Jeudi, 23 Mai 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

2015 logo fr

Chaque jour UNRIC lit pour vous recherche les meilleurs articles et émissions sur le changement climatique et la préparation de la Conférence sur le climat de Paris. Etat des négociations, réflexions et polémiques, initiatives citoyennes, engagements des entreprises, bonnes ou mauvaises nouvelles, tout y est.

< Retour Revue de Presse

Mardi 22 septembre

 

Christiana Figueres, à la tête de la CCNUCC, l’organisation des Nations  Unies en charge de la COP, a fait le point sur l’avancée des négociations, reconnaissant que les engagements actuels ne permettent pas d’atteindre une limitation des hausses de température en dessous de 2 degrés, mais plutôt autour de 3 Détails dans Le Figaro. Dans la Croix Mary Robinson, envoyée spéciale de l’ONU pour le changement climatique, estime qu’aucun « pays au monde ne se développe de manière durable». Et un décryptage de l’avant-projet d’accord de Paris à lire sur le site de RFI.

Les ministres européens de l’Environnement manquent d’ambition pour les objectifs à long terme estime Novethic qui commente la position commune adoptée le 18 septembre. Le Monde  commente de son côté le rapport de l’OCDE qui montre que les gouvernements fournissent 500 milliards de dollars par an pour soutenir les énergies fossiles.

Pourtant, Libération nous indique que les énergies renouvelables sont déjà compétitives et Greenpeace souligne dans les Echos d’ailleurs dans un rapport que, passer au tout renouvelable créerait des millions d’emplois.

La presse revient largement sur « la tricherie » de Volkswagen sur les mesures de pollution de ses voitures, et Consoglobe nous informe notamment que l’entreprise n’est pas la seule à tromper les consommateurs.

 

Etat des négociations

Mary Robinson: «Aujourd’hui, aucun pays au monde ne se développe de manière durable» (La Croix, France)

ENTRETIEN Nommée « envoyée spéciale pour le changement climatique » par le secrétaire général de l’ONU, Mary Robinson est au cœur de la préparation de la  COP21, qui se tient à Paris en décembre. L’ancienne présidente de l’Irlande revient sur le développement de la planète et insiste sur l’importance des prochaines échéances.

Climat: l'ONU veut intensifier les efforts (Le Figaro, France)

La principale responsable du climat à l'ONU, Christiana Figueres, a pressé lundi les pays membres de redoubler d'efforts pour limiter le réchauffement climatique, qui est en passe d'atteindre trois degrés au lieu des deux espérés.

Avant la cop 21, les ministres européens de l’environnement manquent d'ambition pour 2050 (Novethic, France)

Réunis en Conseil vendredi 18 septembre, les ministres de l’environnement européens ont officiellement adopté une position commune en vue de la COP 21. Ils ont acté une réduction d’au moins 40% de leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, par rapport à 1990. En revanche, sur les objectifs à plus long terme, les 28 ministres ont retenu les objectifs les moins ambitieux, en raison de l’opposition de certains pays. Ainsi, les Etats membres se sont engagés sur une réduction d’au moins 50% à l’horizon 2050 par rapport à 1990 et à " une neutralité carbone " d’ici 2100.

Climat : les chefs d'Etat de la France et du Maroc lancent "l'Appel de Tanger" (L’usine Nouvelle, France)

François Hollande et Mohammed VI ont signé le 20 septembre une déclaration conjointe sur le climat dite ''Appel de Tanger, pour une action solidaire et forte en faveur du climat" à l'approche du sommet de Paris COP 21 qui précèdera une réunion de la COP 22 qui aura lieu, elle, à Marrakech en 2016.La visite du président François Hollande au Maroc a été marquée le 20 septembre par la signature d'une déclaration conjointe franco-marocaine en faveur du climat à Gueznaya (préfecture de Tanger-Assilah). Cette déclaration dite "Appel de Tanger" rentre dans le cadre de la préparation des présidences de la COP 21.

«Le climat, à la fin, c’est la guerre ou la paix» (La Tribune de Genève, Suisse)

Interview du ministre français des Affaires étrangères. Le thème: la «bataille de Paris» de la COP21 et l’objectif donné par le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). « L’adjectif qui définit le mieux cette négociation est celui de «vital». Ce qui se pose, en définitive, à travers ces discussions, c’est la question de la vie dans tous les sens du terme.

