Mardi, 30 Août 2016
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Actualité

11 Juillet 2016 -

Mon avenir, mes droits

World Population Day 1

Photo: UNFPA/Anra Adhikari  

11 juillet 2016 – « En cette journée internationale de la population, j’incite urgemment tous les gouvernements, toutes les entreprises et la société civile à soutenir et investir dans l’émancipation des jeunes filles. Tout le monde mérite de bénéficier de la croissance économique et des progrès sociaux. Travaillons donc ensemble afin d’assurer une vie dans la sécurité, la dignité et l’égalité des chances pour tous », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.

Tout le monde devrait avoir le droit de définir son propre avenir.

Les jeunes filles du monde entier font face à d’énormes défis. Dans les pays en développement, une fille sur trois est mariée avant d’avoir atteint l’âge de 18 ans. Huit cent femmes et filles meurt quotidiennement de complications évitables lors de la grossesse ou l’accouchement. Plus de 250 millions de filles et de femmes n’ont pas accès à un programme de planning familial.

Beaucoup d’adolescentes sont considérées comme prêtes à se marier et à procréer par leur communauté ou leurs parents et sont par conséquent forcées de quitter l’école, une décision nuisible à leurs perspectives d’avenir. Même parmi les filles qui restent à l’école, l’accès à des informations essentielles à propos de leur santé, des droits humains et des droits reproductifs peut être limité, les rendant vulnérables aux maladies, aux blessures et à l’exploitation. Ces défis sont exacerbés parmi les filles marginalisées telles que les membres de minorités ethniques ou celles qui vivent dans la pauvreté ou dans des régions reculées.

World Population Day 2

Photo: ONU Femmes/Karin Schermbrucker

En 1989, le conseil d’administration du PNUD a demandé à ce que le 11 juillet soit célébrée la journée mondiale de la population par la communauté internationale, une journée pour mettre en avant l’urgence et l’importance des problèmes de population. Les enjeux sont nombreux, liés notamment à la santé et à la vieillesse, aux vagues migratoires, à l’urbanisation, à la demande de logement et d’approvisionnement en denrées alimentaires inadaptés ou encore à l’accès à l’eau potable. Cette année le thème de cette journée est « Investir dans les asolescentes ».

« Alors que les horizons des garçons ont tendance à s’élargir à l’adolescence, il est malheureusement fréquent que ceux des filles se rétrécissent » a déclaré le Secrétaire général, ban Ki-moon dans son discours pour cette journée, rappelant que « l’un des enjeux centraux des objectifs de développement durable est de garantir qu’il n’y aura pas de laissés-pour-compte. »

« Les leaders et les communautés doivent s’axer et se mobiliser pour les droits de l’homme des jeunes adolescentes les plus marginalisées, particulièrement celles qui sont pauvres, déscolarisées, exploitées ou sujets à des pratiques traditionnelles néfastes dont le mariage des enfants » selon le Directeur exécutif de l’UNFPA, Babatunde Osotimehin. « Les jeunes filles marginalisées sont vulnérables à une mauvaise santé procréative et il est plus probable qu’elles deviennent mères en étant encore enfant. Elles ont le droit de comprendre et de contrôler leur propre corps et de construire leur propre vie. »

Sources : ONU Journée mondiale de la population : Investir dans les adolescentes

ONU Femmes sur la journée de la population

Fonds des Nations Unies sur la population

PNUD

ONU sur les ODD

 

08 Juillet 2016 -

#PhotoFriday : le monde cette semaine

8 juillet -Le #PhotoFriday illustre quelques-uns des événements de la semaine dans l’actualité des Nations Unies

photofriday8 72.png 

#WhatIReallyReallyWant... The Global Goals

Le tube de 1996 "Wannabe" a été utilisé pour promouvoir l’égalité des genres – et des célébrités du monde entier, notamment les Spice Girls, se sont investies. Dans la vidéo le nouveau pouvoir des filles, les interprètes amènent la chanson et sa chorégraphie partout, de l’Inde à l’Afrique du Sud et au Royaume Unie. Dans le fond se distinguent des signes pour décrire ce que les femmes "really, really want…" (veulent vraiment) :

·         Une paie égale pour un travail égal.

