Dimanche, 07 Février 2016
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Actualité

21 Janvier 2016 -

Tous unis pour mettre un terme aux souffrances infligées au peuple Syrie

21 janvier 2016 - Près de 100 organisations humanitaires et agences des Nations Unies ont publié aujourd'hui un appel conjoint, exhortant chacun, partout dans le monde, à faire entendre sa voix et appeler à la fin de la crise en Syrie et à la fin des souffrances endurées par des millions de civils.

syrie

 « Plus que jamais, le monde a besoin d’entendre une voix publique et collective exiger qu’un terme soit mis à ces atrocités. Parce que ce conflit et ses conséquences nous touchent tous. Ils touchent les personnes de Syrie qui ont perdu leurs proches et leurs moyens de subsistance, qui ont été déracinées de chez elles, ou qui sont assiégées et vivent dans le désespoir. Aujourd’hui, environ 13,5 millions de personnes en Syrie ont besoin d’une aide humanitaire. Ce n’est pas qu’une simple statistique. Ce sont 13,5 millions d’êtres humains dont la vie et l’avenir sont menacés. […]

 

Ceux qui ont la capacité de mettre un terme aux souffrances peuvent, et donc doivent, prendre des mesures immédiatement. Jusqu’à ce qu’une solution diplomatique soit trouvée aux conflits, ces mesures consistent en :

- Un accès sans restriction et durable pour que les organismes humanitaires puissent apporter des secours immédiats à tous ceux qui en ont besoin en Syrie ;
- Des pauses humanitaires et des cessez-le-feu sans conditions et surveillés pour acheminer la nourriture et les autres aides urgentes aux civils, organiser des campagnes de vaccination et autres campagnes sanitaires, et permettre aux enfants de retourner à l’école ;
- L’arrêt des attaques sur les infrastructures civiles, pour que les écoles, les hôpitaux et l’approvisionnement en eau soient protégés ;
- La liberté de mouvement pour tous les civils et la levée immédiate des sièges par toutes les parties.     

Il n’y a pas de raison pratique qui empêcherait la mise en œuvre de ces mesures, tout dépend de la volonté que l’on y met.

Au nom de notre humanité à tous… et pour le bien de millions d’innocents qui ont déjà tellement souffert… et pour tous ceux dont les vies et le futur est menacé, nous appelons à agir. Immédiatement."

 

____________________________________

Liens : 

21 Janvier 2016 -

Des messagers pour les Objectifs du développement durable

SDG Advocates collage

21 janvier 2016 - Le point commun entre Shakira, la Reine Mathilde, Forest Whitaker, Jeffrey Sacks et Lionel Messi ? Ils sont tous engagés aux côtés du Secrétaire général des Nations Unies pour la réussite des Objectifs de développement durable (ODD).

Mardi, le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon a rendu publique une liste de 15 personnalités, du monde politique, du privé, de la culture ou du milieu universitaire qui se sont engagées à soutenir la mise en œuvre de ces objectifs. Les 17 ODD, adoptés par l’assemblée générale des Nations Unies en septembre dernier, visent à mettre un terme à la pauvreté, à combattre les inégalités et le changement climatique, en ne laissant personne pour compte.

« Les 17 Objectifs de développement durable constituent notre vision partagée de l’humanité ainsi qu’un contrat social entre les dirigeants du monde et le people » a déclaré Ban Ki-moon, « Ils sont une liste de choses à faire pour la population et la planète et la clé de leur succès. »

Ce groupe de personnalités s’engagera auprès de partenaires issus de la société civile, de l’université, des parlements et du secteur privé afin de développer des idées nouvelles pour la promotion de la mise en œuvre des ODD.