Négociation climat: ce que dit l'avant-projet d'accord de Paris (RFI, France)

A l’issue de la dernière réunion de Bonn début septembre, ce document fait encore 89 pages et il devrait connaître des modifications supplémentaires. RFI a pu le consulter et vous propose le décryptage de ce projet de traité complexe, avec le concours des spécialistes de l’IDDRI, l’Institut du développement durable et des relations internationales.

 

Politiques climatiques

COP-21 : la contribution des agences spatiales (Libération, France)

Les satellites mesurent le changement climatique, mais pourraient mieux mesurer ses causes. En observant les émissions de CO2 par pays et donc contribuer au contrôle des promesses ou engagements des États dans le cadre de la Convention Climat de l'ONU. C'est ce qui ressort d'un sommet des chefs d’agences spatiales du monde entier, réunis vendredi 18 septembre à Mexico. Leur communiqué souligne «l’importance de la coopération internationale et l’apport des satellites, deux aspects essentiels pour l’observation du changement climatique et le contrôle des engagements qui sont pris pour en atténuer les effets».

Alors que Volkswagen est pris la main dans le sac, EELV lance son plan contre la pollution de l’air (Reporterre, France)

EELV a tenu lundi 21 septembre une conférence de presse autour de la lutte contre la pollution atmosphérique, présentée comme le « cheval de bataille pour la prochaine mandature » par Emmanuelle Cosse. Un sujet qui semble fédérateur et pour lequel les écologistes ont présenté un plan de trois milliards d’euros sur six ans.

Environnement : les socialistes n'ont pas agi. Nous proposons un pacte régional pour l'air (L’Obs, France)

Quelle politique environnementale en Île-de-France ? À quelques semaines de la COP21 et des régionales, Valérie Pécresse, candidate de la droite et du centre à la présidence de la région, Chantal Jouanno, ex-secrétaire d'État à l'Environnement et conseillère régionale UDI, et Yann Wehrling, conseilleur de Paris MoDem, détaillent leurs propositions en la matière.

 

Economie et entreprises

Fossiles : 200 milliards d'aides publiques (Libération, France)

Comment "décarboniser" l'économie sans débrancher les subventions gouvernementales à la production et à la consommation de combustibles fossiles ? C'est la question que pose le dernier rapport sur le sujet publié, hier par l’OCDE.

Selon l’OCDE, les Etats dépensent trop de milliards en faveur des énergies fossiles (Le Monde, France)

Dans un rapport rendu public lundi 21 septembre, l’OCDE chiffre à environ 500 milliards de dollars par an (442 millions d’euros) les moyens fournis par les gouvernements dans le monde pour en encourager la consommation et la production. Pour parvenir à ces sommes faramineuses, les Etats font preuve de créativité dans le registre fiscal. L’OCDE a recensé pas moins de 800 mesures diverses : exemptions, réduction de TVA, bons d’essence pour les ménages à faible revenu, aides directes, etc.  Le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, prévient les Etats : « Pour relever le défi du changement climatique, nous devrons réduire à zéro, d’ici à la fin du siècle, les émissions nettes dues aux combustibles fossiles dans le monde. A défaut, la hausse des températures est inexorable. »

Les pays riches continuent de subventionner les énergies fossiles (Euractiv, France)

Le tiers des aides mondiales à la production et à la consommation d'énergies fossiles sont allouées par les pays de l’OCDE et leurs principaux partenaires. Ce qui grève leurs finances publiques et alourdit leur empreinte carbone. L’OCDE a publié le 21 septembre l'inventaire des « mesures de soutien » pour les combustibles fossiles déployées par ses États membres et quelques-uns de leurs principaux partenaires : Chine, Inde, Indonésie, etc.Premier constat: malgré leurs engagements passés, les pays les plus industrialisés continuent de subventionner, à outrance, production et consommation de charbon, de pétrole et de gaz naturel, à l’origine d’une grosse partie de nos émissions de gaz à effet de serre.

