Samedi, 18 Novembre 2017
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Intelligence artificielle : quel avenir pour l’emploi ?

19 octobre 2017 - La technologie a un impact indéniable sur l'amélioration de la qualité de vie et l'augmentation de la productivité. Mais suite aux progrès technologiques rapides de ces dernières années, les ordinateurs empiètent de plus en plus sur des domaines qui étaient auparavant exclusivement réservés aux humains.

Les craintes suscitées par l’innovation technologique impliquent une augmentation du chômage, une compression des salaires et de plus grandes inégalités. On redoute que les machines activées par l'intelligence artificielle ne remplacent de nombreux emplois humains, entraînant chômage de masse et appauvrissement.

Cette question centrale et autres interrogations sont abordées dans le nouveau rapport « Frontier Issues » préparé par les chercheurs du Département des affaires économiques et sociales (DAES) de l’ONU, en collaboration avec le PNUD, l'OIT et ONU Femmes. Le rapport intitulé « L'impact de la révolution technologique sur les marchés du travail et la répartition des revenus » conclut que les nouvelles technologies auront un impact profond sur les marchés du travail du monde entier : aucun pays ne sera épargné. Les inégalités augmenteront et certains emplois disparaîtront, entraînant un ajustement douloureux. Cependant, les craintes du chômage de masse causé par l'automatisation sont exagérées. L'impact de ces nouvelles technologies sur les marchés du travail et la répartition des revenus n'est pas prédéterminé. Les nouvelles technologies fourniront également de nouveaux emplois sur le marché du travail. La bonne combinaison de stratégies politiques et arrangements institutionnels peut faire en sorte que les avantages de l'innovation seront largement partagés, ce qui constitue une étape essentielle pour atteindre les ODD.

« Ce n'est pas parce qu'un travail peut être automatisé, qu'il le sera. Les êtres humains ont les capacités requises pour être plus productifs et moins chers que les machines. Nos choix politiques et juridiques empêcheront certains emplois d'être pris en charge par des robots », a déclaré Matthias Bruckner, fonctionnaire de la division de l’analyse des politiques de développement au DAES.

Il est primordial que les gouvernements, l'industrie, le monde académique, la société civile ainsi que les Nations Unies travaillent ensemble pour créer des cadres réglementaires et juridiques qui facilitent l'adoption et la diffusion de nouvelles technologies tout en aidant à atténuer leurs conséquences négatives. Les Nations Unies constituent une plateforme idéale pour discuter et légiférer sur la question.

 

Liens supplémentaires :

onucarrieres

Paris : offre de stage en traduction au Bureau du Programme alimentaire mondial en France.
Plus d'information

Couverture rapport ODD 2017

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

cop23

Etre stagiaire à UNRIC

news32x32 DblueNominations