·         La fin du mariage des enfants.

·         Education.

photofriday8 76

Convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination contre les femmes

A Genève, le comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes a commencé lundi sa 64ème session. Le comité est le corps d’expert indépendant qui contrôle la mise en oeuvre de la Convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination contre les femmes, soit 23 experts sur les droits des femmes dans le monde.

photofriday8 73.png

Le Secrétaire général Ban Ki-moon visite le centre d’hélicoptère pour les opérations de paix en Chine. Photo: Photo de l’ONU.

Cette semaine le Secrétaire général Ban Ki-moon a visité la Chine. “En tant que membre permanent du Conseil de sécurité et un acteur mondial universellement reconnu, la Chine joue un rôle central dans la pacification des relations internationales, la construction de la paix et l’assistance vitale dans les régions instables du monde du Moyen-Orient à l’Afrique et ailleurs », a déclaré le Secrétaire général dans une conférence de presse commune avec Wang Yi, le ministre chinois des affaires étrangères.

Les relations entre l’ONU et la Chine s’approfondissent comme l’a attesté le Secrétaire Général qui a déclaré que sous le président Xi Jinping a démontré son « leadership d’avant-garde » sur le développement durable et le changement climatique.

“La Chine démontre au monde qu’une économie à faible émission de CO2 pour se développer est possible” M. Ban a ajouté, en dirigeant le pays pour la promotion et l’accélération du processus de ratification de l’Accord de Paris sur le changement climatique le G20.

photofriday8 74.png

Un officier militaire au centre d’hélicoptère pour les opérations de paix en Chine. Photo: Photo de l’ONU.

Le chef de l’ONU a souligné l’instauration d’un fond chinois pour la paix et le développement pour supporter le travail des Nations Unies est “extrêmement généreux et encourageant.” En particulier, il a mentionné l’augmentation de la contribution chinoise au maintien de la paix avec de l’aide pour les missions onusiennes au Sud Soudan, au Mali et ailleurs.

M. Ban a rappelé qu’il a visité une division d’hélicoptère de l’armée chinoise le matin-même, ou des soldats et des pacificateurs s’entrainaient, ajoutant qu’il était reconnaissant pour leur engagement pour fournir des ressources et des actifs aux opération de maintien de la paix.

photofriday8 75.png

Envoyé special pour la Syrie, Staffan de Mistura et Ban Ki-moon. Photo: Photo de l’ONU

Cette semaine a également marqué l’Aid al-Fitr, la fête religieuse qui célèbre la fin du ramadan pour des millions de musulman dans le monde. L’envoyé special pour la Syrie, Staffan de Mistura, a exprimé ses voeux à tous les syriens pour l’Aid al-Fitr et a accueilli tous les efforts, y compris les co-présidents du groupe pour l’aide internationale pour la Syrie, pour conclure une trêve, un hudna, dans tout le pays en respect au véritable esprit de la paix.

Il a dit que cela augmenterait les possibilités de négociations constructives pour une solution politique. M. de Mistura continue à surveiller la situation en Syrie. Ainsi, et malgré les rapports initiaux sur des possibles violences, il exhorte toutes les parties prenantes pour une cessation des hostilités pour appliquer ces jours de silence pour le bien commun de tous les Syriens.

08 Juillet 2016 -

Les conséquences d'El Niño pour les enfants

8 juillet 2016 - L'UNICEF publie un rapport concernant les effets dévastateurs d'El Niño sur les enfants dans les 20 pays affectés par ce phénomène climatique.

El Nino children

In central Ethiopia, Harko, 12, accompanied by her brother, walks home across an arid stretch of land behind two donkeys carrying jerrycans filled with water. Harko, who must search for water almost every day, no longer attends school. She travels at night to avoid the heat and does not get home until well into the afternoon on the following day.

