Lundi, 23 Octobre 2017
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Actualité

27 Juillet 2017 -

Eliminons l’hépatite !

Hopital traitement hépatite Philippines © OMS

27 juillet 2017 – Selon le rapport mondial de l’OMS sur l’hépatite pour 2017, environ 325 millions de personnes vivent dans le monde avec une infection chronique par le virus de l’hépatite B (VHB) ou de l’hépatite C (VHC). Dans leur grande majorité, ces personnes n’ont pas accès aux dépistages et aux traitements ce qui les expose à une évolution lente vers une maladie chronique du foie, le cancer et la mort.

La Journée mondiale contre l’hépatite célébrée le 28 juillet 2017 est l’occasion de donner un nouvel élan à tous les efforts en vue d’éliminer l’hépatite. Le message clé de cette Journée est que l’hépatite virale est un problème majeur de santé mondiale qui nécessite une réponse urgente. Seul un très petit nombre des personnes infectées a accès aux dépistages et aux traitements, en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

Les décès dus à l’hépatite sont en augmentation : depuis 2000, le nombre total de décès dus à l’hépatite a augmenté de 22% et l’hépatite a provoqué 1,34 millions de décès en 2015. Ces chiffres sont similaires à ceux des décès dus à la tuberculose et supérieurs aux décès dus au VIH. De nouvelles infections hépatiques continuent de se déclarer, en particulier les hépatites C. Cependant, atteindre l’objectif d’éliminer l’hépatite d’ici à 2030 n’est pas exagérément ambitieux. L’OMS publiera lors de la Journée mondiale contre l’hépatite 28 profils de pays démontrant que, en dépit des nombreux défis, les efforts mondiaux pour éliminer l’hépatite gagnent du terrain.

« Nous en sommes encore à un stade précoce de la riposte à l’hépatite virale, mais la voie à suivre semble prometteuse», a expliqué le Dr Gottfried Hirnschall, Directeur à l’OMS du Département VIH/sida et du Programme mondial de lutte contre l’hépatite. «Davantage de pays mettent les services contre l’hépatite à la disposition de ceux qui en ont besoin; un test de diagnostic coûte moins de 1 dollar (US $) et le traitement curatif de l’hépatite C peut revenir à moins de 200 dollars (US $). Mais les données mettent clairement en évidence l’urgence avec laquelle nous devons combler les lacunes qui subsistent en matière de dépistage et de traitement. »

Liens utiles :

Rapport mondial sur l’hépatite 2017 (en anglais)

Campagne pour la Journée mondiale contre l’hépatite 2017 : #ShowYourFace pour éliminer l’hépatite

Que pouvez-vous faire pour la Journée mondiale contre l’hépatite?

26 Juillet 2017 -

Plusieurs langues, un même monde

Crédit Photo Nicholas Bloom

26 juillet 2017 - Imaginez-vous visiter un pays où vous ne parlez pas la langue. Les tâches du quotidien que vous pouviez effectuer très facilement dans votre pays deviennent tout d’un coup très difficiles – vous ne pouvez pas communiquer avec les locaux ni demander votre chemin lorsque vous êtes perdus. Vous ne pouvez pas non plus commander votre boisson préférée au bar, ni lire le menu au restaurant. Vous êtes constamment à la recherche de quelqu’un qui parle la même langue que vous afin de pouvoir communiquer.

Voyager fait partie de ces expériences qui vous font réaliser le rôle crucial que jouent les langues dans nos sociétés. Connaître la langue d’un pays vous permet de vous intégrer et de partager la culture locale.

Le Concours 2017 « Plusieurs langues, un même monde » a proposé aux étudiants du monde entier de relever le défi de rédiger un essai dans l'une des six langues officielles des Nations Unies, à condition que la langue sélectionnée ne soit pas la langue maternelle du participant ni sa première langue d’enseignement.

L’année 2017 marque la quatrième année de ce concours d’écriture, parrainé par ELS Educational Services et l’initiative «  Impact universitaire » (UNAI) des Nations Unies. Cette année, les rédactions portaient sur la citoyenneté mondiale et la compréhension culturelle ainsi que sur le rôle du multilinguisme dans leur promotion. Sur plus de 6000 participants provenant de 170 pays du monde entier, les 60 vainqueurs ont eu la chance de remporter un voyage tous frais payés à Boston et à New York afin de participer au Forum mondial de la jeunesse et de prendre la parole aux Nations Unies à New York.

Crédit Photo unmultimedia

Trois Français figurent parmi les vainqueurs de cette 4ème édition. Indira Boutier est l’une d’entre elles. Après avoir vécu dans différentes villes tout autour du globe, elle est actuellement étudiante à l’Université d’Aix-Marseille en droit. Se sentant citoyenne du monde, elle s’est retrouvée dans l’esprit du concours. Tout comme Clara Mayerl, l’autre gagnante française pour la langue anglaise. D’origine rwandaise et yéménite par sa mère, et autrichienne par son père, elle se dit « originaire de partout et de nulle part à la fois. » Adrian Canaan, le troisième vainqueur français, voulait aussi se rapprocher de ses origines en participant à ce concours. Sa mère étant née au Liban, il a choisi de s’exprimer en arabe, langue qu’il a commencé à apprendre il y a deux ans lors de ses études au Campus Moyen-Orient Méditerranée de Sciences Po.

