Vendredi, 01 Juillet 2016
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Actualité

13 Mai 2016 -

“Ne négliger personne signifie ne négliger aucune famille ”

15 mai 2016- Les familles sont au centre de la vie sociale,  assurant le bien-être de leurs membres, éduquant et socialisant les enfants et s’occupant des jeunes et des personnes âgées.

familles

 « Les enfants s’épanouissent lorsqu’ils sont aimés et qu’ils ont accès à des soins de santé, à l’enseignement et à d’autres services de base. » a déclaré le Secrétaire général Ban Ki-moon. « Pendant la période délicate qu’est l’adolescence, les jeunes ont besoin d’un soutien émotionnel ainsi que d’informations et de services en matière de santé procréative. Le taux de suicide étant nettement plus élevé chez les jeunes lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres que chez le reste de la population, il faut faire de la sécurité et de l’intégration de cette communauté une affaire de santé publique. »

« Dans de nombreuses sociétés, les femmes et les filles font l’objet de discrimination et de violence familiales, dont les conséquences pour leur santé et leur bien-être peuvent être graves et les suivre tout au long de leur vie. La vie de famille revêt aussi une importance cruciale pour la santé des personnes âgées, qui restent actives et en bonne santé lorsque leurs contributions sont appréciées par leur famille et leur communauté. »

 Les familles, sous toutes leurs formes, sont au centre de la réalisation de l’agenda 2030 pour le développement durable.

Les familles

D’un point de vue politique, prendre en compte les familles dans la mise en place des objectifs de développement durable peut accélérer l’accomplissement de nombreux objectifs, liés au bien-être de nombreux individus.

En particulier, des politiques orientées vers les familles peuvent contribuer à l’accomplissement des objectifs de développement durable 1 et 5 en lien avec l’élimination de la pauvreté et de la faim ; assurant des vies saines et promouvant le bien-être à tout âge ; assurant des opportunités d’éducation à travers la longévité et l’égalité.

Cette année, la célébration se concentre sur l’objectif de développement durable 3 : Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge.

Liens

Journée internationale des familles

Message du Secrétaire général

13 Mai 2016 -

#PhotoFriday : le monde cette semaine

13 mai 2016 - Le #PhotoFriday de cette semaine illustre quelques-uns des événements les plus importants des Nations Unies dans le monde.

photo 1 article

La sculpture “Non-violence” (Pas de violence) au siège des Nations Unies à New York. Photo : ONU

L’artiste Suédois Carl Fredrik Reuterswärd, qui a sculpté cette œuvre d’art exposée à New York, est malheureusement décédé à l’âge de 81 ans.

Cadeau du Luxembourg aux Nations Unies, l’artiste a réalisé cette œuvre en 1980 suite au meurtre de son ami, John Lennon. La sculpture, qui représente une réplique de révolver calibre 45 avec le canon noué pour l’empêcher de tirer, est un symbole de paix.  

Aujourd’hui, les visiteurs du monde entier continuent d’apprécier et d’admirer cette œuvre et son puissant message.

photo 2 article

Le Secrétaire général Ban Ki-moon et sa femme, Yoo Soon-taek tiennent une graine de palmier dans une forêt vierge, lors de leur voyage sur les îles Praslin pour visiter la réserve naturelle de la Vallée de Mai. Photo : ONU

Le Secrétaire général s’est rendu aux Seychelles le 7 et 8 mai, où il a rencontré le président James Michel et le ministre des affaires étrangères Joël Moran. Il s’est aussi rendu dans la réserve naturelle de la vallée de Mai, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO et connue pour sa biodiversité.

photo 3 artile

Un jeune participant de la cérémonie d’ouverture de la 15ème Session de l’Instance Permanente des Nations Unies sur les Questions Autochtones. Photo : ONU

Plus de 1 000 autochtones de toutes les régions du monde ont participé à la quinzième Session de l’Instance Permanente des Nations Unies sur les Questions Autochtones au siège de l’ONU du 9 au 20 mai. Les questions de la paix et des conflits, souvent liés aux terres, territoires et ressources des autochtones, ainsi que leurs droits et leurs identités distinctes, ont été au centre des discussions lors de cette session.

photo4 article

Nadia Hadi, responsable des affaires humanitaires, coordonne la distribution de l’aide humanitaire avec le responsable d’un camp pour déplacés internes à l’Est du Timor. Photo : ONU

Le 10 mai, dans le cadre du premier sommet humanitaire mondial, qui aura lieu à Istanbul les 23 et 24 mai 2016, la bibliothèque photo des Nations Unies a lancé une galerie de photo qui représente l’aide humanitaire à travers le temps. En plus de nombreuses images d’archives saisissantes, la galerie met en avant les voyages du Secrétaire général les plus récents dans le monde, où le besoin humanitaire est urgent. @WHSummit #ShareHumanity. La galerie peut être visionnée ici :  http://bit.ly/1UMGAfM

photo5 article

Une femme donnant le sein à son bébé peu de temps après être arrivée au centre de transit de Batanga. Photo : HCR / L.Baumann

Le 10 mai à Genève s’est tenue une conférence sur la publication d’un nouveau rapport par l’OMS, l’UNICEF et le Réseau international des groupes d'action pour l'alimentation infantile (IBFAN). Ce rapport révèle que sur les 194 pays analysés, 135 ont mis en place des formes de mesures légales liées au code du marketing sur le substitut de lait maternelle et que des résolutions conséquentes ont été adoptées par l’Assemblée mondiale de la santé. En 2011, seuls 103 pays disposaient de ce type de mesures.   

Ce code appelle les pays à protéger l’allaitement en arrêtant les formes de marketing inappropriées sur les substituts de lait maternel (dont le lait maternisé), les biberons et les tétines. Il a aussi pour but de s’assurer que les substituts sont sans danger lorsqu’ils sont nécessaires.  

