Vendredi, 18 Août 2017
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Actualité

16 Juin 2017 -

Violence sexuelle : l’arme silencieuse de la guerre

Rape

19 juin 2017 – Les violences sexuelles sont une tactique de guerre qui cause de sévères dégâts, aussi bien psychologiques que physiques sur les victimes, ainsi que bien souvent l’exclusion de ce qu’elles appelaient autrefois leur maison. En 2015, l'Assemblée générale a proclamé le 19 juin Journée internationale pour l'élimination de la violence sexuelle en temps de conflit afin de sensibiliser à la nécessité d’y mettre un terme, de manifester de la solidarité envers les victimes et de rendre hommage à celles et ceux qui luttent en première ligne pour éliminer ces crimes.

Le terme « violences sexuelles en période de guerre » se réfère à un éventail large de crime haineux, du viol à l’esclavage sexuel, ainsi qu’à la prostitution, la grossesse, l’avortement, la stérilisation et le mariage forcé et tout autre forme de violence sexuelle d’une gravité comparable contre des femmes, des hommes, des filles ou des garçons qui sont touchés directement ou indirectement par les conflits. Il est impossible de connaître le chiffre exact des victimes de violences sexuelles. Les experts supposent que pour un cas rapporté, 20 restent sous silence.

« Nous avons fui pour Djouba après que les combats ont commencé à Bantio. A 20h, étions à la maison quand un homme est entré et s’est caché sous la table. Il m’a attrapée et je ne savais pas qui il était. Il m’a trainée et m’a forcée à me taire. Je voulais crier mais je ne pouvais pas. Il a commencé à se déshabiller. Je lui ai dit « Qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que c’est ? » On m'a répondu que cet homme était un soldat classé une étoile. J’étais sans défense, et lorsque vous êtes sans défense et que vous ne pouvez que vous taire, il n’y a rien à faire » raconte une jeune Soudanaise du Sud agée de 14 ans à l’UNICEF.

Au Soudan du Sud, les histoires comme celle-ci sont légion. Un quart seulement des violences sexuelles faites aux enfants sont rapportées.

Dans une situation de conflit, les violences sexuelles sont souvent utilisées comme une arme contre les groupes opposants, et reflètent les lignes de failles de conflits ou de crises. Ces violences terrorisent les populations qui n’ont d’autres choix que d’obtempérer.

Le rapport du Secrétaire général sur les violences sexuelles liées aux conflits montre que la violence sexuelle est devenue un élément clé de l’idéologie et un acte des groupes extrémistes comme l’EI (Daesh) ou Boko Haram, qui ont spécifiquement pris pour cible les femmes et les jeunes filles. La violence sexuelle a également été utilisée contre les hommes et les jeunes garçons, et ce même durant les interrogatoires et détentions.

« La violence sexuelle est un crime déchirant. Les victimes souffrent très souvent d’importants traumatismes. Ceux qui commettent ces horribles crimes échappent souvent aux mains de la justice. Au même moment, leurs victimes sont forcées de vivre quotidiennement avec la peur d’être violées, rejetées par leurs familles et leurs communautés. Encore pire, les enfants nés de viols sont souvent victimes d’exclusion et souffrent de discrimination et de traumatismes. Les grossesses, maladies sexuellement transmissibles sont communes et les survivants se trouvent souvent doublement victimisés. » explique Amina Mohammed, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies, à l’occasion d’un débat au Conseil de sécurité sur le sujet en mai 2017.

Afin de construire un environnement de paix et de réconciliation, la justice doit être rendue et les victimes doivent en être témoins. « Nous assistons à plus de procès, et des officiers de l’armée ont été mis en examen pour crimes sexuels » a ajouté Amina Mohammed dans une déclaration. « Peu à peu, nous voyons que la justice commence à être rendue et l’impunité, érodée.»

Suivez les discussions sur les réseaux sociaux via le mot-dièse #EndRapeinWar

16 Juin 2017 -

La désertification, une menace imminente

desert image

17 juin 2017 – La désertification fait partie de ces phénomènes qui se classent parmi les plus grands défis environnementaux de notre temps. Encore aujourd’hui, nombreux sont ceux qui n’en ont jamais entendu parler ou ne comprennent pas de quoi il s’agit.

Bien que la désertification peut inclure l’empiètement des dunes de sable sur la terre, elle ne fait pas référence à l’avancement du désert. La désertification est la dégradation persistante des écosystèmes arides dus au changement climatique et aux activités humaines telles que les pratiques agricoles non durables, les mines, le surpâturage et le déchiffrage des terres.

