Jeudi, 23 Mars 2017
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Actualité

02 Mars 2017 -

L’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) lève le voile sur les femmes et la toxicomanie

Drugs WHO Photography INCB placeholder image

2 mars 2017 - Au cours du lancement du rapport annuel 2016 de l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) à Berlin, son président Warner Sipp a encouragé les gouvernements à prendre davantage en compte les femmes dans leurs politiques et programmes de lutte contre la drogue. Le rapport montre que les femmes sont généralement désavantagées et que le regard porté sur elles lorsqu’elles doivent aller en cure de désintoxication n’est pas le même que celui porté sur les hommes. Alors que les jeunes filles et les femmes comptent pour un tiers de la population globale des consommateurs de drogue, seulement un cinquième des bénéficiaires de traitements sont de sexe féminin. Selon l’OICS, cet accès limité est dû à l’existence de barrières systémiques, structurelles, sociales, culturelles et personnelles.

Mettant en avant l’augmentation du nombre de femmes arrêtées pour crimes en rapport avec la drogue ainsi que la forte relation entre prostitution et usage de drogue, Mr Sipp a appelé les Etats membres à recueillir et partager plus d’informations afin de mieux comprendre les besoins des femmes touchées. « Nous voulons briser les stéréotypes et rappeler aux gens, et tout particulièrement aux responsables politiques, l’importance de protéger les droits des femmes touchées par cette addiction »

L’OICS basé à Vienne, créé en 1961 pour vérifier la conformité des gouvernements avec les conventions internationales de contrôle des drogues, a choisi cette année de mettre l’accent sur ce sujet en raison de l’augmentation disproportionnée des overdoses parmi la population féminine.

Le président de l’OICS a préconisé une approche plus équilibrée dans la lutte contre la drogue. Si la justice pénale doit faire partie de la réponse d'un gouvernement, d'autres mesures telles que la désintoxication, la réadaptation et l'intégration sociale restent sous-utilisées. Le rapport recommande donc aux gouvernements de limiter les peines de prison pour des infractions mineures liées à la drogue et de reconnaître la toxicomanie comme un problème de santé publique exigeant des réponses adaptées.

M. Sipp s’est dit particulièrement préoccupé par la situation actuelle aux Philippines et en Afghanistan. Dans son rapport, le Conseil de l'OICS appelle à un arrêt immédiat des exécutions extrajudiciaire aux Philippines. Ces actes ne sont pas seulement une violation des droits de l'homme, mais constituent également une violation flagrante des trois conventions internationales sur le contrôle des drogues, a déclaré M. Sipp. En raison de la situation sécuritaire désastreuse en Afghanistan, le rapport de 2016 exhorte la communauté internationale à intensifier son appui à ce pays dans sa lutte contre la drogue. M. Sipp a également souligné que l'action contre la drogue est vitale pour le développement durable.

Plus d’information : Rapport annuel de l’Organe international de contrôle des stupéfiants

03 Mars 2017 -

Les Nations Unies lancent une campagne contre le commerce illégal des espèces sauvages

panda 1

3 mars 2017 - Saviez-vous que la population d’éléphants dans la savane africaine a diminué de 60% en Tanzanie depuis 2009 et que les chimpanzés ont disparu en Gambie, au Burkina Faso, au Bénin et au Togo ?

Célébrée le 3 mars, la Journée mondiale de la vie sauvage, a pour thème cette année : "écoutons la voix des jeunes".

Etant donné que presque un quart de la population mondiale est âgée de 10 à 24 ans, il est important d’encourager les jeunes, en tant que futurs dirigeants du monde, à agir afin de protéger la vie sauvage en danger, tant à l’échelle locale que globale.

