Jeudi, 29 Septembre 2016
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Actualité

21 Septembre 2016 -

UNRIC recrute deux stagiaires pour la France et le Benelux

 

VACANCY Post

 

21 septembre 2016 - Le bureau France et le bureau Benelux de UNRIC recherchent chacun un nouveau stagiaire de langue maternelle française pour compléter leur équipe. Le stage débute à la mi-octobre et se déroule dans les bureaux de UNRIC à Bruxelles, pour une période de 4 à 6 mois. La date butoire pour poser vos candidatures est le 2 octobre 2016 à minuit.

 

Plus d'informations sur le stage au bureau France

Plus d'informations sur le stage au bureau Benelux

 

15 Septembre 2016 -

Pour une démocratie durable pour tous

DEM3

15 septembre 2016 — A l'occasion de la journée internationale de la démocratie, le Secrétaire général, Ban Ki-moon appelle chacun à renouveler « son engagement en faveur de la démocratie et de la dignité pour tous ». Photo ONU/Martine Perret. Une file de votants au Timor-Leste lors des élections législatives (2012).

La démocratie est un processus autant qu'un objectif, et seuls la pleine participation et l'appui de la communauté internationale, des organes de gouvernance nationaux, de la société civile et des individus, permettront de faire de l'idéal démocratique une réalité universelle. Les principes démocratiques transparaissent dans les Objectifs de développement durable en particulier le 16 qui qui appelle à l’avènement de sociétés et d’institutions inclusives et participatives.  

Afin de parvenir à l'avènement de la paix, de la justice et d'institutions fortes pour tous, les Etats doivent travailler en étroit partenariat avec la société civile. Les parlements en particulier ont un rôle essentiel à jouer dans la traduction du nouveau programme de développement durable en mesures concrètes en adoptant des lois, en allouant des budgets et en rendant les gouvernements comptables de leurs actes. 

Le Parlement européen est la seule institution de l'Union européenne directement élue par les citoyens de l'Union. Cette institution s'engage à promouvoir les démocraties durables à travers le monde.

Sous l'actuel mandat législatif, le parlement a envoyé des délégations pour observer les élections en Ukraine, Egypte, Tunisie, Moldavie, Tajikistan, Nigéria, Sri Lanka, Kyrgyzstan, Haïti, Tanzanie, Birmanie, Burkina Faso, Ouganda et Pérou.

Le Parlement met en œuvre les objectifs de développement durable en renforçant la légitimité des procédures électorales nationales et en assurant la protection des élections pour donner confiance aux citoyens dans les droits de l'homme.

 dem2

Une personne vote lors des élections parlementaires le 26 octobre 2014 à Kyiv en Ukraine. Photo: OSCE/Thomas Rymer 

« Les gens veulent se nourrir et se loger; acquérir une éducation, avoir accès à des soins de santé et à davantage de perspectives économiques. Ils veulent vivre sans crainte. Ils veulent pouvoir faire confiance à leurs gouvernements ainsi qu’aux institutions internationales, nationales et locales. Ils veulent qu’on respecte pleinement leurs droits de l'homme et souhaitent jouer un rôle plus important dans les décisions qui les touchent.

Chacun des objectifs de développement durable reflète, à sa manière, des souhaits prioritaires communs aux habitants de la planète tout entière. Les 17 objectifs constituent une trame complexe de problèmes, de choix et de possibilités auxquels font face les gens dans leur vie de tous les jours. Pour avoir des lendemains meilleurs, il faudrait apporter des réponses intégrées à ces défis indissolublement liés entre eux », rappelle Ban Ki-moon.

19 Septembre 2016 -

Ensemble, agissons pour les réfugiés et les migrants

14397209 10153962934527055 228545161 n

Lundi 19 septembre – A quelques heures de l’ouverture du sommet des Nations Unies consacrés aux réfugiés et aux migrants, le secrétaire général de l’organisation, Ban Ki-moon  dénonce les peurs et la stigmatisations des « autres », qui nous emmènent vers un « naufrage collectif ». Il insiste sur l’importance de la signature, prévue aujourd’hui, de la « Déclaration de New York », définissant une stratégie globale pour venir en aide aux réfugiés et migrants.

« De toutes les questions qui préoccupent à l’heure actuelle la communauté internationale, celle des réfugiés et des migrants est sans doute la plus propice aux manipulations des démagogues de tous bords. Opposer le « nous » au « eux », tactique irresponsable hors d’âge, a été utilisée de tous temps par des individus mûs par leur intérêt particulier pour nier nos valeurs humaines communes. La recette n’est pas nouvelle, donc, mais à une époque où le nombre de gens jetés sur les routes est plus élevé que jamais, et où les nouvelles se répandent en quelques clics, nous assistons à une poussée xénophobe, qui bien trop souvent s’exprime par la violence.

