Lundi, 16 Janvier 2017
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Actualité

18 Novembre 2016 -

Ban-Ki moon reçoit la Légion d'honneur

SG légion dhonneur good dimension

18 novembre 2016 -  « A la suite de votre élection, vous avez déclaré espérer que votre mission ne soit pas une mission impossible; votre mission était sans doute impossible mais elle a été accomplie » a affirmé François Hollande au moment de remettre la plus haute distinction française à celui qui a servi à la tête de l’ONU pendant plus de dix ans.

Lors de cette cérémonie, François Hollande a tout particulièrement salué son engagement sans faille dans la lutte contre le réchauffement climatique. De retour de Marrakech, où se déroule la COP22 qui prévoit les modalités de mise en œuvre de l’accord de Paris sur le climat, Ban Ki-moon a « salué le rôle moteur joué par la France, en appui de son action, pour une entrée en vigueur exceptionnellement rapide de l’Accord de Paris ». C’est dans ce contexte que les deux hommes ont réaffirmé leur volonté commune de lutter contre les changements climatiques.

Ban Ki-moon a également mis un point d’honneur à saluer la contribution majeure de la France dans la réalisation des objectifs et la promotion des valeurs onusiennes. En référence à la devise de la Légion d'honneur "Honneur et Patrie", le Secrétaire général a déclaré que « c’est avec un honneur tout particulier » qu’il a servi « les 193 patries qui forment l’ONU ».

Ce voyage à Paris est une forme d'au-revoir du Secrétaire général qui sera remplacé en janvier prochain par le Portugais Antonio Guterres. A cet égard, il a donc effectué une courte visite du musée du Quai Branly-Jacques Chirac avant d'aller faire ses adieux au personnel de l'UNESCO.

Pour en savoir plus, consultez le discours prononcé par le Secrétaire général de l’ONU à l’occasion de la remise de la Légion d’honneur par le Président de la République française.

 

18 Novembre 2016 -

Croisée des chemins pour la République centrafricaine

CAR Conférencei

17 novembre 2016 - Une contribution de plus de € 2 milliards pour la reconstruction et la consolidation de la paix en République centrafricaine a été annoncée lors d'une conférence rassemblant des donneurs de haut niveau à Bruxelles hier. Le don de l'Union européenne s'élève à € 409 millions et celui des États membres de l'UE à € 298 millions. La conférence rassemblait plus de 80 pays, organisations et agences internationales.

Ces promesses de dons ont été allouées au Plan national pour la reconstruction et la consolidation de la paix des autorités centrafricaines.

La réalisation de ce plan s'est faite en collaboration avec les Nations Unies, l'Union européenne et la Banque mondiale. Son succès dépend essentiellement de l'aide financière que la conférence parviendra à garantir.

Le Vice-secrétaire général des Nations Unies, Jan Eliasson, un des intervenants essentiels de cette conférence, s'est récemment rendu deux jours dans ce pays ravagé par le conflit. « Moins de trois ans auparavant, le pays était au bord de la destruction », a-t-il déclaré. « J'ai vu un pays faisant face à des défis énormes, mais également un pays avec un énorme potentiel ainsi qu'un engagement politique intense. »

Avec 40 % de la population en besoin d’aide humanitaire, le Président de la République centrafricaine, Faustin-Archange Touadéra a assuré qu'il ne laisserait pas tomber son peuple ni la communauté internationale. « Le nombres de personnes présentes aujourd'hui montrent que vous croyez au potentiel de mon pays. C'est difficile, mais ce n'est pas une cause perdue », a-t-il déclaré. « Il est temps d'agir et nous avons besoin de votre aide ».

Les adolescents et les jeunes représentent 48,8 % de la population et sont très touchés par la crise politique et militaire. Le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), a organisé un événement en marge de la conférence dédié à la contribution des jeunes. Cet événement rassemblait des représentants de la société civile, des communautés religieuses et des femmes. Ces dernières ont souligné un besoin de sécurité, car les filles et les femmes ont particulièrement souffert lorsque l'insécurité régnait.

