Dimanche, 26 Juin 2016
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Actualité

25 Mai 2016 -

UNEA-2 pour changer l'avenir

25 mai 2016 – La seconde Assemblée des Nations Unies pour l’environnement (UNEA-2), qui se déroule à Nairobi au Kenya du 23 au 27 mai 2016, révèle et discute des dangers posés par la pollution atmosphérique, les produits chimiques, les micro-plastiques, les maladies zoonotiques et autres menaces environnementales pour la santé. Les incidences environnementales sont responsables de plus d’un quart des morts infantiles dans le monde, ce qui montre le besoin de placer l’environnement au cœur des efforts pour améliorer la santé.

d0ffe2a7db3341f5a9515a4589449536Achim Steiner, Directeur du PNUE, délivre son discours lors de la cérémonie d'ouverture d'UNEA-2 à Nairobi, Kenya.

 

 Fondé en 1972, le PNUE est la voix de l’environnement aux nations Unies. Cette agence de l’ONU est un catalyseur, un avocat, un éducateur et un facilitateur pour promouvoir l’utilisation sage et le développement durable de l’environnement global. Le travail du PNUE comprend : l’évaluation globale, régionale et nationale des conditions et des tendances environnementales, le développement d’instruments environnementaux nationaux et internationaux, et la consolidation des institutions pour une gestion éclairée de l’environnement.

 L’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement (UNEA) est l’organe décisionnel le plus puissant du monde en matière d’environnement, et s’occupe de gérer les problèmes les plus critiques de notre époque. L’assemblée possède le pouvoir de changer le destin de notre planète de façon dramatique et d’améliorer la vie de tous, ayant un spectre d’influence étendu de la santé à la sécurité nationale, en passant par les plastiques dans nos océans au trafic d’animaux sauvages. Grâce à UNEA, l’environnement est maintenant considéré comme l’une des préoccupations les plus pressantes du monde, avec d’autres problèmes globaux comme la paix, la sécurité, la finance et la santé.

Cette année, des centaines de décideurs politiques, entreprises, ONG et représentants de la société civile se réunissent à Nairobi dans le cadre de UNEA-2, un des premiers sommets majeurs depuis l’adoption de l’Agenda 2030 pour le développement durable et l’Accord de Paris sur le climat. Les résolutions passées à UNEA-2 poseront les bases de la mise en œuvre de l’Agenda 2030, et mèneront le monde vers un avenir meilleur, un avenir plus juste. Ce sommet permet également aux citoyens de partager leurs inquiétudes à travers myunea.org.

 « Un environnement sain pour des enfants sains » est un rapport de l’OMS et de la PNUE qui tente de montrer les dangers posés par la pollution de l’air, les produits chimiques, le changement climatique et d’autres problèmes associant la qualité environnementale à la santé et au bien-être.

Achim Steiner, Directeur exécutif du PNUE a déclaré : « En épuisant l’infrastructure écologique de notre planète et en augmentant notre empreinte carbonique, nous encourons un coût croissant en terme de santé et de bien-être. À UNEA-2, le monde se concentre sur des voies qui assurent que l’environnement améliore la santé au lieu de la menacer.

Le rapport montre notamment qu’en 2012, 12.6 millions de décès pouvaient être attribués à la détérioration de l’environnement, soit 23% des décès totaux.

 La plus grande proportion de décès attribués à la détérioration de l’environnement se sont produits en Asie du sud-est et dans l’ouest du Pacifique, respectivement 28% et 27% du taux total. L’Afrique sub-saharienne compte pour 23% des décès liés à l’environnement, la région est-méditerranéenne pour 22%, suivis par l’Amérique puis l’Europe.

 La pollution atmosphérique tue 7 millions de personnes chaque année dans le monde. Les plus touchés sont généralement les femmes et les enfants des pays en développement.

Le manque d’accès à l’eau potable et d’installations sanitaires causent la mort de 842.000 personnes chaque année à cause de diarrhées, dans 97% des cas, les vic times vivent dans un pays en développement.

L’exposition aux produits chimiques : quelques 107.000 personnes meurent annuellement après avoir été exposées à l’amiante, et 654.000 sont décédées d’un empoissonnement au plomb en 2010.