Selon Greenpeace, l’abandon des énergies fossiles serait viable en 2050 (Les Echos, France)

Selon l’ONG, passer au tout renouvelable créerait des millions d’emplois et serait compétitif en termes de coûts. A condition, d’appuyer sur l’accélérateur maintenant.

«Les énergies renouvelables sont déjà compétitives» (Libération, France)

En 2014, on a investi 310 milliards de dollars dans les énergies renouvelables dans le monde. C’est quinze fois plus que dans le nucléaire par exemple. Et la tendance ne fait que s’accentuer. Pour faire la transition énergétique, il va pourtant falloir passer à la vitesse supérieure. Le chiffre de 1 600 milliards de dollars par an peut paraître important mais est totalement réaliste. Et ces investissements seront rentables. Si on dit qu’ils seront «plus que couverts par les économies futures», c’est grâce aux économies d’énergies et aux économies en carburant qu’ils permettront. En effet, les énergies renouvelables, une fois installées, ne nécessitent plus de «carburant» pour fonctionner, car ce sont des énergies de flux et non des énergies de stock.

Les bases d’un bon prix du carbone selon la banque mondiale (Novethic, France)

Fixer un prix du carbone est de plus en plus courant dans le monde. 39 pays et 23 entités sub-nationales l’ont déjà adopté, que ce soit au travers d'un marché carbone ou une taxe. C’est ce que révèle un rapport de la Banque mondiale qui publie aussi, avec l’OCDE et le FMI, une étude sur les principes à suivre pour mettre en place un prix du carbone au niveau mondial. Un outil que ces institutions considèrent comme fondamental pour lutter contre le changement climatique.

Sapin défend une enquête européenne après le scandale Volkswagen (Euractiv, France)

L'onde de choc provoquée par la manipulation mise en place par le groupe Volkswagen et visant à contourner la législation américaine sur les émissions de gaz polluants a gagné l'Europe. Interrogé sur la nécessité de mener une enquête pour tromperie en Europe ou en France après ces divulgations, Michel Sapin a déclaré: « Nous sommes sur un marché européen, avec des règles européennes, c'est celles qui doivent être respectées ».

Volkswagen dans la tourmente après sa tricherie aux contrôles antipollution (Sciences et avenir, France)

La duperie du constructeur automobile va lui coûter cher et pourrait déclencher des investigations aux Etats-Unis et en Allemagne.

Pollution des voitures : Volkswagen n’est pas seule à vous tromper (Consoglobe, France)

C’est une ONG américaine qui a chargé un chercheur de mesurer la pollution des voitures, expérience menée dans une petite ville des Etats-Unis. « Les chiffres nous ont stupéfaits, les différences sont énormes », ont déclaré ses représentants en dénonçant le logiciel truqueur qui falsifiait les données. Ce scandale n’est pourtant pas nouveau. Depuis de nombreuses années, les ONG européennes et américaines dénoncent le décalage entre les mesures effectuées dans les tests théoriques et la pollution réelle des voitures, en conditions de circulation normale.

Epargne : « Investir dans le climat ou le pétrole, il faut choisir » (Le Monde, France)

Pour la première fois un fonds d’investissement français exclut les énergies fossiles de son champ d’investissement pour des raisons éthiques. Pratique courante dans les pays anglo-saxons, l’exclusion sectorielle est rarement pratiquée en France. Certes, il ne s’agit pas d’un mastodonte de la gestion, mais du fonds Ethique et partage, un fonds commun de placement d’environ 5 millions d’euros d’encours essentiellement investis en actions, créé en 2001 et géré par Meeschaert Asset Management pour le compte du Comité catholique contre la faim et pour le développement-Terre Solidaire.

 

Causes et conséquences du réchauffement climatique

En Californie, « les feux échappent à tout contrôle » (Le Monde, France)

Neuf grands incendies continuent de brûler en Californie et 11 000 pompiers sont toujours mobilisés contre ces feux qui ont déjà fait cinq morts et forcé des milliers de personnes à abandonner leur maison. Rod Moraga, 50 ans, basé à Boulder (Colorado), lutte contre les feux de forêt depuis vingt-sept ans et est spécialisé dans l’analyse du comportement des incendies. Interview.