Le phénomène El Niño a pris fin pour 2015-2016, mais ses effets dévastateurs sur la situation des enfants empirent avec une progression continue de la faim, de la malnutrition et des maladies, conséquence des graves sécheresses et inondations qu’il a provoquées au cours d’une année où il s’est manifesté sous une des formes les plus puissantes enregistrées jusqu’ici, annonce aujourd’hui l’UNICEF.

Et il y a une forte chance que La Niña – le phénomène inverse d'El Niño – frappe à un moment ou un autre cette année, exacerbant encore la sévère crise humanitaire qui touche des millions d’enfants dans certaines des communautés les plus vulnérables, avertit l’UNICEF dans un rapport intitulé Ce n’est pas fini – les conséquences d'El Niño pour les enfants.

Dans les zones les plus atteintes, les enfants souffrent déjà de la faim. En Afrique de l’Est et en Afrique australe – les régions les plus touchées – environ 26,5 millions d’enfants ont besoin d’aide, dont plus d’un million qui doivent être traités pour malnutrition aiguë sévère.

Les ressources de nombreux pays, déjà soumises à une forte pression, ont atteint leurs limites, et les familles menacées ont épuisé les moyens de faire face à la situation – comme vendre leurs possessions et sauter des repas. À moins qu’une aide plus importante ne soit prochainement obtenue, y compris des ressources nutritionnelles urgentes pour les jeunes enfants, des décennies de développement risquent d’être fragilisées.

Dans de nombreux pays, El Niño a entravé l’accès à une eau salubre et un lien peut être établi avec l'accélération de la propagation de maladies comme la dengue, la diarrhée et le choléra, les maladies les plus meurtrières pour les enfants. En Amérique du Sud, en particulier au Brésil, El Niño a créé des conditions favorables à la multiplication des moustiques susceptibles de transmettre Zika, dengue, fièvre jaune et chikungunya. Si La Niña finissait par se développer, cela pourrait contribuer à la propagation du virus Zika dans des zones qui n’avaient pas été touchées jusqu’ici.

L’UNICEF signale également que de sérieuses préoccupations existent pour que l'Afrique du Sud, épicentre mondial de la pandémie de sida, voit une multiplication des cas de transmission du VIH en conséquence des effets d'El Niño. Le manque de nourriture a un effet négatif sur l’usage de la thérapie antirétrovirale, car les patients ont tendance à ne pas prendre leurs médicaments quand ils ont l’estomac vide, et de nombreux malades préfèrent utiliser leurs ressources limitées pour se nourrir plutôt que pour se rendre dans un dispensaire. La sécheresse peut aussi forcer les adolescentes et les femmes à avoir des relations sexuelles transactionnelles pour survivre. En outre, la mortalité des enfants vivant avec le VIH est de deux à six fois supérieure pour ceux qui sont atteints de malnutrition sévère, par comparaison avec ceux qui ne le sont pas.

« Des millions d’enfants et leurs communautés ont besoin de soutien pour survivre. Ils ont besoin d’aide pour se préparer à l’éventualité que La Niña exacerbe la crise humanitaire qu’ils subissent. Et ils ont également besoin d’aide pour améliorer leurs mesures de réduction des risques de catastrophes naturelles, ainsi que leurs moyens d’adaptation aux changements climatiques, qui sont la cause de phénomènes météorologiques de plus en plus intenses et de plus en plus fréquents » déclare Afshan Khan, la Directrice des programmes d'urgence à l'UNICEF. « Ce sont les mêmes enfants qui sont victimes d'El Niño et menacés par La Niña qui se trouvent sur la ligne de front des changements climatiques. »

Sources : Rapport de l'UNICEF ; rapport d'urgence sur El Niño

Photos : Unicef/2016 Ethiopia/Ayene

28 Juin 2016 -

L'égalité des chances #PourChaqueEnfant

Unicef 1

28 juin 2016 – Près de 70 millions d’enfants seront morts avant d’avoir atteint l’âge de cinq ans si les dirigeants du monde n’agissent pas pour combattre la pauvreté, indique le  rapport de l‘UNICEF sur  La situation des enfants dans le monde 2016.