Les catastrophes naturelles : depuis la première Conférence de l’ONU sur le changement climatique en 1995, plus de 600.000 vies ont disparu et 4 milliards de personnes ont été blessées, perdu leur maison ou sont dans le besoin d’une aide d’urgence à cause de catastrophes climatiques.  

 L’élimination réussie d’une centaine de substances réduisant la couche d’ozone signifie que près de 2 millions de cancers de la peau et plusieurs millions de cataractes de l’œil pourront être évités chaque année à partir de 2030 grâce à la couche d’ozone en guérison.

Se débarrasser définitivement des carburants au plomb à l’échelle globale constituerait un bénéfice estimé à $2.45 trillions par an, soit 4% du PIB global.

Investir dans des programmes préventifs de santé au bureau, qui couteraient de $18 à $60 par employé, peut réduire de 27% les congés maladie.  

Détoxifier : retirer les substances nocives pour l’environnement atténue leur incidence sur la santé et le travail.

Décarboniser : Réduire les émissions de CO² et utiliser des énergies renouvelables, qui menacent 3 à 10 fois moins la santé que les carburants fossiles.

Économiser sur l’usage des ressources et changer de style de vie génèreraint l’activité économique nécessaire pour soutenir la population mondiale avec une consommation en ressources plus basse, moins de déchets, de pollution et de destruction environnementale.  

panneau publicitaire lutter pollution air4

 La pollution atmosphérique est responsable de 7 millions de décès par an, et la détérioration de la qualité de l’air menace d’augmenter ce chiffre. Plus de 80% des gens habitant en ville sont exposés à des niveaux de qualité de l’air qui dépassent les limites de l’OMS, et menacent des vies, la productivité et l’économie.

Cela étant, des efforts pour réduire les taux de pollution atmosphérique et investir dans les énergies renouvelables sont en marche dans près d’une centaine de pays, notamment grâce aux programmes de sensibilisation du PNUE.

 

______________________________________________________

PNUE

UNEA

"Un environnement sain pour des enfants sains"

Photo 1: Achim Steiner, Directeur du PNUE, délivre son discours lors de la cérémonie d'ouverture d'UNEA-2 à Nairobi, Kenya.

Photo 2: Campagne publicitaire pour lutter contre la pollution de l'air.

25 Mai 2016 -

Bilan du premier Sommet humanitaire mondial

25 mai 2016 – Lors de la cérémonie de clôture du premier Sommet humanitaire mondial, qui s'est tenu du 23 au 24 mai à Istanbul, en Turquie, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué mardi les centaines d'engagements pris durant cet évènement et a appelé à les mettre en œuvre.

05 24 2016ClosingWHS

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, et le Président turc Recep Tayyip Erdogan, lors de la cérémonie de clôture du Sommet humanitaire mondial, le 24 mai 2016. Photo OCHA

Qui a participé au Sommet ?

Le chef de l'ONU, Ban Ki-moon, a indiqué que 173 États membres, 55 chefs d'Etat et de gouvernement, environ 350 représentants du secteur privé et quelques milliers de personnes issues de la société civile et d'organisations non gouvernementales ont pris part à ce Sommet.

Le Secrétaire général a toutefois regretté que certains dirigeants du monde n'aient pas fait le déplacement, en particulier ceux des pays du G7, à l'exception de la Chancelière allemande Angela Merkel, qui était présente au Sommet.

Quels engagements ont été pris ?

Environ 1.500 engagements ont été pris par plus de 400 participants.

 « Les engagements ne cessent d'affluer », a salué le chef de l'ONU, précisant qu’« ils permettront de réaliser des changements transformatifs de haut en bas et de bas en haut ».

Parmi tous les engagements qui ont été pris , M. Ban a spécifiquement mentionné :

  • « L'éducation ne peut pas attendre » : nouveau fonds pour mieux coordonner le soutien à l’éducation des enfants et des jeunes touchés par les urgences humanitaires et les crises prolongées. Il visera à apporter une éducation de qualité au cours des cinq prochaines années à plus de 13,6 millions d'enfants et de jeunes vivants dans des situations de crise. 100 millions de dollars ont été promis pour cette initiative par la Coalition mondiale des entreprises pour l'éducation.
  • Le « Grand compromis » pour une attribution plus directe des ressources :

 Grand Bargain 2

  • Le « Partenariat mondial de préparation » qui permettra de mieux préparer 20 des pays les plus susceptibles d'être touchés par des crises.
  • La « Coalition un milliard pour la résilience » qui vise à mobiliser un milliard de personnes afin de bâtir des collectivités plus sûres et plus stables dans le monde entier.
  • Les engagements pris pour respecter les droits des femmes et des filles dans les situations d'urgence et les protéger contre la violence fondée sur le genre.