Le président ghanéen John Dramani Mahama et le Premier ministre norvégien Erna Solberg coprésideront le groupe. Les autres membres sont :

Sa majesté la Reine Mathilde de Belgique

Son altesse royale la princesse héritière Victoria de Suède

Son altesse Sheikha Moza bint Nasser, co-fondatrice de la fondation du Qatar

M. Richard Curtis, scénariste, producteur et réalisateur de films

L’ambassadrice Dho Young-Shim, présidente de la fondation de l’Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies pour un tourisme durable aux fins d’élimination de la pauvreté

Mme Leymah Gbowee, directrice de la fondation Gbowee pour la paix

M. Jack Ma, fondateur et président exécutif d’Alibaba group

Mme Graça Machel, présidente de la fondation pour le développement communautaire

M. Lionel Messi, footballeur, ambassadeur de bonne volonté de l’UNICEF

Mme Alaa Murabit, fondatrice de The Voice of Libyan Women

M. Paul Polman, Directeur général d’Unilever

Le professeur Jeffrey Sachs, directeur de l’institut de la Terre de l’université de Columbia

Mme Shakira Mebarak, artiste, fondatrice et ambassadrice de la fondation Pies Descalzos, ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF

M. Forest Whitaker, fondateur et directeur général du Whitaker Peace & Development Initiative, ambassadeur de bonne volonté de l'UNESCO pour la paix et la réconciliation

Le professeur Muhammad Yunus, fondateur de la Grameen Bank

20 Janvier 2016 -

Détérioration de la situation humanitaire en Irak

img1

20 janvier 2016 - « 2016 représente un tournant décisif pour l’Irak », qui connait une grave crise sécuritaire et humanitaire. C’est ce qu’a affirmé Bruno Geddo, le représentant du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés à Bagdad lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le 19 janvier au Centre régional d’information des Nations Unies (UNRIC).

 

Un rapport de l’ONU diffusé hier a révélé le nombre alarmant de victimes civiles de la guerre en Irak : au moins 18 800 civils ont été tués et plus de 36 000  blessés entre le 1er janvier 2014 et le 31 octobre 2015. Environ 3,2 millions de personnes sont déplacées à l’intérieur du pays, indique également ce rapport.

Actuellement à Bruxelles pour rencontrer les officiels européens et discuter de la situation humanitaire, M. Geddo a exposé les problèmes les plus urgents que rencontrent les missions humanitaires en Irak et a insisté sur la nécessité de nouveaux financements afin de venir en aide aux populations et de les aider dans leur lutte pour survivre dans une économie dévastée. 

img2

Depuis 2014, la prise de contrôle de territoires par l’Etat Islamique et l’opération anti-insurrectionnelle lancée par le gouvernement et les forces alliées ont considérablement augmenté la pression sur la population civile.

Le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) administre 45 camps dans le pays, mais 68% des personnes déplacées vivent en dehors des camps, souvent dans des abris précaires et dangereux. En Syrie, le HCR travaille dans 10 camps qui abritent 250 000 réfugiés – neuf sur le territoire Kurde et un sous le contrôle de l’EI, qui est géré par des partenaires sur le terrain. 

img3

Les migrations depuis l’Irak

M. Geddo a évoqué trois facteurs qui contribuent aux migrations vers l’Europe depuis l’Irak.

 

Tout d’abord, les réfugiés et les personnes déplacées ont subi la réduction de l’assistance humanitaire de plein fouet, alors même que le conflit entre la Syrie et l’Irak est toujours en cours. A cause des restrictions dans le budget alloué à l’aide humanitaire, l’assistance alimentaire a  diminué de 33$ à 13$ par mois, et n’est plus attribuée qu’aux familles étant dans une situation d’insécurité alimentaire de modeste à grave.

Ensuite, les minorités (les Yézidis par exemple) sentent qu’elles n’ont pas d’avenir en Irak et que la migration est leur seule chance de survie.

Enfin, l’Etat Islamique persécute les Irakiens, et plus particulièrement les personnes affiliées au gouvernement, les professionnels indépendants comme les médecins et les avocats, les journalistes et les figures religieuses.

