Dimanche, 26 Avril 2015
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Actualité

24 Avril 2015 -

Sciences Po : Réussir la conférence climat

sc po

24 avril 2015 – Négocier un accord sur le climat six mois avant la conférence de Paris, tel est le défi de la « simulation » qu’organisent Sciences Po et ses partenaires du projet Make it Work du 29 au 31 mai au Théâtre des amandiers à Nanterre.

Lire la suite...

24 Avril 2015 -

Venons à bout du paludisme !

Le paludisme, une maladie évitable (c) Gates Foundation

Ces 15 dernières années, de nombreux progrès ont été réalisés dans la lutte contre le paludisme. Depuis l’adoption des objectifs du Millénaire pour le développement en 2000, le nombre de décès associés à la maladie s’est réduit de 4,3 millions. Mais le combat est loin d’être gagné.

La résistance croissante dans la sous-région du Grand Mékong est un problème particulièrement critique. Si celle-ci était amenée à progresser et gagner l’Afrique subsaharienne, les conséquences pour la santé publique pourraient être très graves. Il est ainsi urgent d’agir et l’élimination de la maladie est la seule solution acceptable. L’OMS et ses partenaires ont fixé de nouveaux objectifs pour 2030. Parmi eux, diminuer de 90% le nombre des cas et décès dus au paludisme. Pour cela, il est nécessaire de disposer de fonds flexibles et de nouveaux outils sont indispensables.

Les différents moyens qui existent afin de lutter contre le paludisme sont parmi les plus efficaces et les moins coûteux. Pour des institutions telles que l’Union européenne, il est difficile de concentrer ses efforts sur une seule maladie. L’UE porte donc son attention sur les besoins les plus urgents et s’assure que les systèmes de santé soient capables de faire face à toutes les priorités en même temps. « Nous devons, en collaboration avec l’OMS, renforcer la société civile et soutenir les instituts de santé publique, » a déclaré lundi Walter Seidel, de la Direction générale de la Coopération internationale et Développement, lors d’une table ronde, organisée à Bruxelles par le Partenariat Roll Back Malaria, en prélude à la Journée mondiale de lutte contre le paludisme.

Il n’existe actuellement aucun vaccin homologué contre le paludisme, mais les fabricants espèrent voir un premier vaccin approuvé par l’OMS dans les 12 prochains mois. Cependant, il est important d’éviter de répéter des erreurs passées. Dans les années 1950 et 1960, le paludisme avait presque entièrement été éradiqué. Les organisations s’étaient toutefois retirées prématurément des régions touchées, ainsi la maladie était réapparue. L’élimination totale est le seul moyen d’assurer que cela ne se reproduise plus.

Pour en savoir plus :

La page de l'OMS consacrée à  la journée mondiale de lutte contre le paludisme.

Le site du Partenariat Roll Back Malaria, un cadre mondial « pour un monde sans paludisme ».

23 Avril 2015 -

Les visages de l’ONU : Léonie Maes

Léonie Maes

Cette semaine, Léonie Maes sera notre visage de l’ONU. Cette jeune femme travaille, depuis plus de trois ans déjà, à l'Université des Nations Unies – Institut d'Études Comparatives d'Intégration régionale (UNU-CRIS), en tant qu’assistante de recherche du directeur.

Léonie est diplômée en sciences politiques de l’Université de Namur, et en politique publique et développement humain de l’Université de Maastricht, une formation riche qui lui a permis de mieux appréhender les questions relatives aux politiques. Intéressée par l’aspect de l’intégration régionale, Léonie a effectué un stage à l’UNU-CRIS, situé à Bruges. Entourée de chercheurs et d’experts sur la question, elle a ainsi pu rédiger son mémoire de maîtrise, dont le sujet portait sur le rôle des organisations régionales dans la mise en œuvre de la Responsabilité de protéger (R2P) en Libye.

Plus qu’un simple réseau universitaire, le réseau de l’UNU pourrait se définir tel un groupe de réflexion international doublé d’une institution d’enseignement postuniversitaire. « Un réseau de recherche et de formation qui contribue à la mission de l’ONU et à ses efforts de résoudre les défis mondiaux », explique Léonie. Répartis dans divers pays, les instituts de recherche ont chacun leur spécialité, allant des ressources naturelles à l’innovation et la technologie. Pour sa part, l’UNU-CRIS étudie les processus d’intégration régionale et de coopération, mais aussi les liens entre la gouvernance mondiale et régionale. À travers les formations qu’il propose, l’institut diffuse les résultats de ses recherches à un large public qui comprend autant des décideurs politiques que des étudiants et jeunes chercheurs.

