Mardi, 23 Mai 2017
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Actualité

06 Avril 2017 -

Energies renouvelables : investissements en baisse mais capacité mondiale en hausse

énergies renouvelables ONU Mars 2017

6 avril 2017 – La baisse du coût des énergies renouvelable, moins 10% pour le solaire et l’éolien entre 2015 et 2016, a permis d’augmenter les capacités avec des investissements moindres, indique un rapport publié aujourd’hui par ONU Environnement.

En 2016, les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables ont diminué de 23% pour une augmentation de la capacité de production supérieure à l’année précédente. Cela est dû en grande partie au prix de l’énergie solaire et de l’énergie éolienne qui a baissé de 10%.

Pour 241,6 milliards de dollars investit en 2016, la capacité de production d’énergie propre a augmenté de 138,5 gigawatt, contre 127,5 l’an dernier pour un investissement supérieur. La nouvelle capacité de production générée est comparable à celle des 16 plus grandes installations de production d’énergie du monde réunies.

Au niveau mondial, la part des énergies renouvelables a augmenté de 11,3 %, évitant ainsi l’émission de 1,7 gigatonne de CO2.

 « Les technologies propres toujours moins chères offrent une réelle opportunité pour les investisseurs d’obtenir « plus pour moins » a déclaré le responsable d’ONU Environnement Erik Solheim. « C’est exactement ce genre de situation, où se rejoignent besoins des personnes et exigence de profits, qui mènera la transition vers un monde meilleur pour tous. »

Cependant, si le bilan général reste positif quant à la part des énergies renouvelables dans la production mondiale, l’ONU Environnement note que « bien qu’une grande partie de la baisse des financements soit due à une réduction des coûts technologiques, le rapport évoque un ralentissement en Chine, au Japon et sur certains marchés émergents ».

L’investissement dans les énergies renouvelables dans les pays en développement a diminué de 30 % en 2016, tandis qu’il baissait de 14 % dans les pays développés. La Chine a vu ses investissements reculer de 32 % rompant avec une tendance haussière depuis 11 ans.

 « L’investissement global a certes reculé, mais ceci ne devrait être qu’un écart, » a déclaré Michael Liebreich, Président du Conseil Consultatif de Bloomberg New Energy Finance (BNEF), organisme co-auteur du rapport.

 « Nous voyons toujours d’incroyables progrès tandis que les émissions de gaz à effet de serre montrent des signes de plafonnement grâce aux résultats du travail des dernières années. Imaginez ce que nous pouvons faire avec plus d’investissement ! », a-t-il ajouté.

05 Avril 2017 -

Les victimes de la guerre en Syrie ont besoin de plus de soutien (Secrétaire général des Nations Unies)

UNSG Antonio Guterres et HRVP Federica Mogherini at SyriaConf2017 | © Photo: Sabrina Bellosi, EEAS

5 avril 2017 - Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a appelé la communauté internationale à augmenter de façon significative son soutien aux victimes du conflit syrien et aux millions de réfugiés accueillis dans les pays voisins.

A ce jour, moins de 10% des fonds nécessaires à la protection et l’assistance humanitaire dans la région ont été collectés. Les besoins sont estimés à 4,63 milliards de dollars.

Lors de la conférence qui s’est ouverte le 4 avril à Bruxelles sur le futur de la Syrie et de la région, le Secrétaire général de l’ONU a appelé également les parties au conflit à prendre la mesure de l’immense tragédie de cette guerre sur le peuple syrien.

Organisée par l’Union européenne, cette conférence de deux jours est co-présidée par les Nations Unies, l’Allemagne, le Koweït, la Norvège, le Qatar et le Royaume-Uni

Les participants essaient de trouver plus de soutien pour les Syriens, dans leur pays et les pays voisins, ainsi qu’une solution politique durable au conflit, notamment à travers les pourparlers inter-syriens sous l’égide des Nations Unies.

UN SG in front of the press 05 04 17

« Cette conférence doit être un moment de vérité, le moment où la communauté internationale prendra la décision d’augmenter son aide aux victimes du conflit syrien et aux pays voisins qui offrent un repli sécurisé à des millions de réfugiés », a indiqué M. Guterres.

Plus de 5 millions de réfugiés syriens vivent en Egypte, en Irak, en Jordanie, au Liban et en Turquie. D’autres ont entrepris un dangereux voyage vers l’Europe, durant lequel beaucoup ont perdu la vie.

A l’intérieur de la Syrie, 13,5 millions de personnes ont besoin d’une aide d’urgence et ces besoins sont loin d’être satisfaits. Quatre personnes sur cinq vivent dans la pauvreté, la moitié dans l’extrême pauvreté, où une école sur trois est fermée et où 1,75 millions d’enfants sont privés d’éducation.

“A l’extérieur de la Syrie, l’assistance humanitaire pour les réfugiés vivant dans les pays voisins est nettement insuffisante”, a-t-il ajouté.  “Nous devons réhabiliter un régime de protection internationale intégrée pour les réfugiés qui apporte un soutien solide aux syriens et aux autres. Nous devons partager la responsabilité de l’accueil des réfugiés syriens de façon plus équitable ».