Le changement climatique va bouleverser l’économie mondiale des pêches (Novethic, France)

D’ici 40 ans, le monde de la pêche hauturière sera profondément transformé. Des projections scientifiques tablent sur une augmentation moyenne des captures de pêche de 30 à 70 % dans les régions de haute latitude et une baisse pouvant aller jusqu’à 40 % dans les régions tropicales. En cause, le réchauffement des océans sous l’effet du changement climatique. Si une telle redistribution des espèces de poissons se confirme à l’échelle du globe, l’économie mondiale des pêches s'en trouvera bouleversée.

Saladegate : alerte aux pesticides dans nos assiettes (Le Point, France)

Une enquête de l'association Générations futures révèle que 16 % des salades consommées en France comportent des pesticides interdits et dangereux. Selon l'étude de l'association écologiste menée sur 31 salades achetées dans cinq grandes surfaces de l'Oise (60) et de la Somme (80), un échantillon sur dix contiendrait des produits chimiques prohibés depuis des dizaines d'années.

L'étoile de mer américaine, victime du changement climatique ? (AFP, 20Minutes, France)

«On ne peut pas parler d'autre chose que d'une catastrophe», juge Drew Harvell, biologiste de l'université américaine de Cornell, évoquant l'un des pires épisodes de maladie marine jamais signalé. «C'est impressionnant, vraiment, des millions d'étoiles de mer sont mortes», déplore-t-elle. Nous pensons que l'ampleur (du phénomène) dans nos eaux est due à la température: nous savons qu'avec des températures plus élevées, les étoiles de mer meurent plus rapidement», souligne Mme Harvell.

Des Syriens chassés par la guerre… et le climat (Terraeco, France)

Alors que les Syriens frappent à la porte de l'Europe, venant grossir le flux des réfugiés et l'embarras européen, des chercheurs l'assurent : le changement climatique n'est pas pour rien dans l'exil de ces hommes et de ces femmes.

Comprendre le climat et la COP21 (épisode 18) : menaces sur les sols (Terraeco, France)

Cette semaine, Pierre Radanne se penche sur l’outil de travail des agriculteurs : les sols. Ceux-ci subissent une pression infernale, du fait de la démographie… mais aussi des changements climatiques. Explications en vidéo.

COP21: Nicolino confirme ses propos au sujet d’Hollande « la majesté de l’imbécilité » (BFMTV, France)

« C’est une négociation qui va échouer. La COP 21 si on voulait qu’elle soit sérieuse il aurait fallu qu’elle s’attaque à l’élevage industriel et à l’agriculture industrielle » explique le journaliste Fabrice Nicolino sur BFMTV.

 

Mobilisation pour le climat

Climat, « si on ne fait rien, personne ne le fera à notre place » (La Croix, France)

Comment faire en sorte de mobiliser le grand public sur la question climatique ? C’est le défi dans lequel s’est lancée l’agence BDDP et Fils à la demande de la coalition climat 21 qui regroupe 130 organisations de la société civile et qui finance, grâce au label « grande cause nationale 2015 », une campagne de mobilisation sur le climat, en amont de la conférence de Paris.

« Ce qui risque d’arriver a déjà commencé » : la campagne de Coalition climat 21 (Politis.fr, France)

Affiches et spots vidéo ont été rendus publics lundi 21 septembre par la Coalition Climat, deux mois avant le début des travaux de la conférence des partis (COP 21) pour le climat. Spots vidéo et affiches à découvrir sur politis.fr.

A l’occasion de la COP21, de nombreuses organisations ont décidé de se réunir pour se mobiliser. Cette Coalition regroupe plus de 130 d’organisations et de mouvements. (RCF, France)

Aujourd’hui, c’est le CCFD-Terre solidaire, le comité catholique contre la faim et pour le développement, qui a lancé sa mobilisation. Son but : mettre en avant, lors de la conférence internationale, le lien entre réchauffement climatique et insécurité alimentaire. C’est ce que nous explique Bernard Pinaud, délégué général du CCFD Terre solidaire. Interview à écouter sur RCF.

 

(Cette revue de presse n’est pas exhaustive et ne représente pas les vues des Nations Unies)

Liens Utiles:

cop21

UNFCCC

UNEP web

ActionMondiale2015

> Liens Utiles

calendar32x32 DblueCalendrier

Calendrier COP a partir de juin 2015