Le Sommet des Nations Unies pour les réfugiés et les migrants, qui aura lieu cette semaine, est un évènement décisif qui tombe à point nommé. Malgré la véhémence de ceux, nombreux, qui dominent le débat, des gouvernements des quatre coins du monde apportent une réponse mesurée qui, à condition que les promesses soient tenues, peut aboutir à des résultats tangibles.

Le Sommet est une grande première : jamais auparavant les dirigeants du monde entier ne s’étaient réunis pour examiner le sort des réfugiés et des migrants. Il débouchera sur l’adoption d’un consensus historique : la Déclaration de New York. Quel meilleur théâtre pour ce sommet, en effet, que la ville de New York, célèbre pour sa diversité sans pareille, qui a pour symbole la Statue de la Liberté fièrement dressée à l’entrée du port? La Déclaration, et c’est ce qu’il faut en retenir, définit une stratégie pragmatique, elle-même fondée sur des principes, pour venir en aide aux réfugiés et aux migrants sans renier nos valeurs les plus précieuses.

L’enjeu est de taille. On dénombre à l’heure actuelle quelque 244 millions de migrants dans le monde. Plus de 65 millions de personnes sont déplacées de force, dont la moitié sont des enfants. Les réfugiés qui fuient pour sauver leur vie doivent trop souvent la risquer en chemin, et lorsqu’ils arrivent enfin en lieu sûr, beaucoup subissent des discriminations et sont parfois même placés en détention. Ils reprennent alors souvent la route en quête d’une sécurité et d’une stabilité qu’ils espèrent trouver plus loin. Mais les voies légales sont étroites, et des passeurs sans scrupules profitent de la détresse des migrants, demandant des sommes exorbitantes en échange du fol espoir d’un ailleurs plus accueillant.

Les guerres sont de plus en plus longues et pour les réfugiés, qui ont parfois passé plusieurs générations en exil, le retour est de plus en plus difficile. Contrairement à l’idée reçue, ce n’est pas dans les pays riches que se concentre l’essentiel des réfugiés : 86 % d’entre eux ont trouvé refuge dans des pays en développement. À cet égard, l’aide reçue par les pays d’accueil les plus pauvres est loin d’être suffisante. L’année passée, les appels humanitaires lancés par l’ONU n’ont permis de récolter qu’à peine plus de la moitié des fonds nécessaires.

Les solutions de réinstallation offertes aux déplacés sont elles aussi bien trop limitées. En 2015, on a dénombré près d’un million de personnes en attente de réinstallation. Seules un peu plus de 100 000 d’entre elles ont vu leur demande satisfaite.

Oui, les difficultés sont titanesques, mais nous aurions tort d’oublier le bon côté de la situation. Si les choses sont faites intelligemment, les réfugiés et les migrants peuvent devenir des atouts, pour leur pays adoptif comme pour leur patrie d’origine. C’est un fait avéré et un point positif qu’il ne faudra pas perdre de vue lors des débats.

Plus largement, la Déclaration de New York s’inscrit dans la nouvelle dynamique internationale ambitieuse dont le but est d’améliorer les conditions de vie dans les pays d’origine afin que leurs habitants ne soient plus contraints au départ. La pierre angulaire de ce nouveau chantier est le Programme de développement durable à l'horizon 2030, notre initiative mondiale en faveur de la paix, de la prospérité et d’une planète en bonne santé. Nous mettons également tout en œuvre pour prévenir et régler les conflits, et pour pérenniser la paix une fois les armes réduites au silence.

Lors du Sommet, nous entendrons les témoignages de migrants et de réfugiés. Je me réjouis particulièrement à la perspective de revoir à cette occasion une jeune femme extraordinaire dont j’ai fait la connaissance le mois dernier, aux Jeux olympiques de Rio.

Yusra Mardini est syrienne, mais c’est en tant que réfugiée qu’elle a pris part à la compétition, dans l’équipe constituée il y a peu pour les athlètes qui, comme des millions d’autres personnes dans le monde, ont été contraints de quitter leur pays.

Avant de nager pour gagner des médailles, Yusra a nagé pour sauver des vies.

Elle a quitté la Syrie l’an dernier, à bord d’un bateau surchargé. Lorsque le moteur est tombé en panne, elle a plongé et, avec quelques autres bons nageurs du groupe, a poussé l’embarcation sur les flots de la Mer Égée. Il a fallu trois heures interminables pour rallier la côte. Les « moteurs humains » sont arrivés épuisés, mais ils ont prouvé que lorsqu’il s’agit de mettre son prochain en sécurité, la solidarité humaine est le meilleur des carburants.

Nous sommes tous, et je dis bien tous, sur le même bateau. En attisant les peurs, en accablant « les autres », en stigmatisant les minorités, nous allons droit au naufrage collectif.