En tant qu’assistante de recherche du directeur, Léonie soutient ce dernier dans diverses tâches. Tout d’abord, elle assure le suivi des activités de recherche en cours et répond aux demandes externes. Elle prépare également des documents et notes de synthèse avant les réunions et autres événements, coordonne les cours dispensés par le directeur et assiste à certaines réunions pour lui. Bien que cela ne soit pas sa tâche principale, Léonie effectue par ailleurs des recherches, notamment sur la coopération régionale et le rôle des organisations régionales dans la gouvernance mondiale, et en particulier, la paix et la sécurité internationales.

Afin de préserver une certaine indépendance, les instituts du réseau UNU sont pour la plupart financés par les pays dans lesquels ils sont établis, plutôt que par le système de l’ONU. Dans ce sens, Léonie a pour responsabilité de rendre des comptes des projets, activités, publications, budget… non seulement à l’UNU mais également aux différents bailleurs, soit le gouvernement flamand et la Commission européenne. Léonie est aussi impliquée dans la gestion des projets et programmes, ainsi que la planification stratégique, c’est-à-dire la mise en œuvre des recommandations annuelles adressées par le Conseil consultatif d’UNU-CRIS.

Récemment, le réseau UNU s’est efforcé de construire une véritable communauté à travers les différents instituts via des vidéoconférences et réunions. Léonie est la personne de référence de l’UNU-CRIS pour la gestion des projets, la communication et tout ce qui concerne la publication. « C’est intéressant de découvrir les divers instituts à travers le monde et leur domaine de recherche, et d’essayer d’unir nos efforts quant aux projets, conférences et publications », assure Léonie. L’UNU a d’ailleurs créé un Réseau de la Migration après avoir réalisé que plusieurs instituts, dont l’UNU-CRIS, avaient en commun ce sujet d’étude. L’objectif est de créer progressivement une synergie et, à terme, parvenir à mener des projets conjoints.

Enfin, Léonie participe aussi à l’organisation d’événements académiques, tels que des conférences internationales. Cette tâche, plutôt considérable, comprend non seulement l’organisation du contenu mais aussi la logistique. Étant donné l’importance de la question de l’intégration régionale au niveau mondial, les événements organisés par l’UNU-CRIS rassemblent en général des intervenants de diverses nationalités et des participants de tous horizons : décideurs politiques, représentants de la communauté scientifique ainsi que de la société civile. Par exemple, une des premières conférences dans laquelle Léonie a été très impliquée en 2012 s’intitulait « L’après printemps arabe : repenser le rôle des organisations régionales en soutien à la gouvernance démocratique », organisée conjointement par la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) et l’Institut international pour la démocratie et l'assistance électorale (IDEA).

Léonie déclare que l’un des aspects les plus intéressants de son emploi, ce sont les voyages qu’elle a l’opportunité d’effectuer : Lisbonne, Rome, Brême, Helsinki, Singapour… « C’est une réelle chance de faire partie des Nations Unies et de la communauté UNU, de découvrir de nouvelles cultures, personnes et paysages tout en travaillant. » Singapour, où elle a participé à une conférence finale concernant un projet de recherche commun avec la Fondation Asie-Europe (ASEF), l’a particulièrement impressionnée. La diversité culturelle et ethnique de la ville se reflétait également lors de la conférence, qui a débouché sur un débat intéressant. Léonie se rappelle d’un temple bouddhiste, un temple hindou ainsi qu’une mosquée érigés l’un à côté de l’autre, tel un message de paix.

Léonie Maes

23 Avril 2015 -

Combler les lacunes en matière de vaccination

immunisation

23 avril 2015 - Les chiffres sont inquiétants. 22 millions de nourrissons dans le monde ne bénéficient pas de vaccins, estime l'organisation mondiale de la santé (OMS) et de plus en plus de personnes sont réfractaires à la vaccination qui pourtant peut sauver des millions de vies.

Lire la suite...

Page 1 sur 556

Début
Précédent
1

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
Rejoignez-nous sur
Facebook et Twitter

Coup de projecteur

Entretien avec Yury Fedotov

Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC)

492967 fedotov

"L’état de droit, de meilleurs systèmes de justice pénale, l’accès à la justice, des forces de l’ordre et un système judiciaire qui fonctionnent bien peuvent faciliter le développement".

Lire l'entretien...

news32x32 DblueNominations

  • Le Secrétaire général nomme Mme Cindy Smith, des États-Unis, Directrice de l’Institut interrégional de recherche des Nations Unies sur la criminalité et la justice (UNICRI) (16 avril 2015)

  • Le Secrétaire général nomme l’acteur Daniel Craig comme premier Mandataire mondial des Nations Unies pour l’élimination des mines et engins explosifs (14 avril 2015)

    Liste complète...

documents-library32x32 DblueObjectifs du Millénaire pour le développement : Rapport 2014

OMD2014-FR-cover

cineonu