Favorisé par l’explosion de la demande d’espèces issues de la faune et de la flore, le commerce illégal des espèces sauvages a atteint des sommets ces dernières années, ayant pour conséquence l’extinction de nombreuses espèces. Plus qu’un enjeu de conservation des espèces, ces crimes ont un impact important sur l’économie des pays en développement les privant de ressources qui s’élèvent à des milliards de dollars, récupérées par des cartels internationaux très organisés. Selon un rapport d’ONU Environnement et d’Interpol, ce commerce illégal se chiffre à 23 milliards de dollars chaque année, 26% supérieur à ce qui avait été estimé auparavant. Avec le trafic de stupéfiants, d’êtres humains et d’armes, c’est un des plus importants au monde.

Le commerce illicite de la faune a des effets dévastateurs, tant sur le plan environnemental que socio-économique, entraînant une dégradation des écosystèmes, créant des obstacles majeurs pour les communautés locales pour le maintien et la gestion de leurs ressources naturelles, entraînant d'énormes pertes de revenus et menaçant la sécurité nationale.

Des mesures rapides peuvent avoir un impact positif sur les questions de conservation dans le monde.

Par exemple, en 2015, deux des plus grands marchés d'ivoire au monde, les États-Unis et la Chine, ont annoncé qu'ils fermeraient leur commerce international et national d’ivoire. Quant au Népal, il a été capable d'éliminer complètement le braconnage des rhinocéros au cours de trois des cinq dernières années, permettant à la population de rhinocéros de croître de 21%.

Une action décisive contre le commerce illégal des espèces sauvages aurait également à un impact sur tous les aspects de l'Agenda pour le développement durable à l’horizon 2030.

Les jeunes ont un rôle décisif à jouer et il est temps pour nous tous de les écouter.

Pour sensibiliser le public au commerce illicite des espèces sauvages, l'Organisation des Nations Unies en coordination avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), a lancé une campagne sans précédent appelée Wild for Life, pour inciter le public à s’engager dans la lutte contre le commerce illégal de la faune. 

01 Mars 2017 -

Les Nations Unies et l'Union européenne travaillent de concert pour améliorer les conditions de vie des citoyens du monde entier

GM

1er mars 2017 - Selon le dernier rapport sur les résultats du partenariat entre les Nations Unies et l'Union européenne (UE), cette collaboration a bénéficié à des millions de personnes dans plus de 170 pays à travers le monde,

Des Objectifs du Millénaire pour le développement aux Objectifs de développement durable, l'Union européenne a travaillé avec les Nations Unies pour assurer l'accès à l'éducation et à la santé, sauver des vies, renforcer la résilience et promouvoir la paix et les droits de l'homme, valeurs inscrites dans la Charte de l’ONU.

Le président de l'UE, Jean-Claude Juncker, a souligné la nécessité de mettre davantage l'accent sur le multilatéralisme et l'action collective pour relever les défis mondiaux. Il a souligné l'engagement de l'Union européenne à « l'esprit de solidarité mondiale au cœur du Programme de développement durable à l'horizon 2030».

Les résultats de ce partenariat ambitieux sont constatés au niveau des pays. L'UE et les Nations unies ont travaillé, par exemple, avec les gouvernements en Irak, en République centrafricaine, en Thaïlande, en Ukraine et en Colombie pour intégrer les droits de l'homme dans leurs plans de développement.

Le rapport intitulé « Saving and Empowering » Lives indique que l'UE et l'ONU ont aussi établi de nombreux partenariats avec des organisations de la société civile et des autorités nationales dans le but d'améliorer la protection de millions de réfugiés et de personnes déplacées à l'intérieur de leur pays ».

Dans un monde en crise, l'Union européenne et les Nations Unies jouent un rôle fondamental dans la fourniture de secours aux quelques 65 millions de personnes déracinées de leur foyer par les conflits armés, le changement climatique et la croissance démographique.

En outre, l'Union européenne et l'ONU ont aidé à coordonner les contributions des bailleurs de fonds, des organisations internationales, de la société civile et des autorités nationales pour répondre aux besoins des réfugiés et des personnes déplacées en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe.