« J'ai trouvé un pays avec un énorme potentiel, un pays avec beaucoup de vitalité et de dynamisme », a souligné Jan Eliasson, insistant sur le fait qu'il avait été impressionné par les importantes ressources humaines et matérielles disponibles en Centrafrique. Ses espoirs pour l'avenir du pays, sa réconciliation et son potentiel économique ont été réitérés par la Vice-présidente de la Commission européenne, Kristalina Georgieva, qui a conclu la conférence avec le Président Touadéra : « Le peuple de ce pays n'a aucune raison d'être pauvre. »

17 Novembre 2016 -

15 millions de dollars pour la Centrafrique

CxYAdIiUcAA0zlo

17 novembre 2016 - Le Vice-Secrétaire général de l'ONU, Jan Eliasson, a annoncé aujourd'hui à Bruxelles à la conférence des donateurs pour la Centrafrique que le Fonds des Nations Unies pour la Consolidation de la paix mettra à disposition 15 millions de dollars pour couvrir les besoins clés de consolidation de la paix dans le pays.

RCA : à Bruxelles, l'ONU appelle la communauté internationale à soutenir la consolidation de la paix

Discours du Vice-Secrétaire général de l'ONU

La MINUSCA salue les engagemnts des bailleurs estimés à plus de deux milliards de dollars

16 Novembre 2016 -

Naître et grandir en Centrafrique, un chemin jonché d’épreuve

Photo CAR mod

16 novembre 2016 – Naître, grandir en bonne santé, aller à l’école, éviter d’être embrigadé dans un groupe armé, échapper aux violences sexuelles, aux grossesses précoces : chaque étape de la vie d’un enfant centrafricain est jonchée d’épreuves.

Le système de santé centrafricain, défaillant, a été comme tous les services de base fortement affecté par le conflit armé qui a ravagé le pays entre 2012 et 2014. La violence n’est pas encore totalement éradiquée malgré le déploiement de troupes internationales et des élections démocratiques réussies en 2016.

La première épreuve concerne les mamans, près de 9 sur 1000 décèdent pendant l’accouchement, selon des chiffres communiqués par le bureau de l’UNICEF en Centrafrique. Selon ce fonds des Nations Unies, un enfant sur 7 meurt avant l’âge de 5 ans, un taux de mortalité parmi les plus élevé du monde, et ceux qui vivent souffrent pour 41% d’entre eux de malnutrition. Cette maladie laisse des traces tout au long de la vie et affecte le développement physique et intellectuel. Tout le pays est affecté par l’insécurité alimentaire et les enfants en sont les premières victimes.

Des centaines de milliers d’enfants grandissent loin de leurs villages, réfugiés dans les pays voisins ou déplacés dans leur propre pays. Près de 500 000 Centrafricains vivent encore à l’étranger et près de 400 000 sont déplacés à l’intérieur des frontières.

Avant même la dernière crise politico-militaire, seul un tiers des enfants en âge scolaire allait à l’école, selon des données de 2011-2012. Et quand ils sont scolarisés c’est le plus souvent dans des conditions difficiles, dans des hangars ou sous des paillotes, avec en moyenne un enseignant pour 92 élèves.

Les fillettes sont encore plus affectées que les jeunes garçons. Elles subissent des violences, sont mariées très jeunes et souvent enceintes alors qu’elles-mêmes sont encore des enfants. Près de 3 jeunes filles sur 10 sont mariées avant l’âge de 15 ans.

Des milliers d’enfants ont été recrutés par les groupes armés. « Au total, 2 679 enfants ont été extraits de groupes armés (…) L’UNICEF et ses partenaires ont mis au point des systèmes de réintégration des enfants impliquant les populations locales », indique un rapport du Secrétaire général des Nations Unies diffusé en avril 2016.

Le pays est tout en bas du classement de l’indice de développement de la jeunesse diffusé par le Secrétariat du Commonwealth, notait récemment un article de l’agence d’informations humanitaires

IRIN, titré « République de Centrafrique : le pire endroit pour les jeunes ? »

Les agences des Nations Unies accompagnent le gouvernement de Centrafrique dans ses efforts pour améliorer les conditions de vie des populations.

Jeudi 17 novembre, une conférence des donateurs, organisée par l’Union européenne, à laquelle participent les Nations Unies, représentées par le Vice- Secrétaire général de l’Organisation, Jan Eliasson, aura lieu à Bruxelles. Le Président centrafricain Faustin Archange Touadéra viendra présenter un « plan de relèvement et de consolidation de la paix » dont le coût est estimé à 3 milliards de dollars sur 5 ans.  

Page 9 sur 652

9

news32x32 DblueNominations

  • Le Secrétaire général nomme Mme Tania Patriota, du Brésil, Représentante spéciale adjointe en Colombie (12/01)

  • Le Secrétaire général et la Présidente de la Commission de l’Union africaine nomment le Sud-africain Jeremiah Kingsley Mamabolo à la tête de la Mission au Darfour (12/01)

    Liste complète...

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

cineonu