Ces trois facteurs, que le HCR a identifiés à partir d’enquêtes auprès des réfugiés sur le terrain, ont engendré un sentiment d’impuissance qui contribue à alimenter la volonté des migrants de fuir en Europe, même au péril de leur vie. 

img4

M. Geddo a estimé que la situation dans le pays allait probablement s’aggraver, notamment à cause de la difficulté à combattre Daesh et l’impact négatif de cette organisation sur la vie dans les localités qu’elle occupe. Les troupes au sol perdent une grosse partie de leurs effectifs à cause des engins explosifs que l’EI laisse derrière lui. M. Geddo a également déploré le temps perdu à décontaminer les villes qui sont reprises à l’EI, parlant de plusieurs mois avant que les habitants ne puissent réintégrer leurs logements.

Finalement, il a affirmé que la crise en Irak pourrait connaitre un tournant en 2016  « si la communauté internationale maintien son soutien ».

___________________________________________________________

Liens

       Rapport de l’ONU sur la protection des civils en Irak (en)



20 Janvier 2016 -

De l’élection du prochain Secrétaire général des Nations Unies

sgs

20 janvier 2016 - La campagne pour la succession à l’actuel Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon, dont le mandat prend fin le 31 décembre 2016, est ouverte. Des noms circulent, des scénarios se dessinent…l’occasion de revenir sur le processus de nomination à ce poste exigeant, difficile et convoité.

Conformément à l’article 97 de la Charte des Nations Unies « Le Secrétaire général est nommé par l'Assemblée générale sur recommandation du Conseil de sécurité. »

La pratique ainsi que diverses résolutions tant de l’Assemblée générale que du Conseil de sécurité ont précisé les modalités de ce choix. Il est par exemple de coutume que le président du Conseil de sécurité consulte régulièrement l’Assemblée générale à propos des nominations, qui elles sont en général directement faites par les États membres. Le futur Secrétaire général devra avoir été choisi au plus tard un mois avant le terme du mandat du Secrétaire général actuel.

Le Conseil de sécurité doit élire le Secrétaire général via une résolution adoptée par au moins neuf de ses quinze membres, devant figurer parmi ces neuf membres les cinq membres permanents :ChineÉtats-Unis, RussieFrance et Royaume-Uni. L’élection par l’Assemblée générale s’effectue ensuite à la majorité simple.

Il est pour l’heure difficile de savoir qui prendra la tête des Nations Unies à partir du 1er janvier 2017.  Cependant, l’Assemblée générale ayant souligné l’importance de l’égalité entre chacune des grandes régions du monde, il est possible que la prochaine personne à ce poste soit d’Europe de l’est, seule région dont aucun Secrétaire général n’a été issu jusqu’à maintenant. De plus, un certain nombre de campagnes appellent à la nomination d’une femme à ce poste prestigieux, ce qui constituerait une première dans l’histoire.

Liste des Secrétaires généraux des Nations Unies depuis 1946 :

Trygve Lie (Norvège) de février 1946 à novembre 1952 (démission)

Dag Hammarskjöld (Suède), d’avril 1953 à septembre 1961 (décès)

U Thant (Birmanie/Myanmar), de novembre 1961 à décembre 1971

Kurt Waldheim (Autriche), de janvier 1972 à décembre 1981

Javier Pérez de Cuéllar (Pérou), de janvier 1982 à décembre 1991

Boutros Boutros-Ghali (Égypte), de janvier 1992 to décembre 1996

Kofi Annan (Ghana), de janvier 1997 à décembre 2006

Ban Ki-moon (Corée du Sud), de janvier 2007 à décembre 2016.

Page 3 sur 603

3

news32x32 DblueNominations

  • Le Secrétaire général nomme le général de division Jai Shanker Menon, de l’Inde, à la tête de la FNUOD (2 février)

  • La Directrice générale de l'UNESCO a annoncé la nomination de l'artiste et sculpteur slovène Marko Pogacnik, Artiste de l'UNESCO pour la paix (1er février).

    Liste complète...

cineonu