Les gouvernements se sont quant à eux engagés à faire davantage pour prévenir les conflits et consolider la paix, faire respecter le droit international humanitaire et être à la hauteur des promesses annoncées dans la Charte des Nations Unies, d’après M. Ban Ki-moon.

Et après ?

Un document écrit sera publié prochainement avec tous les engagements pris durant le Sommet. Il sera également disponible sur une plateforme en ligne.

En Septembre prochain, le Secrétaire général rendra compte à l’Assemblée générale des Nations Unies des avancées réalisées dans le cadre du Sommet. « Je proposerai des façons de faire avancer ces engagements au niveau intergouvernemental, et via des forums inter-institutions et d'autres mécanismes », a-t-il ajouté.

L’une des priorités est la résolution des divisions au sein du Conseil de sécurité de l’ONU puisqu’elles entravent, selon le Secrétaire général, les avancées sur le plan humanitaire. « Leur absence à ce Sommet n'est pas une excuse pour rester inactifs », a-t-il dit, avant de réaffirmer son intention de suivre de près les progrès des engagements pris à Istanbul, y compris lors de la Réunion de haut niveau sur les grands mouvements de réfugiés et de migrants qui aura lieu à l'Assemblée générale de l'ONU, à New York, le 19 septembre prochain.

--------------

Source : Centre de presse de l'ONU 

24 Mai 2016 -

Le centre de la campagne mondiale en faveur des objectifs de développement durable s'installera à Bonn

24 mai 2016 (UNRIC) - Magdy Martínez-Solimán, Sous-Secrétaire général des Nations Unies et Friedrich Kitschelt, Secrétaire d’état allemand pour la coopération économique et le développement, ont signé une déclaration d’intention aujourd’hui. Celle-ci détaille le soutien du gouvernement fédéral allemand en faveur de l’installation à Bonn du centre de la campagne mondiale concernant les objectifs de développement durable.

160524 UBMZ PHT03

Photo : Magdy Martínez-Solíman (à gauche) et Friedrich Kitschelt en train de signer la déclaration d'intention.
Crédit : Monja Sauvagerd.

Il est prévu que le gouvernement allemand soutienne la campagne d’action en faveur des objectifs de développement durable avec un budget de 3,5 millions d’euros, afin de promouvoir ses activités et permettre l’installation du centre de campagne à Bonn.

« La signature de la déclaration d’intention envoie un signal fort sur l’engagement de l’Allemagne en faveur des objectifs de développement durable », a affirmé Martínez-Solimán, également administrateur-assistant du PNUD. Les bureaux du centre de campagne seront installés à la « Haus Carstanjen », aux côtés du centre de connaissances pour le développement durable de l’École des cadres du système des Nations Unies, récemment inauguré. Cela permettra d’assurer une synergie entre ces deux entités de l’ONU, qui œuvrent à la réalisation de l’Agenda 2030.

« L’implantation de la campagne d’action des ODD représente un nouveau jalon dans la pertinence de Bonn en tant que ville ONU mais également en tant que plateforme mondiale en faveur de la durabilité. Les activités de la campagne correspondent bien au slogan de Bonn « façonner un avenir durable », a indiqué le Secrétaire d’Etat Kitschelt.

Le centre de campagne sera un élément fondamental pour s'acquitter de son mandat concernant les objectifs de développement durable. Il sera un centre d'appui pour la promotion des ODD, fournira une expertise des données et des analyses pour les Etats Membres et les partenaires dans le monde entier. En plus du centre de campagne mondiale, la campagne d’action des ODD maintiendra des bureaux à New York afin de garder un lien fort avec le bureau exécutif du Secrétaire général Ban Ki-moon et le processus de gestion du Groupe des Nations Unies pour le développement (GNUD).