Le Département de l’information a organisé une cérémonie pour les 60 lauréats dans la salle de l’Assemblée générale. C’est dans les six langues officielles de l’ONU que les étudiants ont fait des présentations sur la réalisation des Objectifs de développement durable.

Retrouvez la manifestation diffusée sur internet ici lien et rejoignez la conversation sur les réseaux sociaux avec le hashtag #MLOW2017.

25 Juillet 2017 -

Lutte antitabac : des progrès entravés par les manœuvres de l’industrie du tabac

Panneau d'interdiction de fumer OMS/ Bureau régional pour le Pacifique Occidental

25 juillet 2017 – Malgré des mesures protégeant une majorité de personnes des maladies liées au tabac pouvant entraîner la mort, l’industrie du tabac continue d’entraver les efforts des gouvernements pour appliquer pleinement les interventions qui sauvent des vies et permettent de faire des économies. C’est ce que révèle le dernier Rapport de l’OMS sur l’épidémie mondiale de tabagisme.

« Un tiers des pays du monde dispose de systèmes complets permettant de surveiller la consommation de tabac. Si ce chiffre est en hausse par rapport à ceux enregistrés en 2007 où un quart des pays surveillait la consommation de tabac aux niveaux recommandés, les gouvernements ont encore beaucoup à faire dans le financement de ce domaine d’action auquel ils doivent donner la priorité », révèle le rapport publié le 19 juillet 2017 en marge du Forum politique de haut niveau pour le développement durable qui se tenait à New York.

Le rapport, financé par Bloomberg Philanthropies, signale que le contrôle systématique des interférences  de l’industrie du tabac dans l’élaboration des politiques gouvernementales protège la santé publique en mettant en lumière les manœuvres de cette industrie. Parmi ces manœuvres, on peut citer «exagérer son importance économique, discréditer les faits scientifiques avérés et intimider les gouvernements au moyen de procédures judiciaires. »

Pour le Dr Douglas Bettcher, Directeur à l’OMS du Département Prévention des maladies non transmissibles (NCD), les interférences de l’industrie du tabac dans les politiques publiques constituent un « obstacle meurtrier aux progrès en matière de santé et de développement dans de nombreux pays. »

La lutte antitabac est un élément essentiel du Programme de développement durable à l'horizon 2030. Celui-ci comporte des cibles pour renforcer l’application nationale de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac et pour réduire d’un tiers les décès prématurés liés aux maladies non transmissibles telles que les affections pulmonaires, le cancer et le diabète.

En France, en 2016, 34,5% des 15-75 ans fumaient du tabac dont 28.7% quotidiennement. Des chiffres supérieurs à la Belgique où 17% de la population fume quotidiennement.

24 Juillet 2017 -

Ouverture d’une exposition permanente sur la « soupe de plastique » au parc animalier Beekse Bergen

responsable du Bureau du Benelux à UNRIC Christophe Verhellen

24 juillet 2017 - Le 14 juillet 2017, le parc animalier néerlandais Beekse Bergen a inauguré une nouvelle section dédiée à la protection et conservation de la faune marine comprenant notamment 10 hectares d’eau abritant sept otaries.

En collaboration étroite avec la Plastic Soup Foundation et Stichting Wildlife, le parc a également développé une exposition permanente sur la soupe de plastique, en référence au plastique qui flotte dans nos mers et océans. L’installation interactive entend éduquer les visiteurs sur la manière dont on peut empêcher la présence de déchets plastiques dans nos océans. L’ouverture de cette exposition coïncidait avec la Conférence des Nations Unies sur les océans qui s’est tenue en juin à New York.

Lors de l’inauguration, le gérant de Beekse Bergen Niels de Wildt a souligné l’importance des parcs animaliers dans la conservation de la vie animale et la protection de leurs habitats. Le parc joue également un rôle important en matière d’éducation et d’activités de sensibilisation du public.

exposition permanente sur la soupe de plastique

Dans son discours, le responsable du Bureau du Benelux à UNRIC Christophe Verhellen à quant à lui félicité les Pays Bas pour leurs efforts dans la protection de l’environnement marin et leurs travaux de recherche dans le nettoyage des océans. Il a également lié l’exposition à l’ODD 14 sur la vie aquatique : « L’objectif est de rendre nos mers plus durables d’ici à 2030. L’un des plus grands défis sera de réduire la pollution des océans et rivières. Environ 80% des déchets océaniques sont du plastique qui, une fois ingéré, peut tuer des poissons, oiseaux de mer, tortues, huitres et autres créatures marines. » M. Verhellen a également répondu aux questions des enfants.

Au cours de cette année, ONU-Environnement et la Plastic Soup Foundation vont lancer l’application Plastic Footprint (ndlr : empreinte plastique) dont l’objectif est de sensibiliser de façon ludique aux différentes manières de réduire notre empreinte plastique.

Page 10 sur 692

10

news32x32 DblueNominations

  • Le Secrétaire général a nommé M. Sudhir Rajkumar, de l’Inde, Représentant pour les investissements de la Caisse des pensions de l’ONU (19 octobre 2017)

    Liste complète...