Chaque année, la Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse est l'occasion de sensibiliser le public au phénomène de la désertification, qui représente un danger pour un tiers des terres de notre planète. Le thème 2017 de la journée, « Dégradation des terres et migration », fait le lien entre la dégradation des terres et les migrations.

La désertification a toujours joué un rôle dans l’histoire de l’humanité, dans le déplacement des populations et l’effondrement des plus grands empires. Néanmoins, le taux de dégradation des terres est aujourd’hui estimé 30 à 35 fois plus grand que le taux historique. 250 millions de personnes sont touchées. De plus, un milliard de personnes risquent d’être atteintes, et parmi elles, les citoyens les plus pauvres et les plus politiquement marginalisées.

La désertification peut mener à la dégradation de l’environnement, au manque de nourriture et à la pauvreté. Cela se remarque tout particulièrement aux nombres de migrants internationaux, qui a augmenté rapidement ces 15 dernières années, de 173 millions en 2000 à 244 millions en 2015.

« L’immigration est un sujet important dans l’agenda politique à travers le monde. Des zones rurales se sentent laissées de côté et d’autres fuient leurs propres terres. Ce problème montre un sentiment de désespoir grandissant dû au manque de choix ou à la perte d’un endroit pour vivre. » explique Monique Barbut, Secrétaire exécutive de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification.

Heureusement, de grands pas ont déjà été faits pour combattre la désertification. Dans la région du Sahel, par exemple, plus de 11 pays africains se sont réunis pour planter le « Grand Mur Vert », une immense ceinture de végétation de plusieurs espèces, de 7 000 km de longueur et de 15 km de largeur, qui traverse toute l’Afrique, de Dakar à Djibouti.

D’autres initiatives ont été prises, telles que la formation d’agriculteurs dans l’entretien du territoire, l’éducation d’écolier à l’importance de la protection de l’environnement à travers des exercices pratiques, des universités d’été, des bourses d’études, des pépinières et l’implantation de jardin dans des déserts, du Sénégal à la Mongolie.

« Plus de 100 des 169 pays touchés par la désertification ou la sécheresse mettent en place des objectifs nationaux jusqu’en 2030 pour freiner la dégradation des terres. » explique Monique Barbut.

« Investir dans la terre crée de l’emploi local et donne aux familles et aux communautés une chance de vivre, ce qui renforcera à terme la sécurité nationale et offrira de nouvelles perspectives de développement. »

Pour en savoir plus :

Une vidéo réalisée par l'UNCCD sur l’Objectif de développement n°15 « Vie Terrestre ».

16 Juin 2017 -

Journée mondiale des tortues: 5 questions pour Pierre-Yves Cousteau

sea turtle day cousteau 0

16 juin 2016. A l'occasion de la Journée mondiale des tortues, Pierre-Yves Cousteau, le plus jeune fils du célèbre Commandant, qui comme lui dédie sa vie aux océans et à leur protection, a répondu aux questions d'ONU-Environnement.

1. M. Pierre-Yves Cousteau, je souhaite tout d'abord vous demander ceci : quel est votre lien personnel avec les océans et l'environnement marin. Pouvez-vous nous dire pourquoi vous êtes si passionné ?

Je suis tombé amoureux de l'océan la première fois que ses vagues ont effleuré mes pieds. L'océan m'a instantanément captivé par sa nature sauvage, sa puissance et sa douceur. Le grand unificateur, l'océan court des rivières aux mers, des nuages ​​aux sources, et à travers chacun de nous. Sous sa surface, j'ai trouvé un bonheur léger et un vaste monde inconnu plein de mystères et de créatures étonnantes. Qu'y a-t-il à ne pas aimer de l'océan ?

2. Pourriez-vous nous en dire plus sur ce qui se passe pour les tortues marines dans le monde (trois des sept espèces existantes de tortues marines sont gravement menacées) ?

Nous avons gravement nuit aux populations de tortues marines dans le monde entier depuis des siècles. Chaque sac en plastique jetable, paille, tasse ou couvert que nous utilisons se retrouve directement dans la mer et les animaux marins tels que les tortues marines les confondent pour des aliments. Le développement côtier global a pulvérisé leurs sites de nidification. Les pêches ciblées et les prises accidentelles ajoutent un autre niveau de menace... alors que le transport maritime provoque des collisions. La diversité de ces menaces rend très difficile la gestion et la conservation des tortues marines.