20 Mai 2016 -

5 minutes pour comprendre le Sommet mondial sur l'action humanitaire

featured image faq

Photo : vue aérienne du camp de Zaatari, en Jordanie. WHS2016

Accédez directement aux questions que vous vous posez : 

 

Qu’est-ce que le Sommet mondial sur l’action humanitaire ?

Le premier Sommet mondial sur l’action humanitaire, qui aura lieu les 23 et 24 mai 2016 à Istanbul, est un appel mondial à l’action lancé par le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, M. Ban Ki-moon. Ce sommet marquera un tournant décisif dans la manière dont la communauté internationale se prépare et fait face aux crises afin de prévenir les souffrances humaines.

Le Sommet a trois objectifs :

  • Réaffirmer notre engagement envers l’humanité et les principes humanitaires.
  • Prendre des mesures et jeter les bases d’un engagement, de sorte que les pays et les populations puissent se préparer et faire face aux crises et mieux résister aux chocs.
  • Partager les meilleures pratiques qui contribuent à sauver des vies dans le monde entier, en plaçant les personnes touchées au cœur de l’action humanitaire et en allégeant les souffrances.

Pourquoi maintenant ?

Nous sommes aujourd’hui à un moment critique. La souffrance humaine a atteint un niveau inégalé depuis la Seconde Guerre mondiale : 

  • 60 millions de déplacés, dont la moitié sont des enfants;
  • 218 millions de personnes par an touchées par des catastrophes, pour un coût de 300 milliards de dollars.

Des mesures décisives et collectives doivent être prises pour que nous puissions nous acquitter de notre responsabilité partagée : sauver des vies et permettre à tous de vivre dignement.

Où et quand ce Sommet aura-t-il lieu ?

Le Sommet se tiendra les 23 et 24 mai 2016, au Centre des congrès d’Istanbul en Turquie. Les manifestations parallèles auront lieu au Centre de conférences et d’expositions Lufti Kirdar, situé à proximité.

Quelles seront les questions clés examinées au cours du Sommet?

Le Secrétaire général de l’ONU a lancé un appel visant à placer l’humanité — c'est-à-dire la sécurité, la dignité et le droit à prospérer des peuples — au cœur des prises de décisions mondiales.

Dans son rapport, « Une seule humanité, des responsabilités partagées », Ban Ki-moon exhorte les États membres, le Système des Nations Unies, les organisations humanitaires et les autres parties prenantes à endosser cinq responsabilités fondamentales.

AgendaCard2 fb fr 1

Pour ce faire, le Secrétaire général a présenté un Programme d’action pour l’humanité, qui définit les mesures clés et les changements stratégiques nécessaires à la réalisation de ces objectifs.

Qui participera au Sommet ?

Plus de 5000 participants sont attendus au Sommet, notamment des Chefs d’État et de Gouvernement, des représentants des populations touchées par les crises, des dirigeants du secteur privé et d’organisations multilatérales, des ONG internationales et nationales, des représentants des jeunes, de la société civile, de groupes civilo-militaires et du monde universitaire.

Que se passera-t-il lors du Sommet ?

Au cours du Sommet, des responsables politiques, des chefs d’entreprises et des représentants de la société civile annonceront qu’ils s’engagent à appliquer le Programme d’action pour l’humanité et lanceront de nouvelles initiatives pour répondre aux besoins les plus pressants, recensés lors du processus de consultation. Ces engagements seront également rassemblés sur une « plateforme des engagements », disponible en ligne.

Il en résultera un éventail de mesures qui permettront au monde de mieux se préparer et faire face aux crises et de développer une plus grande résistance aux chocs.

Quels seront les résultats du Sommet et les mesures de suivi ?

Le Sommet mondial sur l’action humanitaire aboutira à un ensemble d’engagements qui permettront au monde d’être mieux préparé et de faire face aux crises et de devenir plus résistant aux chocs.

Ces engagements devraient être mis à exécution sans tarder. Le Secrétaire général demande que des progrès réels soient obtenus dans les trois prochaines années.

Le Secrétaire général, en sa qualité de Président du Sommet, fera un résumé des principales conclusions du débat et présentera un rapport sur les textes issus du Sommet.

--------------------------------------

Sources et liens : 

Page 6 sur 623

6

news32x32 DblueNominations

cineonu