13 Mai 2016 -

Fier d’être indigène

13 mai 2016 – Ce lundi 9 mai s’est déroulée la Cérémonie d’ouverture du 15e forum permanent des Nations Unies sur les questions autochtones (IPNUQA), dont le thème cette année est « Peuples autochtones : conflit, paix et résolution ».

 676264

Tadodaho Sid Hill (à droite), Chef des Onondagas, avec deux jeunes participants à ses côtés, adresse le discours de bienvenue.

 

La session, qui se tiendra jusqu’au 20 mai au siège de l’ONU à New York, rassemble les États-membres et les représentants des peuples indigènes pour aborder :

  • L’instauration de six zones mandatées par l'IPNUQA en référence à la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (DNUDPA)
  • Les conflits, leur résolution et la paix
  • La coordination parmi les trois mécanismes de l’ONU pour les questions indigènes

Un dialogue aura lieu avec la Rapporteuse spéciale sur les droits des peuples autochtones et la Chaire du Mécanisme d’Experts sur les droits des peuples autochtones. Cette session abordera également les questions du travail du PFII pour le futur et des problèmes émergents.

Dans un message vidéo, le Secrétaire général Ban Ki-moon a annoncé le lancement d’un plan pour exécuter les droits complets des peuples indigènes qui sont de plus en plus impliqués dans des disputes à propos de leurs territoires et leurs ressources.

Il souligne, « Les États Membres sont en train d’initier l’Agenda 2030 pour le développement durable, le Programme d’action d’Addis-Abeba, le cadre d’actions de Sendai pour la réduction des risques et l’Accord de Paris sur le changement climatique. Nous devons nous assurer que les peuples indigènes, y compris les femmes, y participent et en bénéficient. »

Les questions de paix et de conflits – souvent en rapport avec les territoires des peuples autochtones et leurs ressources, et avec leurs droits et identités distinctes – sont au centre des discussions de cette année auxquelles un millier de participants indigènes du monde entier assisteront.

 Picture1

 

Le saviez-vous ?

L’ONU estime qu’il existe plus de 300 millions de peuples indigènes répartis dans près de 70 pays dans le monde. Beaucoup vivent dans des zones considérées comme cruciales à la conservation et à la gestion durable de la biodiversité et de ressources naturelles.

Les Sami sont un peuple indigène d’Europe qui vit en Laponie, une région qui s’étend sur le nord de la Scandinavie jusqu’à la péninsule de Kola, près de la Russie. Bien que considérés comme un seul et unique peuple, les Sami différent entre eux suivant leurs modes d’habitat et les ressources qu’ils utilisent pour subvenir à leurs besoins.

 

7642396448 fb31e471b7 z

 ______________________________________________________________

 

Page Facebook de l'IPNUQA (en)

Twitter @UN4Indigenous (en)

Division des politiques sociales et du développement social des Peuples Autochtones

Les Sami d'Europe (en)

 

Photos

1: Photo de l'ONU

2: ONU Radio Twitter

3: Flickr

10 Mai 2016 -

Sécurité et dignité

A view of refugee housing near Tripoli

10 mai 2016 – Près de 250 millions de personnes se déplacent dans le monde dont presque 15 millions sont des réfugiés. 75% de ces réfugiés viennent de seulement onze pays différents and plus de la moitié d’entre eux sont installés dans sept pays uniquement.

Ces chiffres font partie du rapport du Secrétaire général de l’ONU sur les déplacements massifs de réfugiés et de migrants qui a été rendu public ce lundi 9 mai au siège des Nations Unies à New York par Karen AbuZayd, Conseillère spéciale pour le futur Sommet de l'ONU sur les déplacements de réfugiés, et Jan Eliasson, Vice-Secrétaire général de l’ONU.

Le rapport intitulé « Sécurité et dignité : gérer les déplacements massifs » se concentre sur trois piliers interdépendants :

  • Encourager une nouvelle structure plus compréhensive et faire des recommandations pour gérer des problèmes communs, y compris les causes de tels mouvements de populations ;
  • Protéger ceux qui sont forcés d’entreprendre de tels voyages ;
  • Prévenir la discrimination et la xénophobie.

 

Juste avant la publication du rapport, la Conseillère spéciale Karen AbuZayd a confié dans une interview avec le Centre d’actualités de l’ONU, « ce que l’on recommande, ce que nous espérons [que les États membres acceptent] sont deux accords globaux. Un premier serait de réaliser les engagements envers les réfugiés par rapport aux instruments légaux déjà en place, c’est vraiment ce sur quoi ils doivent travailler, tenir leurs promesses. Ensuite, que les nations qui n’ont pas encore signé la Convention des réfugiés de 1951 le fassent, et que tous ceux qui ont encore des doutes concernant cette Convention s’en libèrent et s’engagent à la respecter dans son intégralité. »

 

 

La publication du rapport devance la rencontre du 19 septembre 2016 au siège newyorkais pour adresser le problème des déplacements massifs de migrants et de réfugiés. C’est la première fois que l’Assemblée générale convoque un meeting de chefs d’État et de gouvernement et ce sera une opportunité historique de dessiner un plan pour une meilleure réaction internationale. Ce sera un moment décisif pour renforcer la gouvernance des mouvements migratoires internationaux dans le but de rassembler les États derrière une approche plus humaine et coordonnée.

_______________________________________________________________

 

Réfugiés et migrants : l'ONU appelle à adopter des mesures concrètes au niveau mondial

UNHCR

 

Photo : ONU. Logements de réfugiés près de Tripoli.

Page 8 sur 623

8

news32x32 DblueNominations

cineonu