Le Secrétaire général a également dénoncé les « attaques contre les civils et l’usage d’armes interdites par les conventions internationales, notamment le gaz sarin ou le chlore », rappelant que les Nations Unies ont toujours insisté sur la nécessité d’établir les responsabilités » de ces attaques. 

05 Avril 2017 -

L’aide publique au développement cruciale pour le développement durable

Amina Mohammed - Crédit photo ONU/ Mark Garten

5 avril 2017 – Les gouvernements doivent remplir leurs engagements « maintenant » en matière d’aide publique au développement, a estimé mercredi Amina Mohamed, Vice-secrétaire générale des Nations Unies lors du Forum mondial sur le développement de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE).

L’aide publique au développement (APD) est cruciale pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD), et cette aide internationale, attribuée en temps utile et efficacement, « peut générer avec le temps des sources financières locales », a poursuivi Amina Mohamed.

« Nous devons débloquer de nouvelles sources d’investissements (…) favoriser une culture de collaboration avec le secteur privé (…) combler le fossé entre les sexes et investir dans les infrastructures », a détaillé la Secrétaire générale adjointe de l’ONU.

Triomphe du multilatéralisme

« Nombreux sont ceux qui observent les dynamiques géopolitiques actuelles avec un certain désarroi. Ils ont raison de s’inquiéter que des leaders fassent reculer les résultats obtenus ces dernières années. C’est une préoccupation légitime mais nous devons rester concentrés sur le potentiel existant », a déclaré Amina Mohamed.

En effet, elle a rappelé que la communauté internationale avait désormais un cadre pour le développement durable, pour son financement et un accord sur le climat. « Ces accords nous montrent comment l’investissement dans un futur durable peut mettre un terme à l’injustice de la pauvreté ».

« Les accords mondiaux sur le climat, les Objectifs de développement durable et le financement du développement ont été le triomphe du multilatéralisme », a-t-elle rappelé.

Les ODD sont un « impératif et une extraordinaire opportunité. Ils sont une réponse à l’actuelle tendance à l’isolationnisme et au protectionnisme ».

04 Avril 2017 -

Réfugiés syriens : à peine 9% des besoins couverts

Syria Brussels Conference 2017 EU UN

4 avril 2017 – A ce jour, à peine 9% des fonds nécessaires à l’assistance et la protection des réfugiés syriens ont été reçus par les Nations Unies et leurs partenaires, indiquent deux agences de l’ONU dans un communiqué conjoint.

A l’ouverture de la « Conférence de Bruxelles sur le soutien pour l'avenir de la Syrie et de la région », le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) - au nom des 240 partenaires internationaux et nationaux ainsi que des gouvernements des pays hôtes de la région – se sont dits extrêmement préoccupés par le niveau actuel de financement très bas pour l’aide à des millions de réfugiés syriens et aux communautés qui les accueillent.

4,63 milliards de dollars seraient nécessaires pour l’année 2017 selon une estimation afin d’être en mesure de pouvoir continuer à protéger et assister ces derniers. A l’heure actuelle, seulement 433 millions ont été reçus, soit à peine 9% du montant nécessaire.

Il y a actuellement plus de 5 millions de réfugiés syriens qui vivent en Egypte, Irak, Jordanie, Liban et en Turquie. A ce chiffre il faut ajouter le nombre également très élevé de personnes qui ont tenté le voyage périlleux pour l’Europe.

« Sans fonds supplémentaires, ce seront tous les domaines d’assistance qui seront entravés cette année. L’assistance financière et alimentaire serait réduite de moitié d’ici à juin, mettant en péril la stabilité et la sécurité dans la région » ont expliqué le HCR et le PNUD dans leur déclaration.

« La situation devient désespérée » selon Philippo Grandi, Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés. « Nous pouvons déjà voir des enfants dans l’impossibilité d’aller à l’école, des familles sans abri qui ne peuvent même pas se procurer les produits de première nécessité. »

« C’est la même histoire partout dans la région – L’eau et les infrastructures sanitaires, les marchés du travail et de l’immobilier complétement saturés et sous pression » explique Helen Clark, administratrice du PNUD.

« Nous reconnaissons et apprécions les donations faites jusqu’ici, mais la triste vérité est que cela ne suffit pas. » a-t-elle ajouté.

La conférence de Bruxelles sur l’avenir de la Syrie et de la région a lieu les 4 et 5 avril. Le conflit syrien reste le défi humanitaire le plus préoccupant du monde, avec 13,5 millions d’hommes, de femmes et d’enfants ayant besoin d’une aide immédiate.

 

Plus d’informations :

 

https://un4.me/2mWOdVQ (fiche d’information de la Bibliothèque d’UNRIC sur la Syrie)

http://www.consilium.europa.eu/fr/meetings/international-summit/2017/04/05/ (Site du Conseil européen)

Page 7 sur 672

7

onucarrieres

Concours Programme jeunes administrateurs (YPP) 2017
Luxembourg et Monaco participent au concours 2017

news32x32 DblueNominations

  • Le Secrétaire général nomme Michel Kafando, du Burkina Faso, en tant qu’Envoyé spécial (5 mai 2017)

    Liste complète...

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

#SmallSmurfsBigGoals

Une campagne de l’ONU met en scène les Schtroumpfs pour faire connaître les Objectifs de développement durable
http://www.smallsmurfsbiggoals.com/