Entre 2014 et 2015, des dizaines de millions de personnes ont bénéficié de l'aide alimentaire fournie par l'ONU et l'Union européenne dans 49 pays ravagés par la guerre ou la malnutrition. Mais malgré ces efforts, près de 800 millions de personnes dans le monde souffrent encore de la faim.

La paix et la sécurité sont également au centre du partenariat entre les deux Organisations, conformément à leur attachement commun pour la médiation, la résolution des conflits et la diplomatie préventive. En 2015, l'UE et les Nations Unies ont convenu des priorités pour le renforcement du partenariat sur le maintien de la paix et la gestion des crises jusque 2018. Le partenariat UE-ONU a favorisé la démocratie, l'état de droit et la bonne gouvernance dans les pays d'Amérique latine, d'Afrique, d'Asie et du Moyen-Orient.

L'ONU et l'UE ont également joué un rôle crucial dans l'Accord historique sur le changement climatique à Paris en 2015, ouvrant la voie à l’établissement de plans climatiques nationaux; Le Cadre de Sendai sur la réduction des risques de catastrophe ; le programme d'action d'Addis-Abeba ; le Programme de développement durable à l'horizon 2030 et les Objectifs de développement durable.

2015 a donc marqué une étape importante dans le renforcement du partenariat entre l'UE et l'ONU. La prochaine édition des Journées européennes du développement qui se dérouleront en juin 2017 portera sur l'investissement dans le développement, marquant une nouvelle étape dans l’établissement d'un partenariat toujours plus fort entre l'UE et l'ONU.

01 Mars 2017 -

VIH/sida : la discrimination dans le secteur des soins de santé touche 60% des pays en Europe

zdd fr cover

1er mars 2017 - 60% des pays européens indiquent que la stigmatisation et la discrimination restent des obstacles à la prévention du VIH ainsi qu’à la distribution de traitements appropriés aux populations clés.

Les données de l'Indice de la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH concernant 50 pays démontrent qu'une personne sur huit vivant avec le VIH se voit refuser l’accès aux soins de santé. En Europe, la stigmatisation et la discrimination des professionnels de la santé envers les homosexuels et les drogués restent des freins au progrès.

Selon M. Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA, « Les milieux de soins de santé doivent être des environnements sécuritaires et chaleureux. Il est inacceptable que la discrimination empêche aujourd'hui l'accès aux soins. Eliminer la discrimination dans les milieux de soins de santé est essentiel, et nous devons exiger que cela devienne une réalité.

La Journée zéro discrimination 2017 attire l’attention sur l’importance d’éliminer toute discrimination dans le secteur de la santé comme une étape essentielle de l’action visant à mettre fin à l’épidémie de sida d’ici à 2030

Parmi les mesures à prendre, il convient de supprimer les lois, les politiques et les pratiques qui portent atteinte aux personnes vivant avec le VIH, afin que chacun, partout dans le monde, ait accès à des soins de santé sûrs. Les populations clés telles que les travailleurs du sexe, les transgenres et les jeunes gens doivent également recevoir les informations correctes sur la façon dont le VIH est transmis et comment il peut être traité.

Les statistiques d'ONUSIDA montrent qu'en 2015, 36,7 millions de personnes vivaient avec le VIH et 15,8 millions d'entre elles avaient accès au traitement antirétroviral. En 2016, 18,2 millions de personnes pourraient accéder au traitement. Depuis 2010, les nouvelles infections à VIH parmi les enfants ont diminué de 50% entre 2010 et 2015, passant de 290 000 nouveaux cas en 2010 à 150 000 nouveaux cas en 2015.

 

Plus d’information :

ONUSIDA

 

Page 4 sur 664

4

news32x32 DblueNominations

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

#SmallSmurfsBigGoals

Une campagne de l’ONU met en scène les Schtroumpfs pour faire connaître les Objectifs de développement durable
http://www.smallsmurfsbiggoals.com/