Vendredi, 31 Octobre 2014
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

À Varsovie, Ban exhorte les négociateurs à «relever le défi» des changements climatiques

varsovie ki-moon19 novembre 2013 – Le monde n'a pas besoin de chercher plus loin que la catastrophe aux Philippines pour mesurer les conséquences profondes et dangereuses du réchauffement planétaire, a averti mardi le Secrétaire général Ban Ki-moon, exhortant les négociateurs présents à la Conférence des Nations Unies à Varsovie à relever le défi « avec sagesse et dans l'urgence » et à ouvrir la voie à un accord contraignant sur le climat d'ici 2015.

« Les changements climatiques menacent les générations actuelles et futures », a affirmé M. Ban dans son allocution au segment de haut niveau de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, qui se tient actuellement en Pologne.

Évoquant le sort des victimes du typhon Haiyan aux Philippines, le patron de l'ONU a observé que, partout dans le monde, les populations faisaient désormais face aux conséquences des changements climatiques. « La science est claire. Les activités humaines sont la principale cause du réchauffement planétaire. Nous ne pouvons pas blâmer la Nature. »

En effet, les émissions de gaz à effet de serre continuent d'augmenter avec des répercussions graves, dangereuses et connues de tous, a mis en garde le Secrétaire général, rappelant qu'il s'était rendu cette année en Islande, où les glaciers fondent à une vitesse fulgurante. « Si nous ne prenons pas des mesures urgentes dès maintenant, l'Islande n'aura bientôt plus de glaciers », a-t-il prévenu.

M. Ban a rappelé par ailleurs qu'au début du mois, il s'était rendu au Sahel, où il avait été le témoin des conditions climatiques extrêmes, notamment une sécheresse qui compromet le développement et la sécurité mêmes de la région.

« Chacun d'entre nous porte une responsabilité capitale. Nous devons relever ces défis avec sagesse, mais dans l'urgence et avec la volonté de lutter contre les changements climatiques », a-t-il exhorté, faisant état de sa profonde inquiétude devant l'insuffisance des efforts pourtant considérables déployés par la communauté internationale pour maintenir la hausse des températures mondiales en dessous de 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels.

Alors que les délégations réunies à Varsovie ont convenu de finaliser un accord juridique global ambitieux d'ici à 2015, le Secrétaire général a plaidé pour une action dans quatre domaines : la ratification rapide universelle pour la seconde période d'engagement du Protocole de Kyoto ; la hausse du financement durable, notamment du Fonds vert pour le climat ; la mise au point d'un programme d'action global pour relever le défi climatique ; et la pose de fondations solides pour l'accord de 2015.

« Réussir à Paris signifie faire des progrès substantiels à Lima. Ce qui veut dire que Varsovie doit servir de tremplin », a-t-il estimé, faisant allusion aux prochaines réunions des États parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Le patron de l'ONU a attiré l'attention sur le sommet climatique qu'il a l'intention de convoquer le 23 septembre 2014 à la veille du débat de haut niveau de l'Assemblée générale. Cette réunion vise à compléter le processus en cours sous l'égide de la CCNUCC et à être un « sommet de solutions », pas une session de négociations. « Ce sera une contribution supplémentaire au processus de négociation en cours », a-t-il dit.

Il a exhorté les chefs d'Etat et de gouvernement ainsi que les chefs d'entreprises et la société civile, qui seront conviés à ce Sommet, à annoncer « des mesures audacieuses et novatrices. Nous avons besoin de votre leadership politique à ce moment crucial ».

« Je vous exhorte à penser en termes d'héritage », a insisté M. Ban en concluant : « Laissez-nous travailler ensemble... pour rendre ce monde meilleur pour tous. Laissez-nous façonner l'avenir, notre propre avenir pour les générations futures et pour une planète Terre écologiquement viable. »

Centre d'actualités ONU

 


Plus d'information :

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
Rejoignez-nous sur
Facebook et Twitter

Coup de projecteur

Entretien avec Kanayo F. Nwanze

Président du Fonds international de développement agricole

607074-nwanze

"Nous sommes confrontés au risque d’une nouvelle crise alimentaire en Afrique de l’Ouest".

Lire l'entretien...

news32x32 DblueNominations

documents-library32x32 DblueObjectifs du Millénaire pour le développement : Rapport 2014

OMD2014-FR-cover

cineonu