Dimanche, 07 Février 2016
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Actualité

08 Décembre 2015 -

Calendrier des évènements du 7 au 14 décembre

Week ahead 200x106 FR

08 Décembre 2015 -

Un festival de créativité : 75 films d’une minute, 75 minutes de plaidoyer pour le climat

IMG 2692

8 décembre 2015 - Le Mobile Film Festival a attribué lundi 7 décembre les prix de sa 11ème édition, organisée en partenariat avec les Nations Unies, sur le thème « Agir pour le climat », lors d’une cérémonie dans un grand cinéma parisien.

Le principe est simple, un smartphone, une minute un film, le résultat est bluffant. En 60 secondes, des réalisateurs amateurs, jeunes pour la plupart, ont fait passer des messages forts sur le thème du changement climatique avec une créativité et un savoir-faire impressionnant. Parfois avec humour, souvent avec gravité, ils parlent d’air irrespirable, de lutte pour la survie, d’un monde éteint et ravagé, mais aussi de solutions.

Sept d’entre eux ont été primés lundi soir lors de la cérémonie qui clôturait cette compétition organisée par le Mobile Film Festival et qui s’est déroulée devant quelque 500 invités au cinéma Gaumont Champs Elysée.

Cette 11ème édition du Mobile Film festival était la première ouverte à l’international et la première organisée en partenariat avec les Nations Unies dans le cadre de la conférence sur le climat, COP21. En tout, 70 pays ont participé avec 765 films, et 75 venus de 27 pays ont été retenus dans la sélection officielle.

Du Sénégal au Sri Lanka, en passant par la France ou l’Iran, cette sélection est un patchwork des préoccupations de jeunes qui ont tous conscience qu’il faut agir pour le climat. A travers ces films, ce sont des voix du monde entier qui se font entendre. Elles espèrent être entendues par les négociateurs réunis jusqu’au 11 décembre au Bourget, par les Nations Unies pour sceller un accord.

Le Grand Prix a été attribué au très émouvant No Sense  de Julien Lessi. Situé dans un futur proche, le film met en scène un couple d’amoureux s’offrant une parenthèse romantique un peu particulière.

Le Comorien Zainou El Abidine pour Terre négligée a reçu le Prix du Meilleur film étranger Il offre la vision d’un monde où les poubelles s’animent et poursuivent les hommes afin de leur rappeler l’importance du tri des déchets.

Le Prix du Meilleur Scénario a été décerné à Jérémy Bernard et Guillaume Desjardins pour Criminels. Ce film aux allures de comédie de mœurs met en scène un jeune homme hanté par la culpabilité prenant la décision de dénoncer son crime à la police. Ce film a aussi reçu le prix d’interprétation masculine pour la performance remarquable de deux acteurs Bastien Ughetto et Etienne Menard qui donnent vie avec brio à des dialogues ciselés lors de cet interrogatoire de police inattendu.

Le Prix d’Interprétation Féminine a récompensé Safia Hadjhadjeba , pour son interprétation dans Comptes merveilleux  de Nicolas Bruneaux. Dans cette comptine pour adultes, Safia prend les traits d’une maîtresse d’école à l’allure stricte afin de nous énumérer les nombreux dommages causés par l’homme à l’environnement.

Place to B , via un vote en ligne, a remis le prix des Blogueurs à La Planète bleue réalisé par Mathieu Lamboley. Ce clip vidéo réalisé en stop motion a séduit les blogueurs par son ton décalé et sa chanson au refrain entêtant.

Le Prix du Public a été décerné à Parametric  du réalisateur sri lankais Amila Kumarasinghe. Les internautes, avec plus de 2,4 millions de votes, ont récompensé ce film mettant en scène le combat désespéré d’un homme perdu dans un désert sans fin, conséquence inéluctable du réchauffement climatique.

Le jury, présidé par le réalisateur brésilien Fernando Meirelles était composé de Yacine Ait Kaci, le créateur du célèbre Elyx et premier ambassadeur virtuel de l’ONU, Hicham Ayouch , réalisateur marocain et lauréat en 2015 de l’Etalon d’Or de Yennenga au Fespaco pour le film Fièvres,  Jimmy Jean-Louis , acteur haïtien qui a joué dans de nombreux films et en particulier dans la série Heroes et Isabelle Vitari , actrice française que l'on peut retrouver dans la série Nos Chers Voisins.

 

 

08 Décembre 2015 -

Courir et tweeter pour éclairer la Tour Eiffel à l’énergie humaine

CVfFQZGW4AA1Jns

8 décembre 2015  -Depuis hier soir, la Tour Eiffel est illuminée à l’énergie humaine, une énergie générée par les sportifs et les twittos du monde entier grâce à l’artiste Yann Toma.