Les tortues marines jouent un rôle important dans l'océan. Ce sont des ingénieures des écosystèmes, elles contribuent en effet à façonner l'environnement autour d'elles grâce à leur comportement alimentaire. Elles assurent l'équilibre en maintenant le nombres de méduses et de larves de poissons à des niveaux viables et modifient le milieu marin benthique en se nourrissant d'herbiers marins et d'éponges. Et bien sûr, elles sont incroyablement belles et gracieuces.

3. Qu'est-ce qu'il faut pour protéger les tortues marines? Vous pouvez partager avec nous une nouvelle positive sur certaines communautés qui ont été engagées dans sa protection ?

Nous avons besoin de grands sanctuaires marins, qui protègent les différentes étapes du cycle de vie des tortues et incluent donc des plages de nidification. Les écloseries peuvent aider à augmenter la survie des juvéniles. Et bien sûr, nous avons besoin de plus de contribution de la science ! Plus nous comprenons les migrations, le cycle de vie, la physiologie et le comportement de ces animaux, mieux nous pouvons les protéger efficacement. Des travaux de conservation. Il nous en faut simplement davantage.

4. En tant qu'ambassadeur de la campagne de Wild for Life pour les tortues marines, qu'est-ce que nous pouvons faire pour protéger ces espèces merveilleuses ?

Grâce à mon organisation Cousteau Divers et à mes réseaux personnels sur les réseaux sociaux, je développe constamment des connaissances sur ces créatures magnifiques et bien d'autres encore. En tant qu'ambassadeur de Wild for Life, je m'engage à continuer à rejeter systématiquement le plastique à usage unique et à lutter pour la création de sanctuaires marins dans le monde entier.

5. Comment est-ce que chacun de nous peut-il changer les choses et contribuer à leur protection ?

Chacun d'entre nous peut avoir un impact énorme pour contribuer à protéger les tortues marines, principalement en arrêtant d'utiliser des plastiques à usage dans notre vie de tous les jours. Refusez leur utilisation, ainsi que tous les produits issus des tortues (coquilles, oeufs, etc. - souvent transformés en bijoux). Dites au barman que vous ne voulez pas deux pailles dans votre boisson et dites-lui pourquoi. Chacun d'entre nous peut avoir un impact unique, mais afin de maximiser cet impact, nous devons être clairs et ouverts sur les raisons pour lesquelles nous faisons ces choix de consommation. Nous devons créer une culture qui respecte l'environnement et que les entreprises suivront, stimuleront l'innovation et découplent la croissance économique des externalités environnementales négatives. Vous ne savez pas à quel point votre voix et vos actions sont efficaces, jusqu'à ce que vous essayiez. Il est maintenant temps de se rassembler et d'élever nos voix pour ces créatures gracieuses et pour le vaste océan qui est leur maison.

14 Juin 2017 -

Message du Secrétaire général : 100 jours avant la Journée internationale de la paix

725684 sg

13 juin 2017 - Dans 100 jours, l'ONU observera la Journée internationale de la paix. Le Secrétaire général a publié un compte à rebours afin que chacun soit informé du thème de cette année et puisse commencer à réfléchier à ce qui peut être fait pour honorer les idéaux de la Journée Internationale de la paix le 21 septembre !

Message du Secrétaire général publié 100 jours avant la Journée internationale de la paix

Page 9 sur 685

9

Couverture rapport ODD 2017

onucarrieres

Concours Programme jeunes administrateurs (YPP) 2017

Luxembourg
et Monaco participent au concours

Inscription jusqu'au 22 août 2017

news32x32 DblueNominations

  • Le Secrétaire général nomme Horst Köhler, de l’Allemagne, comme son Envoyé personnel pour le Sahara occidental (16 août 2017)

  • Le Secrétaire général reconduit David M. Malone, du Canada, dans ses fonctions de recteur de l’Université des Nations Unies (UNU) (15 août 2017)

  • Le Secrétaire général nomme Ruby Sandhu-Rojon, des États-Unis, Représentante spéciale adjointe pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (14 août 2017)

  • Le Secrétaire général nomme Michèle Coninsx, de la Belgique, à la tête de la Direction exécutive du Comité contre le terrorisme (11 août 2017)

  • Le Secrétaire général nomme Alison Smale, du Royaume-Uni, Secrétaire générale adjointe à la communication au Département de l’information (DPI) de l’ONU (9 août 2017)

    Liste complète...

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Couverture