Mardi, 28 Mars 2017
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Actualité

17 Février 2017 -

Madame le Pen, de quoi, de qui voulez-vous protéger la France ?

Husein

17 février 2017 - Dans un discours prononcé le 16 février à l’Institut pour la paix de Washington, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a une nouvelle fois dénoncé les nationalistes qui remettent en cause les institutions et le droit international et prônent le repli sur soi.

Ce discours, intitulé « l’impossible diplomatie des droits de l’homme » est un vibrant plaidoyer pour les institutions et conventions internationales qui mettent l’humain au centre de leur préoccupation et ont permis depuis 70 ans « de repousser la perspective d’une troisième guerre mondiale ».

« Le droit international, le droit international des réfugiés, le droit international des droits de l’homme, le droit humanitaire international, le droit pénal international ( …) ne sont pas, comme certains voudraient nous le faire accroire, le résultat d’un gribouillage bureaucratique d’après-guerre. Ils ont été tressés à partir des hurlements des millions de victimes qui sont mortes violemment et qui ont souffert horriblement au fil des siècles. Nous savons très bien ce qui se produirait s’ils venaient à disparaître », estime le Haut-Commissaire aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein.

ll s’inquiète des attaques contre cette diplomatie des droits de l’homme par plusieurs personnalités politiques qui font la promotion d’un repli sur soi et d’un retour au nationalisme.

Il y a quelques mois, le Haut-Commissaire aux droits de l’homme avait dénoncé « l’effrayante rhétorique discriminatoire reposant sur une vision d’un passé prétendument pur » de plusieurs leaders politiques européens et autres « populistes, démagogues et fantaisistes politiques » citant plusieurs noms dont M. Wilders M. Trump, M. Orban, M. Zeman, M. Hofer, M. Fico, Mme Le Pen et M. Farage. (lire ici)

Peu après notait hier le Haut-Commissaire, la candidate du Front National à l’élection présidentielle française indiquait dans une tribune : « il n’y a ni ressentiment à l’égard de quiconque, ni nostalgie ; mais le simple désir, exprimé démocratiquement – sereinement et pacifiquement – de protéger et de faire rayonner notre culture ... et, tout simplement, à continuer d’exister. »

« Se protéger de quoi ?  De qui son pays doit-il se protéger ?  Et comment propose-t-elle d’organiser cette protection pour que son « peuple  » puisse  «  continuer d’exister ? », s’interroge M. Zeid Ra’ad Al Hussein. « Il semble que les cibles qu’elle vise, au moins dans sa lettre, ne soient pas les terroristes desquels nous devons tous nous protéger, mais les institutions et les lois régionales et internationales que mes collègues et moi-même encourageons et représentons.  Elle écrit que nous constituons une « hyper classe mondiale ... une caste qui méprise les peuples et donc les hommes, leur diversité, leurs richesses spécifiques. », poursuit-il.

Il s’est dit profondément préoccupé par « la demande croissante de protectionnisme, d’unilatéralisme, dans les proclamations de pureté nationale ou religieuse et le rejet de ce que certains ont appelé « le soi-disant droit international ». »

Pour contrecarrer les terroristes « ne serait-il pas plus avisé de tirer parti des très nombreux musulmans qui les méprisent, au lieu d’aliéner le groupe même qui est le plus susceptible de dévoiler leurs opérations ? », s’interroge le Haut-Commissaire.

Il craint en effet que « l’agent pathogène du populisme de la discorde infecte rapidement de nombreuses régions du monde » et qu’une « part considérable de ce à quoi nous œuvrons semble désormais être menacé ».

Pour lui une diplomatie des droits de l’homme, mise en œuvre par les institutions internationales, est plus que jamais nécessaire. « Je veux faire partie d’un mouvement qui dépasse mon appartenance à ma famille, à ma tribu ou à ma nationalité, qui dépasse mon origine ethnique, ma race, ma religion ou mon genre, mon affiliation professionnelle, mon orientation sexuelle et autres .(…) Je veux me sentir humain avant tout », conclut-il.

20 Février 2017 -

Nous devons œuvrer tous ensemble pour la justice sociale

Rana Plaza Flickr Jabar al nahian

20 février 2017 – A l’occasion de la Journée mondiale de la justice sociale, deux experts des droits de l'homme des Nations Unies appellent à une action internationale car, malgré une sensibilisation accrue, un manque d’actions concrètes persiste dans  le domaine de la justice sociale.

Dans une déclaration conjointe, l'expert indépendant M. Alfred de Zayas et le rapporteur spécial M. Idriss Jazairy lancent un appel en faveur d’ une action internationale pour combattre l'injustice sociale à l’aide d’acteurs extérieurs.

« Il n’y a pas de telle conscience internationale en ce qui concerne l’impact des droits de l’homme sur les actions des entités étrangères, que ce soit des États, des organisations internationales comme la Banque Mondiale ou le Fond monétaire international, ou même des acteurs du secteur privé incluant les entreprises transnationales » selon les experts. 