Après « 1 heart 1 tree »  qui pendant une semaine a fait pousser des arbres virtuels sur le plus connu des monuments parisiens, cette nouvelle performance artistique et écologique, baptisée Human Energy,  joue aussi sur la participation du grand public à travers les nouvelles technologies. Il s’agit, explique Yann Toma, de «  la plus grande œuvre d'art participative jamais réalisée ».

Chaque foulée, mesurée par l’application Runtastic, et chaque tweet contenant certains mots clés contribueront à faire rayonner la Dame de fer. Les 75 millions de personnes qui utilisent Runstatic dans le monde pour évaluer leur performance sportive, sont invités à courir pour le climat. L’équivalent de l’énergie qu’ils vont déployer, les calories brûlées, alimenteront les 24 projecteurs installés sur la Tour Eiffel.

Le compteur d’énergie artistique (EA), comme l’appelle Yann Toma, sera aussi alimenté par les utilisateurs de twitter qui emploient les mots clés #COP21 #HumanEnergy #Climatesign #ParisClimat2015 ou #ClimateChange. Les organisateurs espèrent un milliard de tweets dans la semaine.

A l’origine, Yann Toma, président de Ouest Lumière et professeur d’Art à la Sorbonne, souhaitait générer cette énergie humaine et artistique  avec des activités sportives, vélo, course ou danse, ouvertes au public sous la Tour Eiffel. Les attentats du 13 novembre et les mesures renforcées de sécurité ont contraint à renoncer à cette fête populaire de l’énergie. Internet aura permis de continuer le rêve et de mobiliser les énergies malgré tout, tous les soirs jusqu’au 12 décembre.

03 Décembre 2015 -

Journée mondiale des sols

shutterstock 174839018 e1440624374873

3 décembre 2015 - La FAO et l’eurodéputé Czeslaw Siekierski, président de la commission de l’agriculture et du développement rural au Parlement européen, ont lancé la semaine mondiale pour les sols, qui sera ponctuée d’évènements visant à sensibiliser le grand public à une problématique très simple : « Nous dépendons des sols ».

L’exposition du Parlement européen expose de véritables sols et est l’occasion rêvée d’en apprendre plus sur le rôle qu’ils jouent dans notre vie quotidienne. Saviez-vous, par exemple, que 95% de notre alimentation provient directement ou indirectement des sols ?

Dans son discours enflammé, le directeur du bureau de liaison de la FAO à Bruxelles, Mustafa Sinaceur, nous a appris que 33% de nos sols subissaient déjà des dégradations. A cette allure, la superficie des terres arables et cultes par personne aura diminué de 25% en 2050 par rapport à 1960. Or en 2050, la terre comptera plus de 9 milliards d’humains, soit 2 millions de plus qu’aujourd’hui. Et nous allons devoir augmenter notre production alimentaire de 60% pour pouvoir répondre aux besoins de cette population plus large.

Ainsi, on sait que la pression à laquelle sont soumises nos ressources naturelles ne fera qu’augmenter. Et le problème est qu’on ne peut pas simplement « réparer » les sols après les avoir abimés. En effet, il peut s’écouler jusqu’à mille ans pour qu’un centimètre de couche supérieure du sol ne se forme, et cette couche peut rapidement être balayée par l’érosion. Les sols sont composés d’environ un tiers d’eau, un tiers de minéraux et un tiers de matière organique. Mais n’oublions pas le plus important : le sol est un organisme vivant. La journée mondiale des sols permet de mettre l’accent sur leurs rôles multiples, qui passent trop souvent inaperçus.

Sachant cela, la durabilité des sols revêt une importance considérable. Cette durabilité peut notamment être atteinte par la diversification des cultures utilisée par la plupart des exploitations agricoles familiales. La journée mondiale des sols permettra à la FAO de continuer à soutenir les exploitations familiales, un secteur extrêmement important pour l’utilisation durable des sols et leur conservation.

« Nous avons besoin de sols en bonne santé pour atteindre nos objectifs de sécurité alimentaire et de nutrition, lutter contre les effets du changement climatique, et garantir un développement général durable. Vous pouvez compter sur l’engagement de la FAO et sur sa participation active à cet effort.» - José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO

Célébrons également la journée internationale des sols le 5 décembre prochain afin de sensibiliser à une gestion durable des sols. 

Page 9 sur 603

9

news32x32 DblueNominations

  • Le Secrétaire général nomme le général de division Jai Shanker Menon, de l’Inde, à la tête de la FNUOD (2 février)

  • La Directrice générale de l'UNESCO a annoncé la nomination de l'artiste et sculpteur slovène Marko Pogacnik, Artiste de l'UNESCO pour la paix (1er février).

    Liste complète...

cineonu