Mercredi, 20 Novembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Changement climatique : agir vite pour éviter l’irréversible catastrophe

 IPCCmodif

 4 novembre 2014 - Le réchauffement climatique est l’œuvre de l’activité humaine et il faut agir vite sans quoi le processus de changement climatique sera irréversible et aura des conséquences dévastatrices. Ce sont les principales conclusions du dernier rapport du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), présenté mardi par le président du groupe, le Dr Pachouri, président du GIEC devant le parlement européen à Bruxelles.

 Le Dr Pachouri a mis en garde contre les effets « irréversibles » que pourrait avoir le changement climatique. « Mais nous avons encore les moyens d’agir », a-t-il ajouté. 

L’impact du réchauffement climatique est déjà perceptible et plus de 2° aurait des conséquences dramatiques sur les écosystèmes et  la production agricole, engendrera des catastrophes naturelles, des déplacements de populations, des conflits etc. Pour cela, a prévenu le Dr Patchouri, il faut arriver à « zéro émission » d’ici 2100.

 Prendre action a un coût, le GIEC l’a estimé à environ 0,06 % de la croissance annuelle mondiale « Si on ne fait pas d’efforts maintenant, le coût sera plus élevé et il y aura un risque plus important sur la croissance économique », a indiqué le Dr Pachouri.

 Pour le Dr Pachouri, les politiques de développement doivent être intégrées à celle sur le climat. Il a indiqué lors de son passage à Bruxelles qu’il demanderait à présenter le rapport du GIEC devant l’assemblée générale des Nations Unies et insisterait aussi sur ce point.

 Le rapport du GIEC a été préparé par 800 scientifiques du monde entier, ce qui en fait le rapport le plus complet sur le changement climatique qui existe à ce jour. 

 

La situation en quelques chiffres: 

 •Le GIEC est aujourd’hui sûr à 95% que l’activité humaine est responsable du changement climatique. Elle a joué un rôle important dans la concentration de gaz à effet de serre et l’appauvrissement de la couche d’ozone.

 •Entre 2002 et 2011, les émissions annuelles de CO2 d’origine humaine ont dépassées de 54% celles de 1990. Le secteur de l’énergie représente 35% des émissions, l’agriculture et la foresterie 24%, les transports 14%.

 •L’atmosphère et les océans se sont réchauffés, et d’ici 2100, la température moyenne à la surface de la terre pourrait augmenter de 4,8%.

 •La quantité de neige et de glace à diminué tandis que le niveau de la mer a augmenté de 19 cm depuis la fin du XIX siècle, et il pourrait monter jusque 98cm d’ici 2100. 

 •Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), entre 1990 et 2011, l’UE avait diminué ses émissions de 12,6% ; et la France, elle, les avait diminuées de 6,9%. 

 

Pour plus d’information : 

 Le rapport de 2014

 

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

75ème anniversaire de l’ONU

UN75 UN emblem blue tagline F cropped

Journée des Nations Unies à Paris

#Back2School avec le
Ministre Alexander De Croo

news32x32 DblueNominations