Les tragédies de l’effondrement du Rana Plaza au Bangladesh en 2016 et l’incendie de l’usine au Pakistan en 2012 sont les deux seules des exemples pour lesquels les acteurs extérieurs n’étaient pas tenus responsables pour les mauvaises conditions de travail et l’injustice sociale »,

Les experts appellent à plus d'espace politique pour les États et une plus grande flexibilité pour relever les défis économiques et sociaux du XXIe siècle. "La solidarité internationale doit garantir que tous les États bénéficient de la mondialisation et que personne ne soit laissé pour compte", ont déclaré M. de Zayas et M. Jazairy.

Vous pouvez lire la déclaration complète ici.

15 Février 2017 -

Les petits Schtroumpfs au service des grands Objectifs de développement durable

smurf

15 février 2017 - Les Schtroumpfs viennent encourager les jeunes et moins jeunes à apporter joie, paix, justice et santé dans le monde. Ils s’associent à une campagne lancée aujourd’hui par UNICEF et la Fondation des Nations Unies : « Les Grands Objectifs des Petits Schtroumpfs ».

La campagne « Petits Schtroumpfs Grands Objectifs » vise à sensibiliser la population sur les 17 ODD adoptés en 2015 par les 193 pays membres des Nations Unies. Le message de la campagne tient en quelques mots : quelle que soit notre taille, nous pouvons contribuer aux objectifs. Les Schtroumpfs parlent principalement aux enfants et aux jeunes. La jeunesse, avec sa passion et son enthousiasme, est un relai important pour porter le message sur les ODD. En 2030, ils seront des adolescents ou de jeunes adultes qui aspireront à vivre dans un monde meilleur.

« Cette campagne va permettre aux jeunes et aux enfants d’avoir une plateforme pour faire entendre leur voix », a déclaré Paloma Escudero, directrice de la communication pour UNICEF.

« L’industrie du divertissement anime le cœur et l’esprit des gens à n’importe quel âge. L’ONU remercie les efforts créatifs de Sony Pictures Animation et des Schtroumpfs afin de soutenir les ODD », a déclaré Maher Nasser, directeur de la Division de sensibilisation du public du Département de l’information de l’ONU. « Nous espérons que cette campagne motivera des millions de jeunes et leurs familles à agir pour éliminer la pauvreté, réduire les inégalités et protéger notre planète, trois domaines clés pour obtenir le bien-être et le bonheur de tous les peuples. »

L’équipe des Schtroumpfs soutiendra les ODD jusqu’à la Journée internationale du bonheur le 20 mars 2017. Cette année, la Journée internationale du bonheur présentera les ODD comme une étape vers le bonheur. Les acteurs de doublage du dessin animé Les Schtroumpfs et le village perdu seront présents pour honorer les enfants et les jeunes qui auront joué un rôle dans le processus sensibilisation autour des ODD. 

15 Février 2017 -

Maintien de la paix : un nouveau Français à la tête des Casques bleus

jp lacroix

15 février 2017 - Chef d’un des départements les plus importants des Nations Unies, celui des opérations de maintien de la paix, depuis 2011, Hervé Ladsous sera remplacé fin mars par un autre diplomate français, Jean-Pierre Lacroix.

Jean Pierre Lacroix, diplômé de l’ENA, a une grande expérience des institutions internationales et en particulier de l’Organisation des Nations Unies. Au cours de sa longue carrière de diplomate il a été notamment de 1990 à 1993, premier secrétaire à la mission permanente française auprès de l’ONU à New York, directeur adjoint des Nations Unies et des organisations internationales de 2005 à 2006 ; puis représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations Unies à New York entre 2006 et 2009. Il est actuellement à la tête de la direction des Nations Unies et des organisations internationales, des droits de l’homme et de la francophonie du Quai d’Orsay.

Nommé pour un an, il remplacera un autre Français, Hervé Ladsous, qui a dirigé le département des opérations de maintien de la paix pendant 6 ans.

« Je souhaite exprimer toute ma gratitude (à M. Ladsous) pour les services rendus aux Nations Unies, ses efforts constants et son engagement dans le maintien de la paix, en particulier pour la modernisation des moyens d’action afin de faire face aux crises multidimensionnelles et à la protection des populations », a déclaré António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies.

Ce changement intervient dans le cadre de la nomination le 14 février par le Secrétaire général d’une équipe en charge de réformer le département des opérations de maintien de la paix. Cette équipe, dirigée par l’Erythréen Tamrat Samuel, à l’ONU depuis 1983, doit travailler à l’évolution de la stratégie, de la structure et du fonctionnement de ce département et rendra ses conclusions en juin prochain.

Depuis le départ du Ghanéen Kofi Annan, devenu Secrétaire général de l’ONU, plusieurs Français se sont succédés à la tête des opérations de maintien de la paix : Bernard Miyet (janvier 1997-octobre 2000), Jean-Marie Guéhenno (octobre 2000- juin 2008), Alain Le Roy (juin 2008-octobre 2011) et Hervé Ladsous depuis octobre 2011.

Actuellement 16 missions de paix sont en cours dans le monde, mobilisant plus de 100 000 militaires et policiers et quelque 16 000 civils pour un budget annuel de 7,81 millions de dollars. La France est le 5ème contributeur au budget de ce département.

 

Pour plus d’information :

Page 7 sur 664

7

news32x32 DblueNominations

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

#SmallSmurfsBigGoals

Une campagne de l’ONU met en scène les Schtroumpfs pour faire connaître les Objectifs de développement durable
http://www.smallsmurfsbiggoals.com/