaîne de l’Himalaya et ses dix principales rivières apportent ainsi de l’eau potable à plus de 1,35 milliard de personnes.

Les montagnes permettent de maintenir l’équilibre du climat, la qualité et le débit de l’eau, elles protègent contre les catastrophes naturelles telles que l’inondation, la sécheresse et les tempêtes. Mais, elles subissent plus rapidement les effets du changement climatique.

Des millions de personnes dépendent d’elles pour l’agriculture. En cette année internationale de l’agriculture familiale (AIAF), leur importance et la nécessite de les protéger du changement climatique est mise en avant.

Comme mis en avant lors de la Conférence sur la nutrition, l’agriculture familiale est un élément clef dans la lutte contre la faim et la pauvreté. Mais elle présente bien d’autres avantages. Elle favorise le développement durable, elle peut jouer un rôle majeur dans l’amélioration de la sécurité mondiale, la protection de l’environnement et l’utilisation durable des ressources naturelles. Selon, l’ONU, elle représente plus de la moitié de la production agricole mondiale.

L’agriculture familiale stimule les économies locales, comme l’explique Amara Alieu dans son témoignage. Il vit en Sierra Leone, et a réussit à obtenir un prêt au près d’un centre d’appui au développement agricole. Le centre aide les petits agriculteurs à démarrer leur propre entreprise. A l’heure actuelle, il existe plus de 500 millions d’exploitations agricoles dans le monde.

Les objectifs de l’AIAF sont d’encourager les gouvernements à créer des mesures favorables au développement durable de l’agriculture familiale, de sensibiliser le public grâce à la communication et aux médias, et de créer un dialogue entre les institutions financières, les banques de développement, les décideurs, etc.

Elle veut aussi renforcer la coopération avec les différentes parties prenantes, comme par exemple, le Forum rural mondial (FRM) et l’Organisation mondiale des agriculteurs (OMA). Et enfin, elle veut faire entendre la voix des familles d’agriculteurs, qu’elles fassent part de leur expérience ce qui permettrait de comprendre le potentiel et les contraintes de ce type d’agriculture.

L’agriculture familiale peut renforcer l’autonomie des générations futures du monde entier, et ceux qui la pratiquent ont besoin d’un coup de pouce.

Plus d’information

Journée internationale de la montagne

FAO : l’agriculture et la montagne  

2014, l’Année internationale de l’agriculture familiale (AIAF)

Les impacts sur les montagnes

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Journée internationale de la paix
21 septembre 2019

L’ONU, l’UE et les Schtroumpfs nettoient
la plage d’Ostende

74ème session de l'Assemblée générale

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations