Samedi, 06 Février 2016
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Actualité

06 Janvier 2016 -

2016 est l’année des légumineuses : prenons-en de la graine !

LOGO IYP fr high horizontal

L’Assemblée général des Nations Unies a décidé de faire de 2016 l’année internationale des légumineuses. A cette occasion la FAO, l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, se charge de faciliter la mise en œuvre de cette année par l’organisation d’évènements visant à sensibiliser l’opinion publique aux avantages nutritionnels des légumineuses. En outre, plusieurs campagnes tenteront de mettre les légumineuses en avant en tant qu’aliments sains et goûteux et insisteront sur leur côté écologique.

Lire la suite...

18 Décembre 2015 -

Une journée internationale au goût amer.

PHO56fa0030 b2a9 11e4 82c0 d02a422c09b6 805x453

18.12.2015 - La journée internationale des migrants, célébrée chaque année depuis 2000, n’a jamais été autant d’actualité. Si la migration a toujours été un processus naturel et atteste de la volonté de l’Homme de surmonter l’adversité pour s’assurer une vie meilleure, le nombre de migrants a explosé ces derniers mois.

En cause : la mondialisation et les progrès des communications et des transports, qui permettent à de plus en plus de personnes de quitter leur pays d’origine à la recherche d’un avenir meilleur. Malheureusement, nombre d’entre elles ont été reçues dans les différents pays d’accueil par de la méfiance, des préjugés souvent infondés, voire des actes de violence. Ainsi, la journée internationale des migrants vise-t-elle entre autre à sensibiliser le public pour tordre le cou aux idées reçues et souligner les nombreuses contributions des migrants à l’économie, la culture et le social. En effet, de nouveaux chiffres publiés par l’OIT (Organisation Internationale du Travail) révèlent que 150 millions de migrants contribuent au marché du travail mondial.

Le secrétaire de l’ONU Ban Ki-moon a déclaré à l’occasion de cette journée :

« On se souviendra de 2015 comme d’une année marquée par les souffrances humaines et la tragédie des migrants. Ces douze derniers mois, plus de 5 000 femmes, hommes et enfants ont perdu la vie alors qu’ils cherchaient la sécurité et une vie meilleure. Des dizaines de milliers d’autres sont exploités et maltraités par des trafiquants, et des millions sont pris comme boucs émissaires et sont devenus la cible de mesures xénophobes et de discours alarmistes.»

Pour honorer la mémoire des migrants décédés sur le chemin vers une vie meilleure, l’OIM (Organisation Internationale des Migrants) a décidé d’organiser cette année une veillée mondiale aux chandelles le 18 décembre. Le hashtag #IamaMigrant permettra par ailleurs à chacun d’afficher sa solidarité sur les réseaux sociaux.

Différence entre migrant et réfugié :

Selon l’UNHCR, les réfugiés sont des personnes qui fuient des conflits armés ou la persécution. Leur situation est souvent si périlleuse et intolérable qu'ils traversent des frontières nationales afin de trouver la sécurité dans des pays voisins, et sont par conséquent reconnus internationalement comme des réfugiés ayant accès à l'aide des États, du HCR et d'autres organisations. On les reconnaît ainsi précisément parce qu'il est dangereux pour eux de retourner dans leur pays et qu'ils ont besoin d'un refuge ailleurs. Refuser l'asile à ces personnes aurait potentiellement des conséquences mortelles.

Les migrants, quant à eux, choisissent de s'en aller non pas en raison d'une menace directe de persécution ou de mort, mais surtout afin d'améliorer leur vie en trouvant du travail, et dans certains cas, pour des motifs d'éducation, de regroupement familial ou pour d'autres raisons. Contrairement aux réfugiés qui ne peuvent retourner à la maison en toute sécurité, les migrants ne font pas face à de tels obstacles en cas de retour. S'ils choisissent de rentrer chez eux, ils continueront de recevoir la protection de leur gouvernement.

 

15 Décembre 2015 -

Calendrier des évènements du 14 au 21 décembre

Week ahead 200x106 FR

14 Décembre 2015 -

Le travail au service du développement humain

report

14 décembre 2015 - Le rapport sur le développement humain 2015, intitulé « Le travail au service du développement humain » est lancé aujourd’hui à Addis-Ababa, capitale de l’Ethiopie. Ce rapport examine les liens, à la fois négatifs et positifs entre le travail et le développement humain, dans un monde du travail évoluant rapidement.

Ce rapport plaide pour une notion plus large du travail, allant plus loin que le cadre de l’emploi, afin de relever à la fois les défis persistants tels que la misère, les inégalités, la précarité, et les inégalités de genre à la fois dans le travail rémunéré et non-rémunéré, ainsi que les nouveaux défis comme la raréfaction des emplois, l’écart de compétences, le changement climatique et autres.

« Le travail est le moyen de libérer le potentiel humain, la créativité, l’innovation et les esprits », a déclaré Selim Jahan, directeur du bureau du Rapport sur le développement humain, « Il est essentiel de rendre les vies humaines productives, salutaires et significatives. Cela permet aux gens de gagner leur vie, leur donner les moyens de participer à la société, leur fournit la sécurité et leur donne le sens de la dignité. Le travail est ainsi intrinsèque et inhérent au développement humain. »

Il est important de reconnaître que le lien entre le travail et le développement humain n’est pas toujours positif. Quelques 830 millions de personnes sont classées comme des travailleurs pauvres vivant avec moins de 2 dollars par jour. Plus de 200 millions de personnes, dont 74 millions de jeunes, sont sans emploi, tandis que 21 millions de personnes se trouvent en situation de travail forcé.

Avec une meilleure santé et de meilleurs débouchés scolaires, ainsi que des réductions dans la pauvreté extrême, 2 milliards de personnes ont pu sortir de niveaux faibles de développement humain sur les 25 dernières années, selon le rapport. Ceci dit, de façon à sécuriser ces gains et galvaniser le progrès, il est important d'appuyer la décence du travail.

Dans l’optique de la réalisation de l’agenda du développement post-2015, il sera important de permettre à la jeunesse, qui représente 50 % de la population globale, supportant ainsi la moitié du ciel, de trouver des opportunités d’emploi qui lui permettront de participer de façon constructive, créative et équitable à la société.

 

Liens

Photo

  • UNDP / HDR2015

Page 6 sur 603

6

news32x32 DblueNominations

  • Le Secrétaire général nomme le général de division Jai Shanker Menon, de l’Inde, à la tête de la FNUOD (2 février)

  • La Directrice générale de l'UNESCO a annoncé la nomination de l'artiste et sculpteur slovène Marko Pogacnik, Artiste de l'UNESCO pour la paix (1er février).

    Liste complète...

cineonu