Les dirigeants avisés l’ont compris, nous devons au contraire nous efforcer de sauver tout le monde, de tirer le meilleur parti des efforts de chacun et de diriger notre navire vers une destination commune : un avenir de possibilités, pour tous, dans la dignité. »

14 Septembre 2016 -

Le nouveau Président de la 71e session de l'Assemblée générale appelle à une impulsion universelle pour le développement durable.

 681435 Thomson

14 septembre 2016 – Le Représentant permanent des Fiji, Peter Thomson, a officiellement pris mardi ses fonctions de Président de la 71e session de l'Assemblée générale des Nations Unies qu'il souhaite consacrée aux Objectifs du développement durable (ODD). Photo ONU/Manuel Elias. Peter Thomson, le Président de la 71e session de l’Assemblée générale.

Né à Suva aux Fidji en 1948, M. Thomson a consacré sa vie au domaine du développement. Il a obtenu une licence en études politiques à l'université d'Auckland, et un diplôme de troisième cycle en études de développement à l'université de Cambridge. Peter Thomson est le premier représentant des petits États insulaires en développement (PEID) du Pacifique.

Au moment de son élection, il exerçait depuis février 2010 la fonction de représentant permanent des Fidji aux Nations Unies. M. Thomson a également présidé le Groupe des 77 et de la Chine ainsi que les conseils d’administration du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et le Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets. Il a également été vice-président de l'Assemblée générale de l'ONU de 2010 à 2011.

« La 70e session a lancé les ODD, et dans un souci d'intégrité, la 71e session doit être l'année durant laquelle nous assistons à la mise en œuvre de l'ensemble des 17 ODD », a déclaré M. Thomson dans un discours précédant sa prestation de serment en qualité de nouveau Président. « Je suis déterminé à rendre accessible aux peuples les 17 objectifs, afin qu'ils puissent les comprendre en tant que droits et responsabilités, comme la recette de l'humanité pour un monde durable pour eux et leurs enfants ».

« Tout au long de cette 71e session, nous devrons rendre des comptes afin de réaliser des progrès significatifs pour chacun des 17 ODD », a précisé le Président de la 71e session.

peter

Photo: Le Secrétaire général Ban Ki-moon (à droite) et l'ambassadeur Peter Thomson de Fiji (mars 2010). Photo ONU/Evan Schneider 

Félicitant le nouveau Président, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a rappelé combien cette 71e session de l'Assemblée générale est « cruciale » et qu'elle doit constituer un moment où tous les États membres devraient aligner leurs politiques, programmes et dépenses derrière les 17 ODD et faire entrer en vigueur l'Accord de Paris sur le changement climatique.

Clôturant le même jour la 70e session de l'Assemblée générale, le Président de cette session, Mogens Lykketoft, du Danemark, s'est félicité de l'adoption des ODD et de l'Accord de Paris sur le climat qui, selon lui, ont montré la voie vers « une transformation révolutionnaire de notre modèle entier de production et de consommation ».

« Si nous voulons éviter un avenir de division et de destruction, des crises d'une ampleur beaucoup plus grande que celles que nous voyons aujourd'hui, la mise en œuvre inflexible et intégrée des ODD et de l'action en faveur du climat est une nécessité absolue », a rappelé M. Lykketoft lors de son dernier discours en qualité de Président de cette 70e session.

« Aujourd'hui, nous faisons tomber le marteau sur une session productive de l'Assemblée générale », a déclaré Ban Ki-moon lors de la clôture de la 70e session, saluant le travail effectué par M. Lykketoft lors de cette session qui s'est illustré, selon lui, par une plus grande transparence concernant le processus de sélection du prochain Secrétaire général de l'Organisation.

« Les dialogues informels avec des candidats ont aidé les États membres à obtenir une bon idée de leurs visions et de leurs points de vue, et a permis aux peuples du monde de se sentir plus impliqués dans le processus - comme ils le devraient », a déclaré M. Ban. « Quoi qu'il arrive dans les semaines à venir, ce processus nouvellement ouvert a établi une nouvelle norme qui ne doit pas être abandonnée ».

Page 1 sur 634

Début
Précédent
1

news32x32 DblueNominations

 

  • Le Secrétaire général nomme Mme Natalia Kanem, du Panama, Directrice exécutive adjointe du Fonds pour la population (FNUAP) (28 juillet 2016)

  • Le Secrétaire général nomme le général de division Mohammad Humayun Kabir, du Bangladesh, comme Commandant de la Force des Nations Unies à Chypre (26 juillet 2016)

  • Le Secrétaire général nomme M. Fabrizio Hochschild, du Chili, Représentant spécial adjoint et Coordonnateur résident en République centrafricaine (22 juillet 2016)

    Liste complète...

cineonu