La vie et l’avenir de millions d’enfants sont en péril. Le choix est clair : soit nous investissons pour qu’aucun enfant ne soit pas laissé pour compte, soit nous subirons les conséquences d’un monde bien plus divisé et injuste. Donner les mêmes chances à chaque enfant est la base d’un développement équitable, et comme le rapportLa situation des enfants dans le monde 2016 l’explique, promouvoir l’égalité est plus qu’une obligation morale. C’est à la fois un impératif pratique mais aussi stratégique, afin de briser les cycles d’inégalités intergénérationnels, et ainsi de réduire les inégalités qui minent les sociétés.

Une situation très préoccupante

Parmi les gens qui vivent avec moins de 1,90 dollar américain par jour dans le monde, près de la moitié sont des enfants. Leurs familles ont bien du mal à accéder aux soins de santé primaire et à la nutrition nécessaire pour leur donner un bon début dans la vie. Ces privations laissent des séquelles tenaces : en 2014, près de 160 millions d’enfants souffraient de malnutrition.

Malgré des progrès importants en matière de scolarisation dans plusieurs régions du monde, le nombre d’enfants entre 6 et 11 ans déscolarisés a augmenté depuis 2011. Quelque 124 millions d’enfants et d’adolescents ne vont pas à l’école, et 2 enfants sur 5 quittent le primaire avant d’avoir appris à lire, à écrire et à compter, selon des données de 2013. Ce problème est décuplé par les conflits armés, qui se durent de plus en plus longtemps. Près de 250 millions d’enfants vivent dans des pays ou des régions affectés par les conflits armés, et des millions d’autres subissent le pire des catastrophes climatiques et des crises chroniques.

 

Unicef 2

Les inégalités ne sont pas inévitables

Chaque enfant naît avec le même droit inaliénable à la santé, à l’éducation, à une enfance en sécurité – des éléments qui se traduiront ensuite dans la construction d’une vie adulte productive et prospère. Pourtant dans le monde, des millions d’enfants sont privés de leurs droits et de ce dont ils ont besoin pour grandir en bonne santé - à cause de leur lieu de naissance ou de l’origine de leur famille ; à cause de leur race, de leur ethnie, de leur genre ou parce qu’ils vivent dans la pauvreté.

L’appel à l’action du rapport est motivé par un sentiment d’urgence et la conviction qu’un dénouement différent et un monde meilleur sont possibles. Les enfants nés dans la pauvreté et les privations ne sont pas condamnés à y demeurer.

 

En général, les contraintes qui empêchent les gouvernements d’aider ces enfants ne sont pas d’ordre technique. Elles sont l’affaire d’un engagement politique, de ressources, et d’une volonté collective - joindre ses forces pour s’attaquer à l’inégalité et à l’injustice de front en mobilisant de meilleurs investissements et efforts pour atteindre les enfants en cours d’abandon.

« L’inégalité est un choix. Promouvoir l’équité – l’égalité des chances pour chaque enfant, pour tous les enfants – est aussi un choix. Un choix que nous pouvons et devons faire. Pour leur avenir et pour l’avenir de notre monde », estime Anthony Lake, directeur général de l'UNICEF.

---------------------------------------------

 Liens :

Photos: UNICEF

Page 9 sur 632

9

news32x32 DblueNominations

 

  • Le Secrétaire général nomme Mme Natalia Kanem, du Panama, Directrice exécutive adjointe du Fonds pour la population (FNUAP) (28 juillet 2016)

  • Le Secrétaire général nomme le général de division Mohammad Humayun Kabir, du Bangladesh, comme Commandant de la Force des Nations Unies à Chypre (26 juillet 2016)

  • Le Secrétaire général nomme M. Fabrizio Hochschild, du Chili, Représentant spécial adjoint et Coordonnateur résident en République centrafricaine (22 juillet 2016)

    Liste complète...

cineonu