Lundi, 18 Décembre 2017
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Ciné-Onu : JANE

Intro

6 décembre 2017 - En 1960, quand Jane Goodall s’aventura en Afrique, il y avait approximativement un million de chimpanzés, dans ce qui est maintenant la jungle tanzanienne. Aujourd’hui, ce nombre a chuté de presque 700 000. Les chimpanzés font face à des multiples menaces : le braconnage illégal, la destruction de leur habitat ainsi que des maladies, principalement provoquées par l’activité humaine. En réponse à ces menaces, Dr. Jane Goodall a fondé dix bureaux en Europe dédiés à la sensibilisation et à la collecte de fonds pour les activités menées par ses instituts africains. Fondé en 2005, le Jane Goodall Institute Belgium assure notamment des recherches sur les chimpanzés ainsi que des initiatives de préservation de leurs habitats ; l’institut continue également de promouvoir la protection de l’environnement et des animaux.

Pour souligner l’impact mondial des activités humaines sur la faune et la flore, Ciné-ONU, en partenariat avec le Jane Goodall Institute Belgium, a projeté le documentaire JANE au Cinéma Galeries à Bruxelles, suivi d’une conversation avec Jane Goodall en personne. Le documentaire comprend plus de 100 heures de séquences inédites du National Geographic. Suivant sa vie de défenderesse de l’environnement, scientifique et pacificatrice, le film illustre une femme ayant fait concurrence à la culture scientifique majoritairement masculine de son temps et ayant transformé la vision du monde sur la protection du royaume animal.

Lors de la séance de questions/réponses le public a interrogé Jane sur les zoos, le changement climatique et son ressenti concernant des chimpanzés. Elle a mentionné les joies du premier contact physique avec les primates en expliquant « c’était comme être une anthropologue rencontrant une nouvelle tribu, sauf que j’avais des bananes comme cadeau ! » Elle a conclu par « c’était l’un des plus grands moments de fierté de ma vie d’être acceptée dans une communauté jamais intégrée auparavant, surtout une que j’ai étudié si longuement. »

A propos du changement climatique, Dr. Goodall a confié à l’auditoire que les jeunes ne devraient pas « perdre espoir » pour la planète, et a ajouté que « nous avons le choix du genre de différence que nous voulons faire sur cette Terre et c’est un choix auquel nous sommes confrontés chaque jour ». Elle a conclu en exprimant son inquiétude pour la destruction de ce monde, car il s'agit d'un endroit si « merveilleux » à vivre.

« La terre est notre seule maison »
Avec Thomas Pesquet, astronaute français

news32x32 DblueNominations

  • Le Secrétaire général nomme Gunilla Carlsson, de la Suède, Directrice exécutive adjointe à la gestion et à la gouvernance de l’ONUSIDA (12 décembre 2017)

    Liste complète...