Mardi, 12 Novembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Les visages des Nations Unies : Filip Warnants

Filip Warnants - eerste foto

Filip vie et travaille dans un complexe près de Kabul, dans un petit village récemment sorti de terre, qui héberge environ 400 à 500 membres du personnel de différentes agences des Nations Unies. Lui et ses collègues vivent totalement reclus du monde extérieur. De tels complexes sont composés de petits bâtiments et de conteneurs qui servent de bureaux, studios ou de cantines selon les besoins des membres du personnel. « Ce n’est pas facile de vivre dans ce genre d’environnement », explique Filip, « mais c’est la seule option qu’on ait pour ce genre de travail ».

Filip Warrants travaille pour le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) en Afghanistan depuis trois ans. Il est un des visages de l’ONU que nous dévoilons aujourd’hui. Les Nations Unies sont très actives en Afghanistan, et par l’intermédiaire de Filip, jetons un regard de l’intérieur sur son rôle pendant le processus électoral. En 2004, les premières élections présidentielles libres, remportées par M. Karzai, ont été entièrement organisées avec l’aide de la communauté internationale. En 2006, le PNUD a décidé de travailler avec la nouvelle Commission électorale indépendante (CEI), pour qu’à l’avenir le gouvernement afghan organise ses élections dans le calme et avec le moins d’intervention internationale possible. Le projet, dont Filip fait partie, a été baptisé en 2012 « PNUD-ELECT II », et aide à la création d’une base démocratique pour le peuple afghan.

L’équipe du  PNUD-ELECT II est responsable du support technique et logistique de la CEI, et s’occupe aussi bien de l’organisation que du bon déroulement des élections afghanes. Filip se charge de la coordination interne, de l’organisation du projet, de la surveillance et des comptes-rendus. Il s’assure que tout se passe comme prévu et que tous fassent le travail qui leur a été attribué. Beaucoup de donateurs occidentaux, comme la Belgique (jusqu’en 2009) et les Pays-Bas, ont contribué financièrement au projet d’élection de l’ONU. Filip passe une grande partie de son temps à faire des comptes-rendus aux donateurs sur l’avancement du projet.

Selon Filip, l’étroite collaboration entre les Nations Unies et la CEI est mise en valeur dans la préparation des élections présidentielles. « Les élections sont toujours un processus compliqué en ce qui concerne la logistique, et chaque détail doit être planifié à l’avance. Il faut qu’il y ait des personnes dans les bureaux d’élection, que les gens soient informés et que des centaines de bureaux d’élection soient prêts à temps ». Ce n’est pas facile à faire dans un pays comme l’Afghanistan : « pour envoyer des millions de bulletins de vote et d’urnes dans les zones les plus reculés du pays, environ 5 000 ânes et de nombreux hélicoptères ont été utilisés pour distribuer tout le matériel. »

Filip et son équipe ont surtout un rôle consultatif et anticipent les solutions possibles pour des problèmes qui pourraient survenir pendant les élections. Par exemple, le nombre de personnes illettrées rend la réalisation des bulletins de vote difficile. Une des alternatives serait de présenter les candidats via leur photo, mais la majorité des femmes qui se présentent ne veulent pas que leur image soit utilisée. Il faut aussi prendre en compte le fait que dans les zone reculées, les populations n’ont pas de radios ou de télévisons. C’est pourquoi chaque candidat est représenté par symbole unique qui a été apposé sur chaque bulletin, de façon à ce que les citoyens sachent pour qui ils votent.

ballot

« Cette année, après le premier tour des élections, les deux candidats en tête étaient Abdullah Abdullah et Ashraf Ghani » explique Filip. « Pendant cette période là, mon équipe s’est vue attribuer une tâche supplémentaire parce que la population commençait à être divisée et des tensions ethniques se faisaient sentir pendant les préparations du dernier tour des élections. C’est pourquoi on a dû s’assurer que les élections restaient équitables et on a dû recompter les votes pour être sûr qu’il n’y avait pas eu de fraude. »

Les Nations Unies essayent d’inclure le CEI autant que possible dans les préparations des élections. Les décisions finales sont prises par les commissions des élections, bien qu’elles reçoivent souvent des conseils. Le principe est que l’initiative et l’exécution des élections soient prises par le peuple afghan. Parce que, bien que les conseillers des Nations Unies ne soutiennent le CEI dans leurs tâches quotidiennes, le but ultime est que les élections soient organisées avec le moins d’intervention internationale possible.

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

75ème anniversaire de l’ONU

UN75 UN emblem blue tagline F cropped

Journée des Nations Unies à Paris

#Back2School avec le
Ministre Alexander De Croo

news32x32 DblueNominations